Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Internet, booster d'infidélité ?


Par . Pagesafrik | Mercredi 22 Décembre 2010 | Lu 712 fois | 0 Commentaire



Internet générateur d'adultère ! Le dernier roman d'Eliette Abécassis, "Une affaire conjugale", qui traite du divorce et de la place des nouvelles technologies dans l'infidélité, relance le débat. Réponses de notre expert, la psychanalyste Sophie Cadalen.

C'est indéniable, les nouvelles technologies ont déboulé dans le cabinet des psys. Textos érotiques, sites de rencontres, réseaux fétichistes s'installent sur le divan. Les patients qui en l'absence de leur conjoint découvrent le pot aux roses au détour d'un SMS coquin ou d'un historique d'ordinateur trahissant l'inscription à un site de rencontre, s'en plaignent en thérapie.

Le dernier roman d'Eliette Abécassis, "Une affaire conjugale" a délié également bien des langues, comme en témoignent les nombreuses lettres reçues par l'auteur, depuis la parution. Toutes témoignent de l'existence de la double vie de leur conjoint, via Internet et la téléphonie mobile. Pourtant, lorsqu'on demande à la psychanalyste Sophie Cadalen si l'ère du numérique est génératrice d'infidélité, elle répond 1 : "Internet ne crée pas de nouvelles pathologies, mais les révèle et les amplifie. Nous ne sommes pas plus infidèles qu'avant".
Infidélité : les codes ont changé !

Internet infidélitéLa révolution sexuelle est belle et bien en cours, c'est indéniable. Internet en a bouleversé les codes. Toutefois insiste Sophie Cadalen, "le numérique n'incite pas à l'infidélité, il en change les modalités". Avant, on se dragouillait à la machine à café, au zinc du bistrot avant de rentrer chez soi. Aujourd'hui, on chatte sur les sites de rencontres et on allume le feu par SMS. Autant d'éléments qui confirment "l'attrait pour la possibilité de l'autre, dans certains couples" insiste la psychanalyste. Rappelons que l'infidélité, ou la quête de l'autre toute drapée de transgression, a toujours existé. Seules les modalités pour le passage à l'acte se sont modifiées.
Internet et la traçabilité !

Au-delà de l'infidélité et d'Internet, la révolution se situe plutôt autour de la traçabilité. L'héroïne du roman d'Eliette Abécassis, tout comme les nombreuses victimes de ce qui est toujours vécu comme une trahison, ont tout découvert en un clic. "Se faire pincer est plus facile qu'avant !" acquiesce Sophie Cadalen. Exit la note d'hôtel ou la facture de fleurs que l'on trouve dans une poche avant de passer au pressing... Pour celui ou celle qui a envie de savoir, l'accès aux informations est grandement facilité.

Mais en réalité d'autres facteurs sont en jeu. D'après notre experte : "Internet ou pas, les actes manqués restent les mêmes et la culpabilité inconsciente tout comme le désir de se faire pincer, perdurent". Reste qu'aujourd'hui le virtuel a remplacé le veston, et les traces de rouge-à-lèvres sur le col.
L'accessibilité à la pornographie en ligne

Se poser la question des conséquences liées à un accès facilité à la pornographie, ou aux sites échangiste au sein du foyer, paraît légitime. Toutefois, "force est d'admettre que nous avons tous eu la possibilité de mater un film porno ou un magazine en cachette" explique Sophie Cadalen. La différence, renchérit, Eliette Abécassis, "c'est qu'aujourd'hui le porno entre à la maison, entre le frigo et les couches pour bébé...". C'est vrai ! Mais encore une fois, Internet n'est pas créateur de nouvelles pathologies, simplement un facilitateur.

Le fait que le sexe et les nouvelles technologies filent le parfait amour au XXIème siècle confirme l'incroyable complexité des ressorts du désir, du plaisir et de la difficulté à normaliser une sexualité comme de bons citoyens responsables. "L'obsession de la pornographie n'a pas changé, ni ne s'est amplifiée. Elle est devenue plus visible" soutient la psychanalyste. Et nous dérange, forcément ! Quant à l'accès à la pornographie comme vecteur d'infidélité, il reste à vérifier. La question est bien de savoir ce qu'on tolère et où se situe la ligne rouge ! Surfer n'est pas tromper, et le passage à l'acte ne va pas de soi !
Où commence l'infidélité ?

Pour chacun, le curseur peut être extrêmement sensible. Une simple reprise de contact par mail avec un(e) ex, peut sonner le glas du couple. Surfer sur les sites pornos, aussi ! Le problème n'est pas de savoir qui a tort, qui a raison... La limite est spécifique à chacun, et tout ce qui peut-être pressenti comme un coup de canif dans le contrat mérite qu'on en parle. En matière de sexualité, plus on inscrit l'autre dans une image figée, plus les dérapages sont envisageables. "La tentation d'entorses à la règle va de pair, souvent, avec un certain manque de souplesse" a vérifié la psychanalyste. A ce titre, le virtuel, véritable miroir de notre société et de l'étendue de nos fantasmes, peut "fortement ébranler" un couple.

Aujourd'hui, comme avant, la question de l'infidélité et des blessures qu'elle entraîne reste un sujet extrêmement sensible. Au coeur de l'aventure amoureuse, cette trahison toujours perçue comme ultime, trouve avant tout des réponses dans l'intime, rarement en pointant comme seul coupable, la toile !

Catherine Maillard (Doctissimo)

1 - Table ronde organisée par Meetic le 8.11.2010. Infidélité et Internet.
Lu 712 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes