Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’écrivaine Ananda Devi rafle le tout premier «Prix Mokanda»


Par Journaldebrazza.com | Vendredi 19 Octobre 2012 | Lu 394 fois | 0 Commentaire



L’écrivaine Ananda Devi rafle le tout premier «Prix Mokanda»
La mauricienne a reçu son prix à Brazzaville des mains de l’ambassadeur du Congo en France Henri Lopès, ainsi qu'un chèque de dix mille euros

L’écrivaine mauricienne Ananda Dévi, une figure majeure de la littérature francophone de l’océan indien, a été plébiscitée, le 16 octobre dernier à Brazzaville, pour recevoir le «Prix Mokanda» par l’ensemble des membres du jury de cette récompense littéraire qui en était à sa première édition. Ce prix qui a été remis à la lauréate pour encourager l’ensemble de ses œuvres, est constitué d’un trophée et d’un chèque de dix mille euros. La romancière Ananda Dévi qui s’est réjouie de cette distinction a déclaré: «de retour à Brazzaville, je suis tombée amoureuse du Congo». Sur le sens de cette récompense littéraire, l’ambassadeur du Congo en France, Henri Lopes, lui-même écrivain de grande renommée, qui s’est exprimé en tant que président du jury, a rendu un hommage au Président de la République, Denis Sassou-N’guesso qui a permis de passer de l’idée à la réalité, en instaurant ce prix. Nous avions l’idée du prix, mais il nous manquait des moyens pour concrétiser cette idée à une réalité, a-t-il reconnu. Diriger, c’est de ne rien faire, tout faire faire, c’est de rien faire, a-t-il dit, estimant qu'on ne peut rien faire sans une équipe, un soutien. De ce fait, Il a félicité toute l’équipe qui a œuvré pour l’élaboration de ce prix.
Le président du jury, a annoncé devant une foule constituée des membres du gouvernement, des écrivains, cadres, journalistes, étudiants et des lycéens, l’organisation d’un «Prix Mokanda» dans les lycées du pays. Intervenant à cette occasion, le critique littéraire et membre du jury de cette édition, Boniface Mongo Mboussa, a indiqué que bien que jeune, ce prix s’inscrit dans une longue histoire littéraire romancière, une généalogie prestigieuse et une légitimité du Congo à proposer à l’Afrique et au monde francophone un prix littéraire. Cette légitime réside, a-t-il ajouté, sur «une production littéraire foisonnante et souvent de qualité». Ce Prix «Mokanda» qui signifie "belle lettre" mais aussi lettre au sens commun du terme, créé sous l’impulsion de son président, l’écrivain Henri Lopes, mais aussi du Salon du Bassin du Congo, est un prix de réception par excellence, c’est en cela que réside son originalité, a souligné Mongo Mboussa. Selon lui, ce prix est constitué de la réception radiophonique, télévisuelle, universitaire, et de la réception de la réception, dont le jury est composé, entre autres, du Pr Jacques Chevrier, du journaliste Yvon Amar, du journaliste et écrivain-animateur Olivier Barrot qui ont porté ce choix en tenant compte des critères bien précis. Attribué par le Stand Livres et Auteurs du Bassin du Congo, le «Prix Mokanda» récompense un parcours, une démarche et l’œuvre d’un écrivain francophone dont les textes inspirent l’Afrique et le continent, a-t-il fait savoir. Ce prix littéraire, a-t-il affirmé, couronne une œuvre entièrement francophone dont la préoccupation centrale s’articule autour de l’Afrique. Le lauréat n’est pas tenu d’être de nationalité africaine, mais ses écrits doivent s’inspirer, par son amour et son intérêt, de ce continent, a-t-on appris.

En mars dernier, à Paris en France, les noms des trois finalistes ont été dévoilés. Il s’agissait de Boualem Sansal de nationalité algérienne, Alain Mabanckou de la République du Congo et d’Ananda Dévi de l’Ile Maurice. C’est à l’issue des critères, retenus que le jury a porté son choix sur la lauréate de cette édition. [i Notre ambition consiste à inscrire le Congo au cœur de la vie littéraire de l’Afrique et du monde littéraire. Après Dakar, capitale de l’art contemporain, Ouagadougou capitale du cinéma, on aimerait que Brazzaville devienne la capitale du monde littéraire», a-t-il conclu.
La directrice du Musée Galerie du Bassin du Congo, Lydie Pongault a, pour sa part, soutenu que le fait d’accueillir la lauréate du «Prix Mokanda» constitue «pour nous un grand honneur qui résulte du travail de toute une équipe».

En outre, elle a remercié le président du jury, qui a réussi à réunir autour de lui un jury international qui a distingué parmi de nombreux écrivains l’auteur Ananda Dévi comme lauréate de la première édition de ce prix. C’est fort du succès du Stand Livres et Auteurs du Bassin du Congo au Salon International du livre de Paris en 2010 que le Comité de pilotage avait pris l’initiative de créer le «Prix Mokanda» en 2012, rappelle-t-on.
Lu 394 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes