Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le grand retour de Myriam Judith N'Deko "Maïsso"

Une des pionnières de la chanson congolaise


Par | Dimanche 19 Octobre 2014 | Lu 574 fois | 3 Commentaires

Congo, (Starducongo.com) - Un nouvel album : "Maîsso je reviens" avec comme dénominateur commun une approche ludique et joyeuse du chant. Cela fait des années que nous gémissons sur l'absence incompréhensible de Judith N'Deko sur la scène musicale congolaise. On l'avait presque oubliée. Mais, mieux vaut tard que jamais.



Voici Myriam Judith N'Deka "Maïsso" qui réapparaît dans un album d'une modernité incroyable, prenant le grand plaisir au chant, aux côtés des accompagnateurs qui montrent dans ce album "Maïsso je reviens" combien ils savent assumer les musiques d'aujourd'hui.

Malgré la longue absence, l'étonnante Judith N'Deko parvient de nouveau à nous surprendre avec cet opus de sa facette la plus classique.

Tout sur Myriam Judith N'Deko "Maïsso"....

50 ans artiste musicienne professionnelle, Myriam Judith N’Deko « Maïsso », de nationalité congolaise pratique la musique dès son jeune âge et l’enseigne depuis 1992.

Ses origines musicales remontent à partir de 1976, date à laquelle elle commença à chanter dans la chorale catholique « langue de Feu » de la paroisse Saint Esprit de Moungali. Ses appétits pour la musique plus en plus grandissants, l’idée de faire de la musique une profession l’amène vers le monde des grands artistes.
Le piano, la danse et le chant sont ses domaines de prédilection.
Artiste pleine de talent, Myriam Judith N’DEKO a participé à plusieurs rencontres artistiques et été lauréate à de nombreuses manifestations entre autres :

- Premier prix de la meilleure chanteuse soliste au Festi-Music 82(Brazzaville-Congo)
- Festival de Musique d’Afrique Centrale FEMAC en 1983 (Kinshasa-Congo Démocratique)
- 12e Festival Mondial de la jeunesse en 1985(Moscou-Russie)
- Séminaire pédagogique sur l’enseignement de la musique à l’école (avec les jeunesses musicales du Zaïre (Congo-Démocratique) en 1993
- Colloque Panafricain sur « les conditions de vie et de travail de l’artiste » (Congo-Brazzaville) en 1996
- Festival Panafricain de Musique (FESPAM) (Congo-Brazzaville) en 1996.
- Séminaire pédagogique sur les musiques et danses traditionnelles en Afrique (Côte d’Ivoire) en 1997.
Quant à la formation culturelle et artistique subie, Myriam Judith N’Deko a été dans plusieurs écoles dont :
- Ecole polytechnique de Belgorod en 1986(Russie)
- Ecole Nationale des Beaux Arts « Paul KAMBA » (Congo-Brazzaville) de 1998 à 1992.
- Institut Pouchkine (Congo- Brazzaville) en 1989

Toutes ces formations sont sanctionnées par des diplômes de fin d’études artistiques et de langue russe.
Le parcours musical et artistique de Maïsso est jalonné de nombreuses œuvres réalisées en solo et en duo.

Maïsso a aussi évolué avec des groupes ou ensembles musicaux avec lesquels elle a réalisé des albums très intéressants :

• Groupe Fusion ;
• Orchestre Ballet les Anges ;
• Orchestre Rumbayas, avec un album (Tokutana na Ponton est la chanson far) ;
• Orchestre Kamikaze Loningisa avec deux albums : Choulé et Karibu ;
• Orchestre Bantous de la capitale ;
• Orchestre « Les 3A ».

Outre ces ensembles musicaux, Maïsso a aussi prêté son concours à d’autres artistes évoluant en solo.
Ainsi, elle a réalisé avec le congolais Boulhos Loupino deux albums dont un avec feu Emeneya King Kester du Congo-Démocratique.
Avec feu Sébas ENEMEN (également d’origine Congolaise), deux albums dont : le temps des jacinthes et parafifi.
En dehors de la musique, Maïsso a participé, avec d’autres artistes africains (Moni Bilé, Eboa Lotin, Tsala Muana, Pamelo Mounka…..) à la réalisation du film « African Fever » du cinéaste camerounais Alphonse Béni.
Le couronnement de tout ce brillant parcours est la réalisation de ses différents albums, dont le tout récent : « Je reviens ».
Tirant son inspiration des faits culturels de son terroir, Maïsso est considérée comme l’une des grandes virtuoses congolaises, chantant aussi bien en langues locales qu’étrangères.
Myriam Judith N'Deko "Maïsso" revient et veut être à la pointe de la performance et la vitrine congolaise sous les tropiques.

Clément Ossinondé
clementossinonde@starducongo.com

Distribution : cyriaquebassoka@hotmail.com


Voir vidéo : https://www.facebook.com/video.php?v=10202104648600996
Lu 574 fois


Vos commentaires:

1.Posté par JEAN BRUNO ABONA le 22/10/2014 01:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bon retour,judith maisso
et surtout bon courage....

2.Posté par Annick le 20/12/2014 23:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que ton retour soit marque de grandes chansons envoûtantes et religieuses

3.Posté par Myriam Judith N'DEKO "Maïsso" le 10/05/2016 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A vous Monsieur Jean Bruno ABONA et Madame Annick je dis merci de m'avoir écrit.
L'inspiration vient de Dieu et je suis à son service.
J'ai entre mes mains des œuvres mixées et suis à la recherche d'un coproducteur qui fera office de distributeur.
Les clips ont également été tournés.
J'ai également des œuvres en France chez un collègue artiste et il me faut plus de 6.000.000 de FCA pour les proposer au grand public dont vous faites déjà partie.
Entre dépenser cette somme et m'occuper de ma famille le choix est clair. Encore il faut bien qu'elle soit à ma disposition.

Je compte sur vos prières afin que le Seigneur qui sonde les cœurs m'oriente pour que ce talent d'artiste qui est en moi ne sommeille point et qu'il prospère graduellement.

Nous, Artistes de Pointe-Noire venons de nous reproduire au Mess Mixte de Garnison à la veillée de Papa Wemba avec qui je me suis reproduite au "FEMAC 83" à Kinshasa, c'était au Palais du Peuple avec les Artistes tels: Zao, Clotaire KIMBOLO, MPONGO Love, KALAMA SOOL...pour ne citer que ceux-là.
La dernière fois que je l'ai vu et lui ai parlé c'était à DVS+.
Un collègue artiste et journaliste nous a pris en photo et a gardé notre photo pour lui, j'ignore pour quelle raison.
Je pense que si les Artistes vivent de leur ART, ils doivent aussi planifier les vacances.
Je n'ai de leçon à donner à personne mais dois tout de même souligner qu'un Artiste doit être en bonne santé, Dieu le veut,pour ne pas s'épuiser.
L' artiste peut et doit vivre de son Art.
Je regrette l'absence de la SACEM chez nous.
Je dois parler de mon histoire pendant que je suis en ce monde.
Cela fait pratiquement plus de 32 ans que je chante mais depuis que je suis artiste le BCDA ne m'a remis que 17.000 F CFA , comme droits d'auteur ou droits de l'auteur.
Merci d'avoir pensé à moi et à ma famille.
Je me remet à la sagesse divine et n'ai rien à vous dire vous qui mangez à ma place car ce n'est pas de l'Amour que vous manifestez envers l'artiste que je suis mais vous attristez le Saint Esprit.
Je vous connais et vous me connaissez, nous avions plusieurs fois participé à des colloques sur les conditions de vie de l'Artiste.
Une chose que vous ne pouvez pas m'enlever c'est le fait que mes parents m'aient appris le chemin de l'école et celui de l'église.
Sans rancune!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes