Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Femina à la Camerounaise Léonora Miano, voix africaine qui brise les tabous


Par AFP | Jeudi 7 Novembre 2013 | Lu 642 fois | 0 Commentaire

PARIS, (AFP) - Voix africaine à l'oeuvre universelle, la romancière camerounaise Léonora Miano a reçu mercredi le Femina, prix littéraire français parmi les plus prestigieux, pour "La saison de l'ombre", sur la traite négrière et ceux qui y ont résisté.



L'écrivaine Léonora Miano
L'écrivaine Léonora Miano
Cette récompense décernée par un jury d'écrivains exclusivement féminin a pris une résonance symbolique au moment où la ministre française de la Justice Christiane Taubira, descendante d'esclaves née à Cayenne, est la cible d'insultes racistes.
Mme Taubira a été comparée à un singe sur la page Facebook d'une candidate du parti d'extrême droite Front national (FN), qui a dû démissionner. La ministre a ensuite été insultée sur le même thème par des enfants lors d'une manifestation d'opposants au mariage homosexuel.

"Ce n'est pas seulement la ministre qui est insultée, mais toutes les personnes noires qui sont animalisées", a lancé avec gravité la romancière d'expression française. Elle s'est déclarée "très contente" que le prix soit attribué à une Africaine "pour toutes les personnes qui se sentent ainsi un peu vengées aujourd'hui".
Léonora Miano a dédié cette récompense à sa famille et "à tous les gens en Afrique qui se sentent concernés". "Ma mère a pleuré de bonheur !", dit cette belle femme de 40 ans.
"Je travaille dans mes livres sur les blessures, de façon enracinée et universelle, sur le non-dit, sur des questions qu'on peut considérer comme des tabous. Certains, dans la diaspora africaine, ont pu se sentir agressés par ma proposition littéraire mais je ne suis pas là pour caresser quiconque dans le sens du poil".
Publié chez Grasset, ce septième roman de Léonora Miano, née à Douala en 1973, et qui vit en France, se glisse dans l'esprit et le coeur de la communauté Mulongo, embarquée malgré elle dans la sombre aventure de la traite négrière. Elle décrit l'effondrement des repères et fait entendre la voix de ceux qui sont restés en Afrique.

"Les hommes aux pieds de poule"

Dans toute son oeuvre, la romancière interroge l'impact de la grande histoire sur la petite, s'intéresse à l'intimité des populations africaines. Mais "je pense toujours à raconter l'humanité dans sa globalité", dit-elle.
"La saison de l'ombre", explique Léonora Miano, "saisit l'instant d'un basculement". Le terme de traite négrière n'est jamais employé dans le livre car il n'a pas de sens pour les principaux protagonistes. C'est pourquoi, aussi, l'histoire se déroule à l'intérieur des terres, plutôt que sur la côte.

Le roman suit la quête du chef Mukano et de trois mères partis sur les traces de douze hommes disparus après l'attaque et l'incendie de leur village. Les habitants les croient morts et pensent que leurs mères et femmes sont frappées de malédiction. Jusqu'à la découverte par certains de la vérité: les douze disparus ont été vendus comme esclaves aux "hommes aux pieds de poule" (les Européens) par un clan voisin belliqueux.

"La majorité des Subsahariens de l'époque n'étaient ni des captifs, ni des trafiquants d'hommes. Il s'agissait de personnes simples, dépourvues du moindre pouvoir sur les événements", remarque la romancière. Elle décrit la douleur de ceux à qui un être cher a été arraché sans savoir ce qui se passe, ni comment réagir. Dans le livre, ce sont les femmes, Eyabe, Ebeise, Ebusi, qui incarnent le chagrin et la nécessité d'agir pour donner un sens aux événements.
"J'ai voulu mettre au premier plan l'humanité des personnages. Leurs émotions, leurs sentiments. Tout ce qui ne nous vient plus à l'esprit, lorsque nous regardons les images de corps entassés à fond de cale ou de captifs entravés", souligne Léonora Miano.
Lu 642 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes