Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée nationale de l’arbre . Denis Sassou N’Guesso: Le peuple doit prendre conscience


Par | Dimanche 9 Novembre 2014 | Lu 539 fois | 0 Commentaire

Cuvette, (Starducongo.com) - Depuis plus de 28 ans, la journée nationale de l’arbre a été respectée ce 6 novembre 2014, par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso. Ce geste, il l’a posé, accompagné de son épouse ainsi que de certaines autorités civiles et militaires ainsi que de la société civiles de la localité, dans un site aménagé au village Olenga, à quelques kilomètres de la ville d’Oyo.



Denis Sassou N’Guesso
Denis Sassou N’Guesso
A cette occasion, Denis Sassou N’Guesso a accordé, à la presse, une interview dans laquelle il a exprimé sa déception de l’attitude de la population face à cette initiative salvatrice. Laquelle permettrait à la population d’éviter des érosions constatées à travers de grandes villes du pays.
Question : Planter un arbre est devenu pour vous comme un rituel, peut-on dire qu’aujourd’hui les congolais se sont appropriés le combat que vous meniez pour la préservation de l’environnement ?

Ce serait prétentieux et peut être trop tôt de le dire. Parce que l’année passée, j’avais dit qu’il serait important qu’une vraie campagne de vulgarisation soit lancée par les médias afin de sensibiliser la population du bien-fondé de cette journée. En venant accomplir cette tâche, j’ai vu d’autres compatriotes qui étaient debout le long de la route dans les différents des villages, et je suis me demandait s’ils avaient accompli leur tâche civique de planter un arbre derrière leurs maisons ? C’est ce qui est même permis et non seulement, un planting collectif.
Chacun doit planter un arbre à n’importe quel endroit de sa parcelle, parce qu’aujourd’hui c’est une loi, chaque congolais doit planter un arbre d’essence fruitière ou forestière, nul n’est sensé ignoré. Je ne suis pas encore sûr que cette orientation ait pris de l’effet sur la population, et même des cadres. C’est, donc, un travail d’éducation, de sensibilisation et de mobilisation que nous devrions poursuivre auprès des populations.
Aujourd’hui dans les grandes villes telles que Pointe-Noire et Brazzaville, on observe une occupation anarchique des terres, ce qui, à la longue, provoque des graves d’érosion et sans qu’ils se rendent compte des leurs actes posés, ces mêmes populations se plaignent lorsqu’il y a des phénomènes d’érosion. Donc, nous devrions concevoir un réel programme de reboisement pour stabiliser les terres autour de ces villes, à l’exemple de Brazzaville.
Cette réalité est causée par des populations, avec le concours peut être inconscient voire de l’incivisme de ce qu’on appelle les propriétaires terriens, on peut également dire des cadres, parce que ces terrains sont occupés par des cadres civils et militaires. Observer autour de Brazzaville, là où il y avait des forets qui stabilisaient Brazzaville, de nos jours, elles ont subie la déforestation.
Prenons le cas de la rivière Tsièmé, le long ce cours d’eau était occupé par une forêt dans laquelle nous allions tous nous promener. Cette forêt-là stabilisait
le sol, nous l’avons enlevés et installés nos maisons sur des collines de sable et avons provoqué des graves érosions. Et à chaque pluie des maisons sont emportées, parce qu’elles ont placées là où les arbres retenaient l’érosion. Donc il nous faut lancer un vaste programme de reboisement pour stabiliser les sols. Il y a, aussi ; la zone qu’on appelait Nganda Faignond, et ce site était au milieu d’une brousse. Malheureusement, cette brousse a été enlevée pour être remplacé par des maisons, donc si nous ne stabilisons pas ces sols en plantant des arbres, des bambous, ces populations connaitrons la même situation. Donc, c’est l’occasion pour ces populations de prendre conscience de l’importance de cette journée. Plantons les arbres pour faire face à ces phénomènes d’érosion.
Quant à Pointe noire, dans la zone de Mont-Kamba et autres, c’était une zone de forêt d’Eucalyptus et pins plantées comme nous le faisons ici. Des propriétaires fonciers ont fait couper cette forêt et ont vendu anarchiquement les sols aux populations qui ont construit des maisons. Si vous survoler cette zone, vous constaterez que les érosions ont commencé. Là aussi, il va falloir que nous lancions un programme de reboisement. C’est à travers ces opérations de ce genre que nous allons reconquérir ces sols. Non pas pour faire partir ces populations, mais pour les protéger contre les érosions, en plantant des arbres pour consolider les sols. Et ceux qui sont déjà victime des seront bien obligées de partir. Au regard de cette réalité, je ne peux pas dire que le peuple dans son ensemble a totalement pris conscience de l’importance de la journée nationale de l’arbre. Le rôle est donné à la presse qui devrait alors faire des réels
programmes d’éducation et de mobilisation des citoyens.
Lu 539 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes