Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Centre culturel russe de Brazzaville a abrité une exposition-photos

45 ans de coopération entre la Russie et le Congo


Par Régis Guénolé ASSOULA | Vendredi 10 Avril 2009 | Lu 1773 fois | 0 Commentaire



Vassily Tchetchyne.
Vassily Tchetchyne.
Afin de célébrer les quarante cinq ans de l’établissement des relations diplomatiques entre le Congo et la Russie, le Centre culturel russe de Brazzaville a organisé, mardi 31 mars 2009, une exposition photos, sous le thème: «Traditions glorieuses». Cette modeste cérémonie a connu la participation du directeur dudit centre, M. Vassily Tchetchyne, de M. Vital Bala, président de l’A.c.a.p (Association congolaise d’amitié entre les peuples), de M. Léopold Pindy Mamonsono, conseiller, représentant du ministre de la culture et des arts, ainsi que et de bien d’autres invités de marque.
Cette exposition-photos, au thème évocateur, retrace les 45 ans des relations russo-congolaises, dans leurs différentes facettes.

Au départ, Russes et Congolais étaient deux peuples, géographiquement et culturellement, très éloignés, les uns des autres. Mais, au début des années 1970, les choix politiques opérés par le Congo, en adoptant le communisme comme mode de gouvernement, va, de plus en plus, rapprocher les deux pays. Comme a su le dire le directeur du Centre culturel russe, dans son allocution de circonstance, les réalisations de l’ex-Urss, en terre congolaise, ne sont plus à rechercher.
Ainsi, à travers les photos exposées, on pouvait voir l’hôpital Blanche Gomez, à Brazzaville, un jeune professeur Russe administrant son cours au Lycée agricole Amilcar Cabral et beaucoup d’autres œuvres sur différentes activités de l’Association congolaise d’amitié entre les peuples, dans différentes villes de Russie; des étudiants Congolais au douzième Festival mondial de la jeunesse tenu en ex-Urss… Seulement, le temps où des centaines de jeunes gens quittaient, en vague, le Congo, pour aller étudier en Russie, semble révolu. Qu’à cela ne tienne, on dénombre, aujourd’hui, plusieurs couples mixtes et de nombreux enfants issus de ces unions.

Prenant la parole, à son tour, le conseiller du ministre de la culture et des arts, l’écrivain Léopold Pindy Mamonsono, a laissé entendre que le système éducatif russe est, pour le Congo, un moule à cadres. Etayant son propos, il a déclaré que 60% des ministres du gouvernement actuel ont été formés en ex-Urss. Toutefois, le conseiller du ministre a émis le vœu de voir redynamisée cette coopération russo-congolaise, à travers des échanges culturels, car il faut le dire, cette coopération connaît, depuis un certain temps, un léger refroidissement. Ainsi, la présence russe au Congo est à son stade de maturité et cette exposition-photos est la bienvenue, afin de permettre à la jeune génération de découvrir ce grand pays qui a fait l’histoire d’hier et qui, certainement, fera l’histoire de demain.

LA SEMAINE AFRICAINE
Lu 1773 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes