Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le journaliste Jean-Jacques Mampaka dépouillé par un élément de la Garde républicaine

Résurgence de l’insécurité à Mpasa 1


Par Lepotentielonline.com | Vendredi 14 Février 2014 | Lu 80 fois | 0 Commentaire

Voilà près d’une année que la commune de la N’sele, dans sa partie Mpasa 1, vivait dans la quiétude. Malheureusement en ce moment, les habitants du quartier Ngampama, arrêt Carrière, vivent dans la peur depuis deux semaines. Et pour cause, des militaires de la Garde républicaine (GR) ont recommencé à terroriser les paisibles citoyens de cette partie de la commune de la N’sele.



Pas plus tard qu’hier jeudi 13 février, entre 21 heures 40’ et 22 heures, notre confrère Mampaka Jean-Jacques a été victime de ces inciviques. Après avoir bravé l’embouteillage sur le pont Matété, qui oblige les habitants des quartiers périphériques à rejoindre leurs domiciles à des heures indues, notre confrère a fini par trouver un véhicule qui l’a déposé dans son quartier.

Avec deux autres personnes, descendues à l’arrêt Carrière, il arpente l’avenue du même nom. C’est à la hauteur de l’école primaire de l’E.C.C. que surgit un militaire de la Garde républicaine, armé comme à l’accoutumée. Etant plus avancé que les deux autres, Jean-Jacques est interpelé. Avant de savoir le pourquoi, la deuxième personne arrive à leur hauteur et les dépasse.

C’est à cet instant que le militaire sort de sa réserve et interpelle la deuxième personne. Celle-ci décline son identité : capitaine des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Sans respect de la part du militaire de la Garde présidentielle, il demande à son supérieur de rentrer dans l’enceinte de l’école pour identification.

Jean-Jacques raconte : « Obéissants à l’injonction du militaire, nous rentrons tous dans l’enceinte pour subir un délestage de tout ce que nous possédons (téléphones, argents et montres) en lieu place d’identification. Avec son arme, le militaire nous fouille en prétextant de rechercher une arme que lui seul nous suspecte de détenir. Tour à tour, nos poches sont vidées et il nous impose de nous asseoir à même le sol. Ce qui est regrettable, c’est le non respect de la hiérarchie de la part du militaire de la garde présidentielle ».

Dur constat : malgré le fait de s’être présenté, un capitaine de l’armée congolaise a été humilié par un simple militaire. Comme quoi, appartenir à la Garde républicaine c’est être au-dessus des lois. Feignant d’arrêter une autre personne qui venait, le militaire sort de l’enceinte de l’école et rase le mur avant de disparaître dans l’obscurité.

Lu 80 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes