Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kongo Culture Synergy : Chantal Missamou sensibilise les Congolais au bien-fondé de son initiative


Par Brazzaville-adiac.com | Vendredi 31 Août 2012 | Lu 1010 fois | 2 Commentaires



Chantal Missamou tenant un masque au musée du Bassin du Congo de Brazzaville.
Chantal Missamou tenant un masque au musée du Bassin du Congo de Brazzaville.
Congolaise résidant à New York, promotrice du label Kongo Culture Synergy créé aux États-Unis, Chantal Missamou est au pays depuis quelques semaines. « J'ai pensé sensibiliser les Congolais à cette initiative qui est la leur pour la visibilité de notre culture dans ce pays multiculturel », a-t-elle confié aux Dépêches de Brazzaville

Il s'agit d'un espace devant permettre aux Congolais d'exprimer leur génie artistique : « Kongo Culture Synergy a pour but de promouvoir la culture congolaise. Le Fespam importe tous les deux ans autant d'artistes qui viennent d'ailleurs. Kongo Culture Synergy, c'est le contraire. Nous exportons la culture congolaise pour la mieux faire connaître. »

Une belle manière de s'affirmer à l'étranger, cela pour faire bénéficier les générations futures des avantages du Congo en la matière. L'initiative de Chantal Missamou intéresse la culture congolaise dans sa diversité : peinture, stylisme-modélisme, sculpture, et autres. Les artistes en herbe trouvent ici un porte-voix pour les encourager à croire en leur talent. Car, la culture, c'est ce qu'il y a de plus précieux.

« Il n'y a rien de plus heureux que de reconnaître qu'on vient de quelque part. On ne peut pas se laisser envahir par les cultures d'ailleurs pendant qu'on a une richesse inégalable dans sa propre culture. Nous devons sauver notre culture et en être fiers, et encourager nos enfants à se l'approprier. Nous devons leur passer le relais pour qu'ils deviennent les ambassadeurs de notre riche héritage culturel », espère vivement la promotrice de Kongo Culture Synergy.

Parmi les valeurs qui ont toujours caractérisé la tradition congolaise et qu'il faut sauvegarder, selonChantal Missamou, figure le respect de soi et celui des autres. L'organisation souhaite impliquer tous les Congolais épris de sens patriotique pour aider le Congo à se hisser au niveau des nations actives en matière de culture. Un tel défi nécessite l'assistance tant des autorités congolaises que celle des sponsors pour assurer son succès.

Kongo Culture Synergy implanté à Harlem

Ici se trouve une forte concentration de la communauté afro-américaine en quête perpétuelle d'une identité authentique. « Ces Afro-Américains rêvent d'être au contact avec la réalité, redécouvrir leur terre ancestrale, c'est le cas du Congo par exemple. Parce que nombre d'entre eux sont partis d'ici, de Maloango. Je suis souvent confrontée aux questions qui me sont posées à ce propos. Ils disent ne pas se retrouver. Nous devons leur présenter ce que nous sommes réellement », a suggéré Chantal Missamou.

Tout artiste congolais talentueux versé dans les rythmes traditionnels sera intéressé. Les instruments demusiques jadis valorisés par les ancêtres congolais feront l'objet d'un intérêt particulier. Chantal Missamou, qui n'est autre que la sœur cadette du salsero José Missamou mort en 2000, dit bénéficierd'ores et déjà du soutien de l'ambassadeur et représentant permanent du Congo auprès des Nations unies, Raymond-Serge Balé.

Le gouvernement pourra ainsi faciliter le mouvement des artistes vers les États-Unis par le biais duministère de la Culture et des arts, lequel s'emploiera à proposer des artistes qui peuvent tenir le coup tout en étant responsables une fois arrivés à New York. Car, ils doivent aller et revenir au pays pour se ressourcer et non s'enfuir.

Pour ne pas gâcher cette opportunité qui s'offre au Congo, « je sais compter sur l'ensemble des compatriotes congolais et plus singulièrement sur le ministre de la Culture et des arts, Jean-Claude Gakosso, à qui j'avoue mon estime au vu de ce qu'il fait pour la culture de notre pays. C'est d'ailleurs lui qui est parti rencontrer en 2009 les Afro-Américains à New York. Il avait déjà balisé la voie que nous sommes en train de suivre avec le soutien qu'il nous apportera. Nous avons besoin de son apport », a-t-elle conclu.

Jean-Dany Ébouélé
Lu 1010 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Kinzonzi le 24/03/2014 14:02 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,la culture congolais n'avance pas.par manque de concideration.

2.Posté par kinzonzi le 26/09/2014 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la culture n avance pas par manque de considération et manque de structure confortable

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes