Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La question que je me pose.... Un cadeau empoisonné pour Jean Marc Thystère-Tchicaya ?


Par | Vendredi 14 Août 2015 | Lu 1026 fois | 1 Commentaire

Pointe-Noire, (Starducongo.com) - Depuis le lundi 10 août 2015, le Congo est dirigé par une nouvelle équipe gouvernementale suite au remaniement opéré par son Chef Denis Sassou-Nguesso. Cinq membres de l’ancienne équipe ont été remerciés. Deux nouvelles personnalités viennent d’accéder au gouvernement. Parmi les nouveaux, il y a Jean Marc Thystère-Tchicaya, président du Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (Rdps, Majorité), fils de feu Jean Pierre Thystère-Tchicaya, fondateur de ce parti qui a vu le jour en 1989, à la veille de l’inoubliable conférence nationale souveraine.



Jean Marc Thystère-Tchicaya, Ministre des Hydrocarbures
Jean Marc Thystère-Tchicaya, Ministre des Hydrocarbures
Du Kouilou profond aux confins de la Likouala, des membres du Rdps et bien d’autres Congolais sont sans doute nombreux à congratuler Jean Marc pour avoir été nommé au poste de ministre des hydrocarbures. Lui-même se félicitera de la « confiance » que le Chef de l’État a placée en lui. Et semble bien travailler au sein de ce département, tant son background est conforme à ce département, car il est avant tout cadre du grand opérateur pétrolier du Congo, Total E&P Congo. A priori, techniquement et professionnellement parlant, Jean Marc se sentira aussi à l’aise qu’un requin en mer.
Et politiquement ? Là, sauf mauvaise appréciation du contexte, sera tout le problème de Jean Marc Thystère-Tchicaya. Bien que membre de la Majorité Présidentielle dont le parti principal, Pct favorable au changement de la Constitution pour permettre au Chef de l’État entre autres « de parachever les grands chantiers de modernisation du pays et continuer à garantir la paix chèrement acquise » (sic), le Rdps, lors de son congrès extraordinaire tenu du 20 au 23 mai derniers à Pointe-Noire, s’était farouchement prononcé contre le changement de la constitution du 20 janvier 2002. Dès lors, comment en cas de référendum (c’est l’option favorite du Chef de l’État) Jean Marc entend-il battre campagne pour le « Non » à l’abrogation de la Constitution, lorsque tous les membres de la Majorité ou presque remueront ciel et terre pour emmener les Congolais à voter « Oui » ?
Peut-être se dédira-t-il. Ça peut être possible. Visiblement convaincue de la victoire du « Oui », en raison de la manière dont les scrutins sont organisés depuis 2002 au Congo (bourrage des urnes, recensement administratif pas trop conforme à la réalité, découpage électoral pas trop équitable, etc.), la majorité présidentielle pourra lui concéder cela. Et ne lui tiendra pas rigueur, car dans une bataille politique comme dans un match de football, chaque acteur a un rôle précis à jouer. Celui de Jean Marc pourrait consister à crédibiliser ou légitimer ce que l’Opposition et quelques membres de la Majorité appellent « coup d’État constitutionnel de Sassou-Nguesso ». Pour qu’un jour, le Président Sassou dise à qui voudra l’entendre : «Même certains membres de ma famille politique s’étaient prononcés pour le Non. Or, le peuple est au-dessus des acteurs politiques ».
Et comment Jean Marc Thystère-Tchicaya sera-t-il désormais perçu par la base de son parti qui a déjà clairement exprimé son irrépressible besoin d’alternance au Congo? Difficile pour l’instant de le savoir. Mais, cette base pourrait donner raison à Mabio Mavoungou-Zinga. Lui qui a toujours dénoncé l’attitude de ses camarades consistant à faire du Rdps un fonds de commerce. Lui qui avait émis le vœu que le tour revienne au Pct de soutenir le candidat du Rdps à la présidentielle de 2016. À moins que cette base se dédise elle aussi pour dire que le non au changement de constitution ou le besoin d’alternance n’était qu’une revendication, mieux un chantage à l’égard de Mpila pour obtenir un poste ministériel ! Qui sait ?
Dès lors, dans tous les cas, aux yeux de l’opinion nationale ou internationale, la crédibilité du Rdps pourrait être davantage mise en cause par cette entrée conjoncturelle et quasiment incompatible (tous les autres partisans du non ont été remerciés par le Président de la République) au gouvernement de Jean Marc Thystère-Tchicaya. L’homme qui, selon des observateurs, aurait été utilisé par Mpila pour non seulement affaiblir Zinga Mabio, mais aussi et surtout, fragiliser le Rdps tout entier en le réduisant au statut de simple association destinée à jouer des rôles insignifiants dans le concert des prétendus grands partis politiques. De là à craindre que Jean Marc ne devienne à l’avenir qu’un marc que de prétendus grands hommes politiques pourraient sucer à volonté pour étancher leur soif de pouvoir.

Par John Ndinga Ngoma
Lu 1026 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Congo-Mfoa le 15/08/2015 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aura-t-il les moyens de sa politique face aux requins familiaux et claniques qui contrôle la gestion de cette manne qui est la chasse gardée du Roi d'Oyo? En son temps, un autre fils du Kouilou, Jean-Baptiste Taty-Loutard, s'y était cassé les dents. Le Clan s'est-il assagi? A suivre... !

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes