Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mariage a été scellé avec les adeptes du mouvement de la Sape


Par Véran Carrhol YANGA | Vendredi 13 Mars 2009 | Lu 1310 fois | 0 Commentaire



Photo famille des sapeurs avec le ministre.
Photo famille des sapeurs avec le ministre.
Vendredi 5 mars 2009, les Sapeurs, entendez, les adeptes de la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes), tout ou moins ceux faisant partie de l’As.sa.co (Association des sapeurs du Congo) étaient en fête. Et pour cause: le ministère de la culture et des arts a organisé une réception en leur honneur, au Cercle culturel Sony Labou Tansi, à Bacongo (arrondissement 2 de Brazzaville). La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la culture et des arts, Jean-Claude Gakosso – qu’entouraient ses collaborateurs - de l’administrateur-maire de Bacongo, Raymond Kouba, du président de l’As.sa.co, Destin Freddy Ndouri.

Une marque de reconnaissance de l’Association des sapeurs du Congo par le département de la culture et arts. C’est ainsi que Destin Freddy Ndouri a qualifié cette cérémonie. «Votre présence en ce haut lieu mythique et symbolique est la reconnaissance des efforts que nous ne cessons de déployer, pour la promotion de la paix, la lutte par la sensibilisation contre le V.i.h-SIDA et les I.s.t, la mobilisation de la jeunesse de notre beau pays, par le biais de la Sape. Afin de consolider l’unité nationale, les sapeurs du Congo, par ma voix, sont très ravis de l’honneur que vous leur faites, en prenant à bras le corps leurs principaux desiderata», a-t-il dit.

«A ceux qui, hier, considéraient le sapeur comme un déséquilibré mental ou un amuseur public, il est temps, pour eux, de prendre conscience que la Sape est en train de s’affirmer comme art à part entière, la Sape est devenue une originalité, une spécificité propre à notre pays…Nous sommes une association culturelle et, en votre qualité de ministre de tutelle, nous manifestons le désir de vous accompagner dans vos activités, au quotidien. Nous voulons, désormais, participer à la promotion de la vie culturelle de notre pays, sur le plan national et international», a-t-il poursuivi.


«…Au fond, le mouvement des sapeurs tire sa source dans nos traditions des années 30-40, avec l’avènement des sociétés, comme La Viollette, à l’époque où Brazzaville ne comptait que deux quartiers: Poto-Poto et Bacongo, ces jeunes gens sont allés plus loin que leurs ancêtres qui avaient le haut du pavé, ici à Brazzaville; ils ont conquis l’Europe, ils ont conquis l’Amérique et ils ont apporté le plaisir du vêtement congolais, outre Atlantique, outre Méditerranée. Et tout le monde les admirait, je me souviens, dans les années 80, un journal aussi prestigieux que Libération qui est l’un des quotidiens les plus lus en France, avait réservé un quart de page à ces jeunes dandys de la Sape, qui sont la beauté congolaise, qui sont la fierté de la jeunesse congolaise et qui ont mûri, aujourd’hui», a affirmé Jean-Claude Gakosso, retraçant les origines de la Sape.

Puis, étayant les propos de Destin Freddy Ndouri, le ministre de la culture a relevé que les sapeurs ne sont pas des jeunes voyous, comme beaucoup l’ont cru, pendant longtemps. «Finalement, au fil des ans, chacun s’est rendu compte qu’il n’en était rien, que ce sont des jeunes qui aiment la paix, que ce sont des jeunes gens et des jeunes femmes qui aiment leur pays, qui aiment le bon vivre, qui ont le bon goût et qui aiment le bon vêtement, et qui sont portés par la fierté du beau vêtement. Donc, à tous égards, il s’agit des esthètes; ils sont des esthètes; ils sont, si je peux dire, le paradigme de l’esthétisme vestimentaire, dans notre pays.

Ils ont mûri, je l’ai dit tout à l’heure, parce qu’ils ont décidé d’accompagner notre pays dans ce processus de paix, la paix n’a aucun visage, la paix n’a pas le visage d’une ethnie ou d’un département ou d’une tribu;
la paix, elle est globale; elle est consensuelle, elle est populaire; elle est congolaise. Les dandys de la Sape que la cité entière admire, ont décidé d’accompagner notre beau pays dans ce processus électoral, dans la paix. Et, en cela, je les soutiens, à bout de bras, et donc…Bonne continuation et bon vent au mouvement des sapeurs», a-t-il déclaré.
L’As.sa.co a été créée en 2007. Sa devise est: Travail-habillement, prospérité.

LA SEMAINE AFRICAINE
Lu 1310 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes