Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’arbitrage congolais manque de crédibilité


Par Journaldebrazza.com | Vendredi 12 Octobre 2012 | Lu 341 fois | 0 Commentaire



L’arbitrage congolais manque de crédibilité
C’est du moins ce que pense le gabonais Pierre Alain Mounguéngué, un expert de la Fédération Internationale de Football Association

L’arbitrage congolais jouit depuis plus d’une décennie d’une mauvaise crédibilité au plan international, a indiqué le Gabonais Alain Pierre Mounguengué, l’un des experts de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et de la Confédération Africaine de Football (CAF), délégué à Brazzaville pour animer le stage de perfectionnement des capacités organisé par ces deux structures à l’intention de 27 arbitres congolais du 9 au 13 octobre dans la capitale congolaise. En effet, M. Mounguengué devant transmettre le savoir et le savoir-faire aux arbitres congolais pour la quatrième fois consécutive, s’est dit déçu du fait que, malgré l’organisation régulière des stages à leur profit, les arbitres congolais enregistrent toujours des échecs dans les regroupements de haut niveau. Ils ne sont plus, depuis belle lurette, retenus pour officier les rencontres internationales de football, a-t-il rappelé, avant de signifier qu’ils ne seront pas parmi les cinq de la sous-région de l’Afrique Centrale retenus pour la phase finale de la coupe du monde de 2014 au Brésil, et encore moins à celle de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de 2013 en Afrique du Sud.

Le football congolais ne peut pas s’élever si l’arbitrage est à la remorque. L’un ne peut aller sans l’autre, a fait savoir M. Mounguengué qui, en présence du directeur général des sports, M. Emile Bienvenu Bakalé, ayant ouvert ce stage, a invité la Fédération Congolaise de Football (FECOFOOT), représentée à cette occasion par son deuxième vice-président, M. Charles Otendet, à mettre l’accent sur l’arbitrage, car la représentativité d’un pays aux compétitions internationales peut se faire soit par l’équipe nationale ou l’arbitre. Tout en exhortant la FECOFOOT et surtout les jeunes arbitres congolais à emboîter le pas aux autres arbitres africains, en s’élevant par le travail avec l’application scrupuleuse des 17 lois de jeu qui sont toujours enseignés à chaque stage, l’expert de la FIFA a indiqué qu’il y a de l’argent dans l’arbitrage, si l’on devient arbitre international. A cet effet, il a déconseillé aux jeunes arbitres congolais de ne pas se contenter des maigres primes qu’ils perçoivent au cours du championnat congolais, ou encore des 20.000 ou 50.000 FCFA que les présidents des clubs leur remettent pour faire les matches à l’avantage de leurs clubs respectifs. Il faut plutôt s’affirmer pour devenir arbitre international, en vue d’espérer avoir des moyens financiers susceptibles de faire des business. Pour illustration, il a dit qu’un arbitre retenu pour diriger un match préliminaire de la coupe du monde a droit à 500 dollars par jour et pour un arbitre congolais devant se rendre par exemple au Soudan, il en aura pour six jours, soit 500 dollars x 6. Intervenant à son tour, le directeur général des sports a reconnu les propos de M. Mounguengué selon lesquels ces contre-performances sont le résultat d’un manque de politique de développement au niveau de la FECOFOOT aussi bien dans l’arbitrage que dans la formation des entraîneurs et dans la détection des athlètes. M. Bakalé a demandé ainsi aux stagiaires de donner le meilleur d’eux-mêmes pour qu’à la prochaine session de formation l’expert Mounguengué soit satisfait des enseignements qu’il a toujours donnés aux arbitres congolais. Pour sa part, M. Otendet a pris acte des pertinentes remarques faites par M. Mounguengué et a exhorté, à son tour, les participants à ce stage à la ponctualité et à l’assiduité, en vue de rehausser le niveau de l’arbitrage congolais au plan international comme à l’époque de Angaud, Opango, Bantsimba, Miandzoukouta… L’objectif de ce cours organisé une fois l’an par la FIFA depuis 2007 est de relever qualitativement le niveau de performances des arbitres locaux d’une part, et de faire une prospection des arbitres présélectionnés pour les compétitions d’élite futures. Plusieurs thèmes vont être abordés au cours de ce stage, notamment les 17 lois de jeu.
Lu 341 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes