Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CONAFED plaide pour la promotion des droits de la femme dans l’espace francophone

En marge du XIVème sommet de la francophonie.


Par L'Avenir | Jeudi 11 Octobre 2012 | Lu 341 fois | 0 Commentaire



Au cours de cette 12ème synergie des ONG de Kinshasa, Mme Jeanne Nzuzi, Secrétaire permanente du Comité national femme et développement (Conafed), a plaidé pour la promotion des droits de la femme dans l’espace francophone. Ce, pour un meilleurdéveloppement des pays et un bon épanouissement des peuples ayant en commun la langue française.

A en croire Mme Jeanne Nzuzi, à ce moment précis où la RD Congo accueille le XIVè Sommet de la Francophonie, les femmes et jeunes femmes sont victimes de toutes formes de discriminations et des violations de droits de l’homme. Les unes sont victimes des violences sexuelles, tandis que les autres croupissent dans des conditions infrahumaines dans les camps des déplacées, si elles n’ont pas été emportées en brousses par les malfrats.

« Ce sommet des Chefs d’Etats de l’Espace francophone est un soulagement pour nous femmes, et, nous paraît l’endroit par excellence où nous devons, non seulement dénoncer, car, c’est notre travail quotidien, mais d’une part, soulever les engagements faits par les Chefs d’Etats et leurs gouvernements de l’espace francophone pour la promotion des droits de la femme, sa participation citoyenne et son épanouissement socio-économique.D’autre part, nous devons requalifier ces engagements et surtout les contextualiser selon la région », a affirmé la Secrétaire permanente du Conafed.

Aussi, ajoute-t-elle qu’en février 2000, une Conférence des Femmes de la Francophonie a été tenue à Luxembourg, ayant pour thème : « Femmes, Pouvoir et Développement ». L’objectif était de garantir aux femmes une citoyenneté partagée, entière et active. Il s’ensuit qu’une double approche privilégiée a été adoptée.

Il s’agit notamment du changement, l’évolution des rôles et des responsabilités des femmes et des hommes qui doivent s’accompagner de la prise de conscience de la nécessité d’un partenariat nouveau d’une part, la prise en compte systématique de l’approche du genre, c’est – à – dire l’intégration de la dimension sexo-spécifique qui respecte les conditions, les priorités, les besoins et les contributions des femmes et des hommes dans la conception, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de toutes les politiques, d’autre part.

« Le XIIIè Sommet a marqué la volonté de l’Espace francophone à engager particulièrement toute la communauté francophone à atteindre ce but. Mais, ces résolutions sont restées lettres mortes, aucun effet, n’a été, jusque-là, observé, la situation de la femme est restée telle. Et nous en sommes tous d’accord », regrette Mme Jeanne Nzuzi.

Aujourd’hui plus que hier

La Francophonie se déclare et se situe dans le cadre de la coopération stratégique multilatérale et internationale. Chaque Etat devra présenter un plan stratégique spécifique pour s’attendre à l’accompagnement de la Francophonie selon les principes directeurs et les modes d’intervention.

« Nous, Femmes et Organisations féminines ; Hommes, combattant pour la promotion du genre et des droits de la femme dans l’Espace francophone, avons le devoir de veiller sur les valeurs conduisant à la promotion du genre, de la participation citoyenne et autonomisation de la femme. Il en est de même dela diversité culturelle et le dialogue des cultures en vue de dégager une vision commune de la promotion du genre, de la participation citoyenne et autonomisation de la femme », exhorte Mme Nzuzi.

Le genre et la gestion des ressources naturelles

Dans son intervention sur l’environnement et la gouvernance des ressources naturelles, Mme Nzuzi note que 1,3 milliard d’habitants pauvres en zone rurale des pays en développement constitue le plus grand groupe de gestionnaires de ressources naturelles au monde.

La compréhension de leurs rôles et de leurs responsabilités, notamment de la dimension de genre dans la gestion des ressources naturelles, est un point de départ pour mettre fin à la dégradation de l’environnement et à l’exploitation des plus faibles.

MP.
Lu 341 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes