Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Internet : Yvon-Didier Miehakanda promet que 2017 sera l’année du haut-débit au Congo


Par Lasemaineafricaine.net | Mardi 14 Juin 2016 | Lu 1549 fois | 0 Commentaire

Dans une conférence de presse qu’il a donnée vendredi 3 juin 2016, à son cabinet de travail, à Brazzaville, Yvon-Didier Miehakanda, coordonnateur du Projet Cab Congo (Central africa backbone), a parlé du niveau d’exécution des travaux de l’interconnexion du réseau en fibre optique entre le Congo et le Gabon.



Yvon Didier Miehakanda
Yvon Didier Miehakanda
Il a annoncé que ces travaux, réalisés dans le cadre de la première phase du Projet Cab, vont s’achever au mois de décembre 2016. Ce qui signifie qu’à partir de 2017, le haut-débit sera accessible à tous, grâce à la fibre optique.

Selon lui, la nouvelle version dudit projet est inspirée par le souci de créer des emplois et de permettre la diversification de l’économie congolaise, grâce au développement des T.i.cs (Technologies de l’information et de la communication).
Né de la coopération de la Banque mondiale avec les Etats d’Afrique centrale, le Projet Cab concerne la construction des infrastructures de télécommunications de très haut débit dans la sous-région. Il est co-financé par la Banque mondiale et les Etats concernés, pour permettre aux usagers des T.i.cs d’accéder à des connexions Internet de haut-débit, grâce à la fibre optique utilisée pour relier les gros réseaux inter-opérateurs et intra-opérateurs.
La première phase du Projet Cab au Congo a mis l’accent sur l’interconnexion entre le Congo et le Gabon. Cette phase a atteint la majorité de ses objectifs. Selon Yvon-Didier Miehakanda, les travaux de génie civil relatifs à la pose de la fibre optique entre Pointe-Noire, Mbinda et le Gabon sont réalisés à 90%. Dans un mois, les 50 km restants seront achevés. Après, interviendra la phase d’installation des équipements de télécommunications, pour rendre opérationnel le réseau entre les deux pays. A ce propos, la Banque mondiale a accepté la demande du Congo pour un financement additionnel.
Pour la nouvelle version du projet, l’objectif défini vise l’accroissement du pourcentage de l’économie numérique dans le P.i.b national. Ce projet a donc pour objectif de renforcer les réseaux en fibre optique. Il vise aussi le renforcement des capacités de certaines institutions ou organes comme les établissements de l’Université Marien Ngouabi, l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques), les entreprises liées à l’économie numérique, les professionnels dont les activités dépendent directement des T.i.cs, etc.
«Avec l’expérience qu’on a pu avoir, on sera encore beaucoup plus ambitieux dans les objectifs qu’on fixe pour les futurs projets. Il faut que les populations congolaises s’approprient l’économie numérique, tous les outils et les services qu’on peut leur fournir, que cela soit vraiment une réalité. Aujourd’hui, on constate que la majorité de la population n’a pas encore accès à ces services. L’un des objectifs est de faire que cette population ait accès à ces services», a déclaré Yvon-Didier Miehakanda.
Le coordonnateur du Projet Cab a rassuré les usagers d’Internet au Congo, qui s’impatientent d’accéder au haut-débit. «On est là pour eux. On travaille pour eux. Je comprends quelquefois leur impatience, parce qu’il est vrai qu’on est parti de très loin, par rapport à un certain nombre d’autres pays. Mais, ce qu’il faut savoir sur la fibre optique, on est en avance. Même les pays européens, aucun d’entre eux n’a réussi à faire du 100% en fibre optique. Aujourd’hui, même le Cameroun, le Gabon, en termes de maillage de la fibre optique, ils sont derrière nous. Il faut aussi savoir qu’actuellement, la fibre optique est utilisée par des réseaux de téléphonie mobile. Ça, les gens ne le savent pas. Si aujourd’hui, on est capable d’avoir l’Internet à travers les appareils téléphoniques portables, c’est parce que ces réseaux utilisent la fibre optique. C’est vrai que les prix sont encore prohibitifs. Nous, ce que nous essayons de faire, c’est de mettre en place l’infrastructure qui poussera petit-à-petit les prix vers le bas et qui fera en sorte que de plus en plus, l’Internet, par exemple, soit accessible pour tous les Congolais», a-t-il lancé. Faut-il espérer que 2017 sera, enfin, l’année de l’accession au haut-débit pour tous au Congo? Le message du coordonnateur du projet Cab suscite, en tout cas, un grand espoir. Pourvu que cela ne soit pas du vent.

Philippe BANZ
Lu 1549 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes