Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’histoire commence en Mésopotamie certes ! Mais aussi en Afrique !


Par | Mercredi 9 Novembre 2016 | Lu 1919 fois | 3 Commentaires

France, (Starducongo.com) - Contrairement à son prédécesseur qui affirmait que, l’Afrique «berceau de l’humanité », n’est pas assez ancrée dans l’histoire, François Hollande, a inauguré mardi 1er novembre dernier au Musée du Louvres – Lens (Pas de calais) une exposition sur la Mésopotamie.



François Hollande et Brice Arsène Mankou
François Hollande et Brice Arsène Mankou
Une occasion pour le chef de l’Etat français de lancer un plaidoyer sur la protection des arts partout où ils sont menacés par les barbares qui veulent nous imposer une autre civilisation.

Ce fut aussi, aussi une occasion pour François Hollande de rencontrer les écrivains et hommes de lettres venus d’ailleurs et qui contribuent par leurs écrits français de faire rayonner cette culture française qui se veut universelle et ouverte sur le monde.

Parmi les écrivains rencontrés, figurent en bonne place Brice Arsène Mankou qui récemment a plaidé pour une reconnaissance dans les manuels scolaires français de l’histoire de Brazzaville qui fut la capitale de la France libre de 1940 à 1942.

Sensible à cette erreur historique, le chef de l’Etat a reconnu que c’est une « injustice » qu’il faudrait forcément corriger, en l’exhortant à fédérer bien au-delà du bassin du Congo, historiens, écrivains et autres artistes.

Le plaidoyer de Brice Mankou est un combat que François Hollande soutient d’où l’appel qu’il lance à tous les hommes de lettres, à tous les historiens et Sociologues de se joindre à ce mouvement intitulé : « Brazzaville, capitale de la France libre, ne l’oublions pas ! »

Ce vaste mouvement, compte mener des plaidoyers auprès du Ministère Français de la culture, de l’éducation nationale, des affaires étrangères, de l’OIF et de l’UNESCO pour que soit inscrite dans les manuels scolaires cette portion de l’histoire qui ne figure dans aucun manuel de l’histoire.

Ce mouvement a déjà le soutien du Président François Hollande.

Soulignons que l’exposition : « L'histoire commence en Mésopotamie » inaugurée au musée du Louvre-Lens rassemble près de 400 objets qui racontent l'invention de l'écriture, l'émergence des premières villes et de premiers empires.

Notons enfin que La Mésopotamie, est ce pays entre les deux fleuves situé pour l'essentiel en Irak actuel.

Il est le berceau de l'économie moderne et de l'écriture avec laquelle commence l'histoire. C'est aussi le pays des premières villes et des systèmes politiques et administratifs les plus anciennement connus à ce jour. Si nos villes, notre cadre de vie, nos croyances et notre imaginaire modernes sont bien différents de ceux de la Mésopotamie antique, ils n'en sont pas moins les héritiers des « premières fois » fondamentales de la civilisation mésopotamienne.

C'est ce monde à la fois proche et lointain que l'exposition présentera, à travers des œuvres majeures et des témoins inédits de la Mésopotamie du IIIe au Ier millénaire avant J.-C.

Le musée du Louvre - Lens entend ainsi montrer l'importance fondamentale de ce patrimoine mondial, connu partiellement grâce à la Bible et redécouvert à partir du 19e siècle lors des fouilles archéologiques, alors qu'il est aujourd'hui menacé par la situation tragique en Irak et au Moyen-Orient.
Cette exposition sur la Mésopotamie est au musée du Louvre- Lens du 2 novembre 2016 - 23 janvier 2017.

Clément Ossinonde
clementossinonde@starducongo.com
Lu 1919 fois


Vos commentaires:

1.Posté par MANKOU le 11/11/2016 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« Brazzaville, capitale de la France libre, ne l’oublions pas ! »
Une initiative soutenue par le Chef de l’Etat français François Hollande.


Si nous considérons que Brazzaville a joué un rôle majeur dans l’histoire de la France libre, si nous pensons que cette ville mérite aussi d’entrer dans le panthéon des villes qui comptent pour la France, si nous estimons que beaucoup de nos parents venant de Brazzaville ont versé leur sang pour la France libre, alors, plaidons ensemble pour la reconnaissance et surtout l’inscription dans les manuels scolaires et de l’histoire française qui fait de : « Brazzaville, la comme capitale de la France libre. » Cette inscription dans les annales de l’histoire de France permettra de fixer la mémoire collective et surtout celle de nos nombreux enfants nés en France qui risquent demain si l’on n’y prend garde d’oublier que Brazzaville fut entre 1940 et 1942, la capitale de la France libre. Ne l’oublions pas, plus que jamais nous demandons cette reconnaissante officielle soutenue par le Chef de l’Etat français François Hollande qui estime que « l’heure est venue de faire entrer Brazzaville, dans le panthéon de ces villes qui ont compté dans l’histoire de la France libre ». A l’instar d’Alger, Londres, Brazzaville est et restera le symbole vivant de la résistance de la France. La France libre, nous rappelle les historiens est né à partir de juin 1940, lorsque le général de Gaulle organise la Résistance extérieure à partir de la Grande-Bretagne. Là, il œuvre à la reconnaissance de la France Libre et tente de rassembler sous l'emblème de la croix de Lorraine, les territoires de l'Empire colonial et tous les hommes décidés à combattre pour que la France soit présente à la Victoire. Parmi ces hommes, nos pères et nos grands-pères, anciens combattants morts pour la France dont nous ne connaissons, ni sépulture, ni les conditions d’inhumation. Ils sont ainsi morts pour la France dans l’anonymat le plus absolu. Nous leurs descendants originaires de Brazzaville, conscients du devoir de ce mémoire, demandons que cette histoire de la résistance française à travers Brazzaville soit enseignée dans les cours d’histoire. Oui, comme l’exprimait le Général de Gaulle dans son appel du 18 juin 1940, "La flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas". Alors pour qu’elle ne s’éteigne pas, veuillez signer cette pétition pour : reconnaître que Brazzaville fut la capitale officielle de la France libre, faire figurer dans les manuels d’histoire et autres documents officiels, le rôle de Brazzaville, comme capitale de la France libre, commémorer et se souvenir chaque appel du 18 juin de Brazzaville, comme capitale de la France libre, d’ériger des stèles dans nos villes sur ces villes amies de la France libres, de faciliter pour les familles des anciens combattants vivant à Brazzaville des visas lors des journées du 18 juin et du 14 juillet de chaque année, d’enseigner l’histoire de Brazzaville, capitale de la France libre en France.



Président du Collectif : « Brazzaville, capitale de la France libre, ne l’oublions pas ! »
Contact. Complétez ce formulaire pour plus d'infos.
Entrez en contact avec l'auteur via l'adresse ce-dessous :

Brice Arsène MANKOU

brice.mankou@yahoo.fr
+33684423249
Nom

Prénoms

Fonctions:

Email

2.Posté par eze le 15/11/2016 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mokongo aza mayele mingi te.Oyo kel buzoba?

3.Posté par voyance gratuite en ligne par mail le 16/11/2016 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo ! Votre blog est l'un des meilleurs que j'ai vu !

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes