Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Joseph Kabasele Tshamala, Déchaud Muamba, Nico Kasanda, Vicky Longomba : des démarches en cours pour honorer leur mémoire


Par Digitalcongo.net | Mercredi 3 Juillet 2013 | Lu 459 fois | 1 Commentaire



Joseph Kabasele
Joseph Kabasele
Deux monuments vivants de l’orchestre « African Jazz » de Joseph Kabasele Tshamala mènent des démarches auprès des responsables d’un parti politique en vue d’obtenir que leurs collègues disparus puissent être honorés à titre posthume.

A quelques jours de la commémoration du 53ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, les artistes musiciens congolais Pierre Yantula Bolina Elengesa dit « Petit Pierre » et « Armando Brazzos », deux monuments vivants de l’orchestre « African Jazz » de Joseph Kabasele Tshamala dit « Grand Kallé Jeff » qui avaient pris part à la Table Ronde politique de Bruxelles en 1960 qui a poussé Grand Kallé à écrire sur place la chanson « Indépendance Cha Cha », ont approché le parti politique Congrès National Congolais (CNC). C’était jeudi dernier.

Ils ont été reçus par Me Clément Kitengie Kisaka, membre du bureau politique de cette institution qui leur a exprimé, de vive voix, sa grande satisfaction pour la visite :« Nous approchons le CNC de part sa devise qui place l’homme au centre de toute action.

Et, fondons tout notre espoir, par ce canal, que nos démarches vont aboutir pour que nous soyons reçus par le 1er Ministre Augustin Matata Ponyo que je tiens à remercier infiniment pour avoir rendu hommage à l’immortel Franco Luambo Makiadi..., il pourrait aussi penser à tous les artistes qui ont chanté à la Table Ronde de Bruxelles », dira « Petit Pierre ».

Parmi les nombreuses promesses non réalisées, a-t-on appris, figurent la construction des mausolées des cinq artistes disparus et leur décoration, à titre posthume.

Il s’agit de Joseph Kabasele Tshamala « Grand Kallé », Charles Muamba Déchaud, Docteur Nico Kasanda Wa Mikalayi, Roger Izeïdi Monkoy et Vicky Longomba ainsi que des médailles d’honneur artistique pour deux artistes survivants, à savoir « Petit Pierre » (batteur) et « Armando Brazzos » (contre bassiste).

En plus, ils réclament des avantages sociaux pour eux ainsi que pour les progénitures des disparus.

« Indépendance Cha Cha », hymne des indépendances africaines …

De janvier en mai 1960, la Table ronde politique en Belgique a été rythmée par la chanson « Indépendance Cha Cha », jouée par l’orchestre « African Jazz », parole de Roger Izeïdi, écrite sur partition par Kallé Jeff, et l’arrangement a été réalisé avec le concours de l’ensemble African Jazz.

Enfermés pendant trois jours et trois longues nuits au studio Decca au Quai des Charbonnages à Bruxelles, les sept musiciens répètent les chansons circonstancielles qui vont marquer d’une pierre blanche la pénible marche vers l’indépendance du Congo - Kinshasa entre autre « indépendance Cha Cha » une œuvre monumentale, considérée comme hymne des indépendances africaines, souligne Jeannot Ne Nzau Diop , chroniqueur journaliste et spécialiste de la chanson congolaise, lu dans l’ouvrage « Retro , histoire et memoire » paru récemment à Kinshasa. Cette chanson a joué un rôle politique important, en accompagnant l’événement majeur, son de joie, qui résumait l’idéal du peuple congolais, l’indépendance dans l’unité.

En voici le texte original

Indépendance cha cha tozui
O kimpwanza cha cha tubakiri
O Table Ronde tata ba gagner o
Odipanda tata tozui

Refrain

1. Assoreco na Abako bayokani moto moko
2. Na Conakat na Cartel balingani na Front commun
3. Bolikango, Kasa-Vubu, mpe Lumumba na Kalonji,
4. Bolya, Tshombe, Kamitatu
5. O Essandja, Mbuta Kanza
6. Na Mnc, na Ugeco, Abazi na Pnp
7. Na Pca, African Jazz
8. Na Table mpe ba gagner

Franck Ambangito/L’Avenir

Lu 459 fois


Vos commentaires:

1.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 04/07/2013 09:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si ces ainés revendiquent une reconnaissance par rapport au travail artistique qu’ils ont fait lors des indépendances, ce n’est que justice. Pourquoi le politique est si oublieux de l’art ??? Dans toutes les grandes manifestations politique, l’art joue son rôle à coté, mais pourquoi lorsque les choses s’améliorent la politique oublie que l’art a a toujours été son fidèle compagnon.
Merci Monsieur Franck AMBANGITO pour ses partitions que vous avez bien voulu mettre à notre disposition, en effet cette belle chanson rime non seulement avec l’indépendance de la RDC, mais aussi avec l’indépendance de l’Afrique toute entière. C’est une chanson panafricaine et continentale. Elle a été chantée et reprise par beaucoup d’artiste. Votre humble serviteur dans son nouvel album de salsa caliente l’a même reprise dans un pot-pourri intitulé : DIPANDA, où il reprend tour à tour Grand KALLE- Pierre TCHANA-Pierre AKENDENGUE- Franklin BOUKAKA
L’ayant modestement retouché pour la « panafricaniser », avec les vers suivants :

- Indépendance tchatcha to zui eh
Ôh kipwandza tchatcha tu bakidi
Ôh liberté tchatcha ba gagné oh
Ôh dipanda tchatcha to zui eh

Mokolo yango, oyo essengo
Bana Afrika ba bimié
Butu ata eleki molayi eh
Suka suka, tongo eko tana!!!!! Blocage

Indépendance tchatcha to zui eh
Ôh kipwandza tchatcha tu bakidi
Ôh liberté tchatcha ba gagné oh
Ôh dipanda tchatcha to zui eh

Les mélomanes écouterons très bientôt ses vers dans un chachacha à la sauce de Rufin HODJAR rendant comme d’habitude hommage à ses ainés.

Après cette indiscrétion je voudrais souligner le fait que les artistes africains pour la plupart ne reçoivent que des hommages à titre posthume, hors mis l’exception que l’on venait de vivre pour le Grand TABULEY ROCHEREAU légende vivante de la musique africaine à qui l’on a rendu un vibrant hommage après plusieurs tracasseries.
Pourquoi attendre la mort pour honorer une personne qui de son vivant à contribuer tant soi peu dans son domaine ?
J’ai toujours pensé que les musiciens des Bantous de la Capital devraient bénéficier d’un traitement de faveur par rapport à leur parcours musical. Il est regrettable de voir comment ces grands qui ont porté haut l’étendard de la musique congolaise être négligés et vivre sans prise en charge de l’Etat.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes