Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le chanteur Mbuta Mashakado est décédé


Par | Mercredi 22 Juin 2011 | Lu 2397 fois | 3 Commentaires



Photo de famille / Assis : Mbuta Mashakado, Ilo Pablo, avec son épouse à sa gauche ; debout : Gina Wa Gina, Nyoka Longo. Bimi Ombale et Manuaku Waku. Photo prise le mercredi 19 août 2010, à l’occasion des retrouvailles des anciens de Zaïko L.L. au
Photo de famille / Assis : Mbuta Mashakado, Ilo Pablo, avec son épouse à sa gauche ; debout : Gina Wa Gina, Nyoka Longo. Bimi Ombale et Manuaku Waku. Photo prise le mercredi 19 août 2010, à l’occasion des retrouvailles des anciens de Zaïko L.L. au
Kinshasa. « Bimi Ombale et moi avons compris que nos destins étaient liés », le chanteur Mbuta Mashakado ne croyait pas si bien dire en réaction à la mort de Mwana Wabi dans une interview accordée à Afriqu’Échos : 40 jours plus tard, il a rejoint son ami et collègue de Zaïko Langa Langa dans l’au-delà.

C’est ce mercredi 22 juin, à 3 heures du matin, que « Yaya Brown » a rendu l’âme sur un lit d’hôpital en Afrique du Sud. Prémonition ou juste une phrase lâchée comme ça, Mashakado aura quitté la scène, toutes les scènes, sur une sorte de facétie qui tranche avec celles nombreuses qui émaillaient ses prestations scéniques de folie. Malgré l’optimisme qu’il avait affiché dans cette interview, la maladie a eu raison d’une des plus grandes bêtes de scène que la musique congolaise ait connue.

Mbuta Mashakado n’a pas connu véritablement une grosse carrière, mais une carrière marquée par des coups d’éclats sur scène et dans la vie des deux orchestres avec lesquels il a brillé : Zaïko Langa Langa et Yoka Lokole créé par les dissidents du premier cité. Dans Zaïko Langa Langa, outre sa voix très remarquée dans « Elo » (sans doute le plus grand tube de cet orchestre), une de ses prestations scéniques télévisées dans la chanson « Beli Mashakado » reste une pièce d’anthologie. Son tempérament explosif sur scène a, des tous temps, épousé très bien le caractère bien trempé de ce chanteur. Plus tard, Papa Wemba en fera les frais en se faisant congédier sans égards par Mashakado avant que lui-même ne quitte le groupe et de remonter un jour sur scène pour annoncer son retour « Na canaille kaka », traduisez : « Je reviens et je vous emmerde ».

Après de nouvelles déconvenues avec Yoka Lokole qui a sombré après le départ de Papa Wemba, Mbuta Mashakado va gagner l’Europe pour des études. Il retournera à Kinshasa, en 1988, avec des compétences en électricité et dans le froid. Le chanteur demande alors à réintégrer Zaïko Langa Langa mais les administrateurs lui demandent de formaliser sa demande par écrit. Pour Yaya Brown, ça serait une humiliation qu’il refuse. Lorsque l’orchestre connaît une dissidence, il va choisir le camp de Zaïko Familia Dei avec Bimi Ombale et Pablo notamment.

Le dernier numéro spectaculaire de Mbuta Mashakado

Dans une conversation que nous avions eue à son retour, Mbuta Mashakado promit de démontrer qu’il n’avait rien perdu de son talent. Et le showman tiendra parole le jour de la sortie officielle de Familia Dei à l’Hôtel Intercontinental. L’orchestre était en train de jouer la dernière chanson sur une scène d’environ 80 cm de hauteur. Le chanteur se laisse aller à une partie de danse tonitruante, patinant, tournant sur lui-même et sautillant… Bimi Ombale et JP Buse qui ont peur de prendre des coups de coude ou de pied arrêtent de danser, désertent leurs places et vont se placer sur les bords de la scène. Le chanteur, déchaîné, n’en a cure, il est dans son élément et ne s’en rend même pas compte. Lengi Lenga, qui s’en amuse, va faire une tape à Mashakado et lui proposer un duel. Les deux chanteurs se font face. Très bon danseur, Ya Lengos donne une leçon de danse à son collègue qui l’observe comme un félin. Passé ce temps d’observation, Yaya Brown va patiner à reculons jusqu’au bord de la scène, quand il revient en dansant vers Lengi Lenga, c’est un ouragan qui déboule, Mashakado danse avec une telle énergie que son partenaire quitte la scène en vitesse avec un grand éclat de rire… Toute la salle est debout, subjuguée, conquise ! C’est sur ce feu d’artifice que le concert s’arrêta.

Une demi-heure plus tard, Mbuta Mashakado, les mains dans les poches, regard pétillant, sourire facétieux s’avance vers moi essayant de m’arracher un compliment, je lui lance alors chaleureusement : « Yaya Brown ! », dans un éclat de rire nous nous jetons l’un dans les bras de l’autre. Depuis, nos chemins ne se sont plus croisés jusqu’à cette interview d’il y a quarante jours avec Jossart Muanza à qui il demanda de me saluer très chaleureusement de sa part. Adieu l’Ami !

Botowamungu Kalome (Afriqu'Echos Magazine)

Lu 2397 fois


Vos commentaires:

1.Posté par YAMOUWONDA le 22/06/2011 23:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quarante jours, avez vous dit ?En constatant que toute cette generation de musiciens, qui n est pourtant pas aussi vieille ,nous quitte dans un espace de temps restreint., j ai du mal a croire que ce ne fut que par simple premonition qu il prononca cette phrase.

Lors d un concert de Zaiko langa langa chez Bouya, un nguembo lui dit d aller danser. N aynt pas compris a cause du bruit Il se retourna vers moi et me demanda alobi nini ?

Le lendemain au cinema situé non loin de pharmacie congo ,VOX je crois, il eut un autre concert. Tout se passait tres bien jusqu au moment ou il fit son entrée sur scene . Ce fut la pagaille. Tous voulaient aller danser avec lui sur le poduim. On mit fin au concert.

Quelques années plutard je l avais rencontré au metro LES HALLES.
Mbuta Mashacado !, m etais je ecrié.
Boni petit ?,
Bien vieux,.

Paix a son ame et que la terre lui soit legere.

2.Posté par Noël Kodia Ramata le 23/06/2011 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce grand artiste a marqué la scène des deux rives. En son temps, nous étions berçés par ZLL avec des noms remarquables Evoloko Joker, Shungu Jules et Gina wa Gina.
Mashakado, un grand monstre de la scène qui nous rappelait le grand James Brown. Tenue sur scène, jeux de pieds, glissade avec des chaussures "salamadaires", seul Mashacado pouvait électriser le public.
J'ai réécouté "Béli", les larmes au coin de l'oeil.
Comment diandre toute cette génération des Pépé Kallé, les frères Soki, Madilu nous aient quittés vant de terminer leur mission en ce qui concerne l'évoution de la musique sur les deux rives.
Mashakado, paix à ton âme!

3.Posté par djo le 24/06/2011 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Yaya Brown,
Je me souviens de concert du collège boboto, il a surgit sur scène comme un buffle pret à s'envoler c'était vers les années 75, Et lors de son entrer à Yoka lokole, le concert de fin de l'année à l'athénée de Ngaliema face à empire Bakuba qui était au top; J'ai entendu Pépé Kallé lui dire" Yaya bozali mibale te". Après je lui fréquentais à Force Publique à Kasa-Vubu, il me disais:" petit tchik petit tchik, oyo ezali distractiion mais il faut na tanga na nord.
"Kala mingi te il faut na landa Ya Patty ". A ce temp là on y penser meme pas.
Je l'ai retrouvé au metro convention vers 1982 là ou ils habitaient avec l'honorable Vuemba Joli Coco, Fitata et autres... C'etait les studios de l'époque pour Kobuaka après kotambola ....à suivre
si j'ai une bonne mémoire ils sont partit vivre à Caen avec Teddy Sukami, à l'époque téléphone à pièces... vitesse ya Mikili... nous nous sommes perdus , il fut artisants en éléctricité et après descendu à Kin
Je l'ai retrouvé un jour d'été 1992 ou 93 au station R.e.r Chatelet les Hall vers 23 heures.
Il m'a dis qu'il ira à Génève pour résider, Je lui ai démandé "Ebongo KIn Yaya?". "Arriver là-bas ils veulent qu'on travail sans contrat alors je n'ai plus l'age d'écolier de Kisantu". J'ai crié AHHHH YAYA BROWN? il m'a repondu doucement qui m'a fait encore plus éclater " NA -CA- NA -IL- KA KA!
AH Yaya il n y aura pas d'autre après lui un jongleur en danse qui a nuancé la dance pop à la musique rumba style fiesta. personne je dis moko te il pourra tenter c'est un génie . Ah Yaya
Ah vieux na Ngai Mawa ya trop...

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes