Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France s’attaque aux préjugés filles-garçons


Par | Samedi 18 Janvier 2014 | Lu 574 fois | 0 Commentaire



Pour l’implication des hommes dans l’éducation dispensée dans les crèches

Najat Vallaud-Belkacem, ministre française des Droits des femmes
Najat Vallaud-Belkacem, ministre française des Droits des femmes
Les préjugés sexistes entre filles et garçons sont un véritable problème de société qui trouve leurs racines dans la petite enfance. Pour lutter contre ces stéréotypes, il est urgent d’agir à ce stade de la vie des tout petits.

Telle est la principale conclusion du rapport «Lutter contre les stéréotypes filles-garçons, un enjeu d'égalité et de mixité dès l'enfance» remis mercredi à la ministre française des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.

Ce document de 250 pages suggère une série de recommandations visant à mettre un terme aux discriminations, fantasmes, stéréotypes, préjugés et sexisme qui minent la société française. Pour en finir avec ces préjugés ou du moins les faire reculer, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective, auteur de ce rapport, recommande trente propositions liées pour l’essentiel à l’éducation, l’orientation scolaire, la santé ainsi qu’aux activités scolaires, culturelles ou sportives.

Le rapport, qui recommande davantage l’implication des hommes dans l’éducation des enfants, constate que les petits « sont très majoritairement pris en charge par des femmes et font très vite le lien entre pourvoyeur de soin ou d’éducation et activités féminines».

Une réalité qui ne surprend guère au regard des chiffres relevés au niveau des crèches où les mères restent le référent prioritaire des employés. En effet, 99% des salariés de crèches sont des femmes et 7% seulement des instituteurs sont des hommes. S’agissant du Maroc, cette situation se vérifie aisément sur le terrain, loin de toute statistique.

De ce fait, une des pistes proposées serait donc d’ouvrir les métiers de la petite enfance aux hommes, préconise le rapport. Ce qui aura l’avantage de promouvoir la mixité.

En plus de sanctionner les propos sexistes en cours de récréation, le rapport estime nécessaire d’encourager les jeunes à envisager «un parcours atypique au regard de leur sexe».

Conscient que «filles et garçons n’ont pas le même rapport au corps et s’engagent diversement dans les activités scolaires, sportives ou culturelles», le rapport suggère également que des campagnes de sensibilisation soient menées pour encourager les filles à s’intéresser davantage à ces activités.
On se souvient qu’un rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale sur les stéréotypes de genre, remis en mai dernier à Vincent Peillon, était arrivé aussi à la conclusion que l’école entretient les inégalités entre filles et garçons.

Alain Bouithy
Lu 574 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes