Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Sape congolaise


Par Suite101.fr | Dimanche 5 Février 2012 | Lu 1258 fois | 2 Commentaires



La Sape congolaise
Une définition de la Sape congolaise à travers ses deux courants interprétatifs, ses origines, ses codes et sa philosophie.

Explosion de raffinement dans un appel à la vie intemporel au milieu des soubresauts violents de l’Afrique...

Voilà une définition qui pourrait convenir à la Sape. Cette philosophie de vie, dans sa version moderne, apparaît aujourd'hui et plus que jamais comme un message de paix. En voici les fondements.

Les origines

Pour certain, le mot « sape » aurait été inventé par un certain Christian Loubaki (dit « l'enfant mystère ») alors que ce dernier, employé par des aristocrates parisiens, aurait récupéré les vêtements usagés de ces derniers.

Il se serait alors auto-déclaré « mieux sapé » que ses semblables et aurait érigé cette conception en mode de vie.

De retour au pays à la fin des années soixante-dix, il aurait ouvert la première saperie dans le quartier de Bacongo, un des plus vieux quartiers de la capitale Brazaville.

Selon d'autres et notamment la communauté des prétendus spécialistes en la matière, la période moderne de la Sape aurait aussi vu le jour sous l'influence d'André Grenard Matsoua (1899-1942). Ce syndicaliste anticolonialiste congolais ayant servi la France durant la guerre du Rif (1925-1926) et terminé tant tragiquement que mystérieusement son existences en déportation au Tchad serait sans que l'on puisse le prouver, le premier sapeur de l'ère moderne.

Il aurait rapporté de son passage en métropole tout le raffinement vestimentaire du Paris des années folles qu'il aurait associé à la grâce et à la joie de vivre africaine.

Bref, une confusion interprétative typiquement africaine semble régner sur les origines véritables de la Sape.

Néanmoins et quelque soit la thèse avancée, un certain consensus désigne le Congo-Brazaville comme étant le berceau de la Sape. Comme ses emblématiques prétendus initiateurs, les sapeurs viennent historiquement de la région sud du pays (le Pool) mais par la suite, le phénomène ayant conquis le reste du pays, le congolais est devenu potentiellement un « sapeur né ». Le sapeur peut porter plusieurs noms. Ainsi, selon le degré de maîtrise de cet art, on peut les qualifier de dandy, play-boy, sapelogue ou encore mikiliste. En revanche, celui qui ne sait pas s'habiller est un « ngaya ».

Les codes

Pour être un sapeur, point n'est besoin de se ruiner.

Même si certains vêtements peuvent coûter cher (notamment concernant les chaussures dont la référence est la marque Weston depuis les années 70), c'est surtout la façon de les porter qui importe.

Le mariage des couleurs et des motifs des tissus est aussi d'une importance cruciale.

La propreté du vêtement est bien évidemment primordiale. Il convient en général de respecter un certain nombre de règles d'or comme par exemple de ne pas porter de veston avec un costume croisé ou des chaussettes non assorties aux chaussures (et que du fil d’Écosse s'il vous plait !).

La tenue la plus prisée par les sapeurs est sans nul doute le « Dakar » qui se compose généralement d'un blazer et d'un pantalon déclinable en plusieurs combinaisons possibles.

La philosophie

Aujourd'hui, deux courants s'opposent avec d'un côté les défenseurs du style vestimentaire de la fin XIX ème et début XX ème siècle que sont les sapeurs de la Société africaine des personnes élégantes et de l'autre les chantres de l'exubérance couteuse et ostensible que sont les sapologues de la Société des Ambianceurs et Personnes Élégantes (S.A.P.E.).

Au delà des clivages, l'art de la Sape ne doit pas se résumer à celui de s'habiller avec bon goût. Certains congolais ont une vision critique de la récupération transgressive de cet art par la « Sapologie » notamment française avec ses fautes de goût (mélanges de couleurs criardes africaines et de vêtements de marque et de style européen) et toute sa panoplie d'exagérations gestuelles.

La Sape serait au contraire une quête d'équilibre et de perfection de soi qui vise à présent et après de longues années de tensions et de violences à réconcilier les hommes de ce pays.

Pour être sapeur, il faut avoir du charisme et faire corps avec son costume tout en sachant se mettre en scène sans être outrageant.

Cette « philosophie » serait un vecteur de paix et de rassemblement encore majoritairement reconnu par les Congolais.

Ainsi, loin des anciennes colonies, le Congo s'érigerait idéalement en gardien de la tradition de ce mouvement patrimonial national et de cette raison d'être qui ne s'assimile pas à de la simple frime vestimentaire.

Pour autant, d'autres voix se font entendre dont celle de Gervais Mboumba qui prétend que la Sape serait au contraire, de par les visions opposées de ses défenseurs, un vecteur de discorde et de confusion dans l'esprit des congolais de par le monde.

Selon lui, ce mouvement engendrerait une doctrine honteuse pour l'ensemble des noirs africains en privilégiant par exemple les productions vestimentaires européennes au détriment des créateurs endémiques émergents et talentueux.

Au final, au-delà des récupérations politiques et autres dissensions partisanes, peu-importe de choisir entre les exubérances outrageusement colorées du style sapologique et la rigueur du classicisme post-colonial de la Sape prétendument originelle.

Seul doit compter le fait que tout un peuple semble adhérer à ce concept participant plus à la construction de l'homme qu'à sa perte dans le sens où : « serait-il convenable de se battre vêtu de la sorte ?»

Lionel Roquefort
Lu 1258 fois


Vos commentaires:

1.Posté par NGANGA KOBO le 08/02/2012 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
contrairement aux allegations fantaisistes et malhonnetes de certaines personnes qui assimilent la naissance de la sape avec matsoua , la sape c'est une jeune doctrine populaire née des quartiers populaire notamment à bacongo en 1968 sous l'influence: de la fulgurance des beatles,du courant happy,du mouvement de mai 1968 en france,de l'accession au pouvoir de ngouabi(espoir de liberté) et dont le précursseur n'est autre que la bande à nkodia francos(francos,siassia sisi le frere de maverick,gomez makanda,bikouta biskotin,riky simeon,dibantsa david kwapiti,bavoueza guinot et autres).la sape est une doctrine soutenue par 3 conceptions que mr matsoua n'a jamais connu et qui sont: l'élégance vestimentaire(sobriété,raffinement,finition,classisisme),l'impertinence orale(le langage,les codes),et le comportemental( la façon de se tenir devant diverses occasions, la non violence.)tous ces concepts n'ont jamais éffleurés le cerveau de mr matsoua.
il est donc inutile d'y'associer les gens qui n'ont rien avoir.de la bande à francos, le seul qui est resté actif c'est bien francos, il est donc évident qu'on lui reconnaisse ses mérites,on ne change pas l'histoire et ce qui est vrai reste vrai. francos reste donc le père de la sape.

2.Posté par NGANGA KOBO le 08/02/2012 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le simple port des beaux habits comme le faisait mr matsoua de retour de france ne s'appele pas la sape, la sape est une doctrine,ce qui revient à dire que pour se prétendre sapeur il faut arriver à épouser la dite doctrine dans son entiereté.la sape est une doctrine comme l'a été le dandysme en angleterre,le mouvement happy aussi. elle est propre au congolais de brazzaville voila pourquoi le langage des sapeurs n'est autre qu'1 congolisme qui prend ses raçines dans le lari ,ethnie des premiers sapeurs, à l'exemple des mots comme "ngaya, nsoussou etc..

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes