Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Karmapa : « C’est en écoutant mes chansons que je me rends compte que je suis un artiste engagé »


Par Afriquechos.ch | Vendredi 15 Août 2014 | Lu 451 fois | 0 Commentaire

Une semaine après son concert à couper le souffle au Grand hôtel de Kinshasa, Le Karmapa, l’artiste du peuple comme on l’appelle, parle de son dernier album Le Millionnaire et du tout prochain le 4-666-4. À haute voix, le chanteur confirme aussi dans cet entretien qu’il est « un artiste engagé » à l’instar d’Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly.



ACCUEIL     Le Karmapa : « C’est en écoutant mes chansons que je me rends compte que je suis un artiste engagé » mardi 12 août 2014 Nicaise Muzany M.(AEM), Kinshasa, RDC   Le Karmapa, lors de l’entretien avec AEM| Photo : AEM
ACCUEIL Le Karmapa : « C’est en écoutant mes chansons que je me rends compte que je suis un artiste engagé » mardi 12 août 2014 Nicaise Muzany M.(AEM), Kinshasa, RDC Le Karmapa, lors de l’entretien avec AEM| Photo : AEM
AEM : Le 19 juillet dernier au grand hôtel de Kinshasa, vous avez joué un concert promotionnel de votre dernier album en date « Le millionnaire » plus de cinq mois après son lancement officiel…

Le Karmapa
: Mieux vaut tard que jamais dit-on. Il est certes vrai que l’album est sorti il y a bientôt six mois. Je n’ai pas eu l’occasion de le présenter assez tôt mais bon je viens de le présenter ce 19 juillet et vous avez, vous-même, été témoin de la réussite de cette soirée. L’essentiel pour moi était de le présenter et cela est aujourd’hui chose faite à la grande satisfaction du public.

AEM : Vous avez été surnommé « l’artiste du peuple », quels sont les éléments qui justifieraient cette appellation ?

Le Karmapa
: D’abord j’aime faire passer un message important. Ensuite je prends tous les soins possibles pour que les mélomanes le comprennent assez facilement. Comme tout artiste, mon souci est de faire apprécier mon album. Avec Le millionnaire, je me rends compte que le message passe bien au grand satisfecit des mélomanes.

AEM : Dans cet opus Le Millionnaire, avez-vous pris en compte les reproches des mélomanes comme les dédicaces pléthoriques (mabanga en langue lingala de la RDC), les mots ou les phrases indécentes dans les chansons ?

Le Karmapa :
Non seulement dans Le Millionnaire mais aussi dans les albums précédents. Je fais vraiment attention à tout cela. Dans mes chansons il n’y a pas trop de dédicaces. C’est cela mon identité en tant que Le Karmapa. J’aime plus faire passer un message dans mes chansons contrairement aux dédicaces qui ne sont pas des messages attendus des mélomanes mais qui encombrent la chanson. Il est vrai que j’ai tenu compte des observations des mélomanes dans Le Millionnaire. Un exemple, la chanson M. Le Député qui reflète le souci du peuple congolais. Le Peuple me dit qu’il attendait de moi ces sages conseils aux dirigeants à ce moment où les Congolais peinent à vivre décemment comme d’autres peuples malgré d’énormes richesses dont dispose le pays.

AEM : Votre souci de dire tout haut ce que le peuple pense, est-il un choix délibéré d’allonger la liste des artistes engagés comme Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly ?

Le Karmapa
: Nicaise, je pense qu’on s’engage sans le savoir. Moi-même je me dis que je ne suis pas un artiste engagé mais en écoutant mes chansons, je réalise que je le suis. Donc, je me suis engagé sans le savoir et c’est plutôt une bonne chose pour moi en tant qu’artiste du peuple. Que les gens ne m’en tiennent pas rigueur. Je suis un artiste engagé.

AEM : Quels étaient les avis des députés congolais en écoutant le titre M. Le Député dans lequel vous les interpellez ?

Le Karmapa
: La plupart des députés tant ceux de l’opposition que de la majorité de RDC ont bien accueilli l’album Le Millionnaire qui contient cette chanson. Ils adhérent à ce titre peut-être puisqu’ils se disent représentants du peuple. Ils ont intérêt à suivre les sages conseils de l’artiste du peuple Le Karmapa que je suis. Ils disent tous être d’accord avec ma chanson, mais cela reste à vérifier car moi je suis avec le peuple et je ne chante que les faits qui le touchent à cœur. À travers cette chanson, je dénonce les augmentations de salaires des députés rapidement opérés au Parlement sans tenir compte des réclamations du même ordre des enseignants et fonctionnaires de l’État. Les accords de Mbudi pour la hausse des salaires signés librement entre l’État congolais et les fonctionnaires depuis 10 ans sont dans les oubliettes. Ils n’ont jamais évoqués par les députés qui pensent d’abord et toujours à eux-mêmes. Je leur prie d’être avec le peuple.

AEM : N’allez-vous pas demain lâcher le peuple dont vous vous prévalez aujourd’hui au profit des dirigeants ?

Le Karmapa
: Moi, je suis et reste avec les dirigeants qui améliorent le vécu quotidien du peuple. L’exemple en date est l’opération de bancarisation de la paie des agents de l’État en RDC que je chante et pour laquelle j’ encourage le Premier ministre puisque cette action rencontre la satisfaction du peuple. Dans mon prochain album j’ai un autre titre Éducation dans lequel j’exhorte les dirigeants à mettre les bouchées doubles afin que tous les enfants du monde puissent étudier dans les meilleures conditions sans distinction de classe sociale. Que tous les enfants des pauvres de Malweka ou des banlieues étudient dans de bonnes salles comme ceux des ministres et des députés. Je dénonce l’injustice sociale. Dans certains coins de la RDC, les écoles se situent dans un très mauvais environnement abritant notamment des bars et des églises de réveil qui tambourinent à longueur des journées. Alors que les enfants des ministres et députés sont à Gombe et à l’étranger loin du brouhaha du genre. Les autres enfants étudient dans les cabanes sans bancs ni tableau, assis à même le sol bien que le pays regorge des richesses importantes de notre planète. Je dis Non à l’injustice sociale.

AEM : Deux géants de la musique congolaise sont morts en l’espace de moins de 6 mois, Tabu ley et King Kester Emeneya…

Le Karmapa
: Avant d’être artiste aujourd’hui, je suis d’abord fan de King Kester. C’est une star qui a influencé toute une génération, qui a réalisé des chefs-d’œuvre dans son art. Ni moi ni quelqu’un d’autre ne peut ignorer ce grand de notre continent. Quant au vieux Rochereau Tabu ley, je n’ai pas de mots pour parler de ce monument africain multi dimensionnel.

AEM : Est-ce que les deux ont influencé votre musique ? Si oui, de quelle manière ?

Le Karmapa
: Oui, ils ont, tous deux, beaucoup influencé ma musique. Dans ma façon de composer le texte et l’enchaînement du raisonnement, je m’inspire de Tabu Ley et de King Kester Emeneya qui, par ailleurs, évitent des insanités. Et je copie en quelque sorte Tabu Ley et Kester dans l’organisation des spectacles.

AEM : Que dites-vous des rapports en dents-de-scie entre les artistes musiciens congolais et la diaspora ?

Le Karmapa
: Les « combattants » ont leurs raisons, ils ont des revendications mais je leur demande de nous comprendre, nous les artistes. Nous avons de la peine à nous exprimer actuellement puisqu’ ils bloquent nos productions. Après ce concert du Grand Hôtel je comptais faire l’Europe en passant par Olympia, mais je trouve un obstacle en face. Qu’ils essaient de mettre de l’eau dans leur vin en nous laissant travailler car la culture congolaise en pâtit.

AEM : À quand le prochain album que vous venez d’évoquer dans cet entretien ?

Le Karmapa
: Le prochain album qui se nommera 4-666-4 allait sortir à la fin de cette année mais, je constate que Le Millionnaire cartonne encore. Je suis en studio et je demande à mes fans de continuer à consommer Le Millionnaire car le prochain pourrait sortir l’an prochain. Mais je le confirmerai en septembre ou octobre 2015 après le mixage en mars de la même année.

AEM : Que signifie ce titre de l’album 4-666- 4 ?

Le Karmapa
: Je sais qu’ils sont nombreux à penser qu’il s’agit d’une formule mystique en voyant le chiffre 666 mais il n’en est rien. Une explication claire leur sera fournie avant la sortie de l’album sur le marché. Ils verront que le titre rime avec les chansons de l’album.

AEM : Pour clore, un message à vos fans de tous les coins du monde ?

Le Karmapa
: Je leur dirais que la musique congolaise a besoin d’eux. Qu’ils aiment plus la musique et non la personne qui la fait. Vous pouvez détester la personne Karmapa mais aimer sa musique. Que les fans congolais comprennent qu’en agissant ainsi nous arriverons à bien rivaliser avec la musique d’autres cieux. Nous avons reculé à cause de cette erreur avec le fanatisme aveugle incluant des querelles stériles entre les artistes. Donnez la chance à ceux qui vous produisent de la bonne musique et révisez votre façon de nous soutenir. Consommez plutôt la musique et non la personne qui la fait|

Propos recueillis par Nicaise Muzany M
Lu 451 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes