Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée internationale de l’écrivain africain à Pointe-Noire : Les Congolais appelés à préparer la relève des écrivains actuels


Par La Semaine africaine | Lundi 23 Novembre 2015 | Lu 764 fois | 0 Commentaire

Directeur départemental du livre et de la lecture publique de Pointe-Noire, Alphonse Nkala a invité, le 14 novembre dernier, le public congolais à poursuivre l’œuvre littéraire d’anciens écrivains, afin que la littérature congolaise continue de retentir. C’était au cours d’une cérémonie qui a eu pour cadre la salle de spectacles de l’I.f.c (Institut français du Congo) de la ville océane congolaise. A l’occasion de la journée internationale de l’écrivain africain.



Journée internationale de l’écrivain africain à Pointe-Noire : Les Congolais appelés à préparer la relève des écrivains actuels
Une journée qui se célèbre, depuis 1992, le 7 novembre de chaque année, en Afrique. Pour rendre hommage aux différents écrivains africains (poètes, dramaturges, romanciers, nouvellistes, etc.) et promouvoir leurs œuvres.
Le Congo-Brazzaville, dont l’industrie littéraire a regorgé et continue de regorger de talentueux ouvriers n’est jamais resté en marge de cette journée. Et Pointe-Noire qui, pourtant, est la capitale économique, est aussi l’un des berceaux de la littérature congolaise. En raison de l’immense production littéraire des fils et filles résidant sur le littoral congolais. Une production que la direction départementale du livre et de la lecture publique tient à promouvoir, par tous les moyens.
C’est pourquoi, d’éminents critiques littéraires et hommes de lettres africains ont, le 14 novembre dernier, fait le déplacement de Pointe-Noire. Dans une salle prise d’assaut par une centaine de personnes: les professeurs André Patient Bokiba, du Congo-Brazzaville, Mukala Kadima Nzuji, de la R.d.c, le doctorant Dieudonné Moukoumamou-Mouendo, le journaliste Bienvenu Boudimbou ont fait, au cours de ces retrouvailles, la présentation et la critique de nombreux ouvrages. Le cas de «Moi aussi je parlerai dans un film», d’Huguette Nganga Massanga; «Ce foutoir est pourtant mon pays», d’Alphonse Nkala; et «Quart de vie», de Dieudonné Tshimanga (R.d.c). Lesquels auteurs ont également répondu aux questions des participants, dont beaucoup d’élèves.
Soucieux de pérenniser le rayonnement de la littérature congolaise, à travers toute l’Afrique, Alphonse Nkala a proposé à la population congolaise, en général, et ponténégrine, en particulier, de préparer la relève des anciens. «Il faut, donc, que Pointe-Noire, qui a donné au Congo et à l’Afrique quelques figures emblématiques de sa littérature, s’approprie cette journée dite journée de l’écrivain africain, pour la célébrer chaque année. C’est là, une façon de susciter l’attention des jeunes sur la littérature, sur le livre. Car, la flamme de la littérature congolaise, allumée depuis Jean Malonga, ne doit jamais s’éteindre. Pour cela, il nous faut, chaque jour et davantage, préparer la relève», a indiqué Alphonse Nkala, dans son mot de circonstance.
Comme quoi, les Congolais ne sont pas encore prêts à dire leur dernier mot en matière littérature.

John NDINGA-NGOMA
Lu 764 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes