Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La République du Congo connectée au câble sous-marin à fibre optique


Par Congo-site.com | Samedi 18 Août 2012 | Lu 788 fois | 0 Commentaire



La République du Congo connectée au câble sous-marin à fibre optique
Le Congo est connecté aux autoroutes de l’information depuis le 11 mai 2012 à travers la station terminale implantée à Matombi (département du Kouilou) dans le cadre du projet du câble sous-marin de la côte ouest d’Afrique, en anglais West Africa Cable System (WACS).


Selon l’administrateur général de Congo Telecom, M. Akouala dont la société représente le pays dans le consortium WACS, le Congo figure parmi les premiers pays membres du consortium dont les stations terminales sont opérationnelles.

«Le Congo est connecté aux autoroutes de l’information depuis le 11 mai 2012. Notre station terminale est prête et fonctionne actuellement. Et, nous faisons partie des Etats dont la station terminale a été mise en service dans le premier périmètre. Nous nous attelons actuellement à connecter la ville de Pointe-Noire à la station terminale», indique-t-il.

La fibre partira de Pointe-Noire à Ouesso dans le département de la Sangha (nord Congo). A ce jour, elle est déployée de Pointe-Noire à Owando (département de la Cuvette) sur les poteaux électriques des barrages de Moukoukoulou et d’Imboulou avec deux bretelles, l’une pour Djambala (département des Plateaux) et l’autre pour Boundji (Cuvette). La liaison Owando-Ouesso se fera par fibre souterraine.

«Nous avons déjà reçu du matériel pour les différents relais. Nous réalisons présentement les travaux de génie civil pour la construction et la réhabilitation des sites qui abriteront des équipements relais. D’ici décembre 2012, si les paiements s’effectuent normalement, Brazzaville et Pointe-Noire seront mises en service», confie M. Akouala.

Il est également prévu la connexion de Pointe-Noire, Brazzaville et Owando en fibre souterraine, afin que la fibre aérienne puisse servir de secours. Les travaux des boucles métropolitaines de Brazzaville, Oyo et Pointe-Noire sont achevés, ceux des nœuds d’accès en cuivre et en fibre optique se trouvent en phase terminale. Ces nœuds d’accès sont des endroits permettant de connecter les abonnés.

La République du Congo connectée au câble sous-marin à fibre optique
Le projet fibre optique est l’appendice du projet de couverture nationale en télécommunications (PCN) qui est réalisé par la société chinoise Huawei, notamment dans la partie CDMA. D’un coût d’environ 100 millions de dollars américains, la première phase du projet concerne les villes de Brazzaville, Pointe-Noire et Oyo, et repose entre autres, sur la partie mobile (CDMA). «Dans le cadre de la partie CDMA, l’implantation des sites est déjà terminée à Brazzaville, Pointe-Noire et Oyo. A Brazzaville, nous sommes en période de test de CDMA, également du téléphone», explique M. Akouala qui assure aussi la coordination du PCN.

La deuxième phase qui consiste à connecter les chefs-lieux de régions au backbone, est chiffrée à 73 millions de dollars américains, alors que la troisième phase, estimée à 36 millions de dollars américains, vise à connecter les chefs-lieux de districts et les grands villages. La société sud-africaine Alcatel Lucent s’occupe de la partie backbone.

Ce projet permettra de disposer des services téléphoniques de qualité, d’une connexion Internet à haut débit, ainsi que d’autres services liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC).

Le câble sous-marin à fibre optique est un système établi pour une durée maximum de 25 ans, garantissant une grande fiabilité de la connexion Internet et des communications. Ce système épargne les usagers des tracasseries de la connexion satellitaire, souvent perturbée par les effets climatiques.

C’est en février 2011 que le Congo a installé sa bretelle qui a été connectée au câble sous-marin à fibre optique situé à 300km au large de la côte congolaise. Long de 14.400 km, ce câble longe la côte ouest africaine entre le Portugal et l’Afrique du Sud.

Le consortium WACS regroupe les pays qui ont raté la connexion au câble sous-marin SAT 3, notamment la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo (RDC), la République du Congo, le Togo, le Cameroun, l’Angola, le Botswana et le Gabon. Piloté par l’Afrique du Sud, le projet devrait permettre aux pays concernés de rattraper la connexion au câble.

Christian Brice Elion
Lu 788 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes