Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Léon Alfred Opimbat : « Le jubilé de Yaoundé 72 va booster le football congolais »


Par Brazzaville-Adiac | Mercredi 23 Mai 2012 | Lu 1056 fois | 1 Commentaire



Léon Alfred Opimbat : « Le jubilé de Yaoundé 72 va booster le football congolais »
Dans une interview exclusive, le ministre des Sports et de l'Éducation physique a précisé les enjeux de la célébration de la victoire des Diables rouges à la CAN de football, quarante ans après

Les Dépêches de Brazzaville : Lors de son Conseil des ministres du 11 mai à Oyo, le gouvernement a décidé de célébrer les 40 ans de la victoire des Diables rouges lors de la 8e édition de la Coupe d'Afrique des nations à Yaoundé en 1972. Pourquoi ?

Léon Alfred Opimbat
: Il s'agit d'une décision du président de la République et du gouvernement qui ont accédé à notre projet de célébrer Yaoundé 72 quarante ans après la victoire des Diables rouges, pour deux raisons essentiellement. Premièrement, la nationcongolaise reconnaissante se doit en effet de rappeler et honorer le rôle joué par ses fils dans le domaine sportif, du football en particulier. Deuxièmement, cette célébration permettra de scruter l'avenir et de baser ce dernier sur l'exemplarité de Yaoundé afin que les jeunes s'en inspirent. Qu'ils puissent en effet dire que la nation congolaise et toute la communauté sportive congolaise rêventde vivre à nouveau cet événement. Cette commémoration est en quelque sorte une stimulation, un moment qui va booster les jeunesen vue d'un développement durable de notre football.

LDB : Cette décision du gouvernement suscite de nombreux commentaires, car certains sportifs pensent que célébrer une telle manifestation quarante ans après ne servira à rien. Partagez-vous cet avis ?

L.A.O.
: C'est justement une erreur de penser que célébrer une telle manifestation quarante ans après ne servira à rien. C'est lanation reconnaissante. On peut reconnaître les bienfaits d'une institution ou d'une personnalité physique ou morale plusieurs années après. C'est dire aussi qu'aujourd'hui, si nous axons notre travail sur le football, demain nous le ferons également pour d'autres disciplines. Nous pensons au handball notamment, qui nous a permis de vivre des moments palpitants. C'est donc une erreur de penser que la nation ne peut pas être reconnaissante vis-à-vis de ses enfants. Nous ne célébrons pas le passé. Nous voulons nous servir du passé pour envisager l'avenir. Nous sommes dans un processus de relance de notre football. Nous allons égalementprendre en compte d'autres rendez-vous qui ont eu lieu après Yaoundé 72 car il y a eu d'autres moments forts dans le football denotre pays. Enfin, ce jubilé servira d'exemple pour que les jeunes Congolais puissent s'en inspirer et continuent d'aller dans la trajectoire qui s'engage depuis quelque temps.

LDB : Comment vous y prenez-vous pour la réussite d'un tel événement ?

L.A.O
. : Le Conseil des ministres a approuvé ce projet le 11 mai mais nous y travaillons depuis trois mois. Dès lors que nous avons maintenant l'accord du gouvernement, naturellement nous sommes en train de finaliser tout le travail qui a été fait, notamment dans les différentes commissions qui ont été mises en place.

LDB : Peut-on connaître le rôle de ces commissions qui sont déjà à pied d'œuvre ?

L.A.O.
: Une commission évocation va donc permettre justement aux acteurs de l'époque de les restituer. Une commission perspective va se baser sur ce qui a été vécu il y a quarante ans pour faire des propositions et que les jeunes puissent se servir de ces exemples pour s'engager dans l'avenir. Puis une commission technique qui va s'occuper de l'organisation des rencontres sportives. Le gouvernement de la République a décidé par ailleurs de l'organisation d'une journée du football. Cette journée sera célébrée le 17 juin dans les différents arrondissements. Nous commencerons à Brazzaville où cette journée sera célébrée dans les différentes aires de jeu de la ville. Au centre sportif de Makélékélé, nous regrouperons les minimes âgés de 15 ans. Cela concerne les arrondissements de Bacongo, Makélékélé et M'filou. D'autres regroupements se feront au stade Saint-Denis pour les minimes de Poto-poto et de Moungali, et au centre Olympafrica au CEG AA Neto, pour les jeunes de Talangaï et Ouenzé.

LDB : Pourquoi mettez-vous l'accent sur les minimes ?

L.A.O.
: Cette journée de football va naturellement permettre à ces minimes de s'inscrire dans une démarche. La commissiontechnique a également pour mission d'organiser la rencontre de gala avec les Diables rouges seniors. Mais avant cette rencontre, il y aura la compétition des cadets. Notre ambition consiste à poser les bases de la préparation des U-23 pour 2015. Pour les Jeux africains, ne sont autorisés à jouer la compétition que les moins de 23 ans. Donc nous avons commencé à organiser des rencontres de cadets. Ainsi, nous avons fait venir les cadets de Dolisie et d'Owando et nous allons organiser d'autres rencontres pour pouvoir détecter les cadets qui travailleront sous l'égide du Centre national de formation de football pour préparer l'équipe des U-23 qui nous représentera aux Jeux africains de 2015.

LDB : Quelles sont les stars attendues à Brazzaville pour ce match de gala ?

L.A.O
. : Une première rencontre de l'après-midi concerne les cadets, puis une rencontre de gala qui verra se mélanger nos Diables rouges de la diaspora avec les locaux mais également avec l'équipe d'Africa All stars, c'est-à-dire les stars du football africain qui évoluent en Europe notamment les grands noms que vous connaissez. Nous avons déjà l'accord d'un certain nombre de joueurs anciens et nouveaux qui vont venir ici. Nous ne pouvons pas aujourd'hui publier les noms parce que nous attendons toutes les confirmations mais vous pouvez êtes rassurés quant aux contacts que nous avons engagés. Sachez que les grands noms seront à Brazzaville pour ce match de gala. Car un objectif à ne pas négliger est de réconcilier le public sportif avec les Diables rouges.

LDB : Le cachet des grandes stars du football ne pèsera-t-il pas trop en termes de coût ?

L.A.O.
: Ce qui est important pour nous n'est pas le coût de cette activité. Nous voulons plutôt que la venue de ces grandes vedettes à Brazzaville serve de déclic à nos Diables rouges. Je crois que sur la balance, c'est le Congo qui sera le grand gagnant. Nous sommes un gouvernement qui a la volonté de relancer le sport de notre pays. Je pense que la multiplication de telles initiatives sera bénéfique pour le sport congolais. Je tiens aussi à souligner que l'organisation de cette manifestation ne bloquera en aucun cas les autres projets qui sont en cours tels que la construction d'infrastructures sportives à travers la municipalisation accélérée et d'autres projets qui entrent dans le cadre des préparatifs des Jeux africains de 2015.

LDB : Que prévoit l'organisation pour l'accès au stade ?

L.A.O.
: Nous pensons que l'objectif est de réconcilier le public sportif avec le football. Dans cette optique, le stade sera ouvert au public et il n'y aura pas de droits à payer. Le jubilé permettra au public brazzavillois de redécouvrir le stade Alphonse-Massamba-Débat et, à cette occasion, de revoir ces Diables Rouges qui, depuis un moment, ne jouent qu'à Pointe-Noire.

LDB : Avez-vous un dernier mot ?

L.A.O. :
Pour conclure, nous pensons que la relance du sport dans notre pays est l'affaire de tout le monde. Il faudrait qu'il y ait une volonté commune pour pouvoir relancer notre sport. La volonté politique y est déjà puisque le président de la République, qui nous a confié cette mission, crée les conditions pour cela. Nous appelons donc les acteurs indirects et le public à nous aider enmettant la main à la patte. La relance du sport passe aussi par la mutualisation des énergies positives. Voilà pourquoi nous prenons des initiatives pour les soumettre au gouvernement, même si nous sommes conscients qu'elles ne sont pas toujours bien comprises par beaucoup de citoyens. C'est pourquoi votre présence ici pour nous permettre de nous exprimer sur la célébration du jubilé deYaoundé 1972, nous va droit au cœur.

Propos recueillis par James Golden Éloué et Tiras Andang
Lu 1056 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Maitre louis aimé mpassi le 03/06/2012 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, il est évident qu'on ne peux pas, ne pas souscrire à la célébration de la victoire des diables rouges 1972 à yaoundé, dans le cadre de la perpétuité de la réminiscence; c'est aussi un moyen, me semble t-il, de susciter un engouement aux jeunes d'aujourd'hui, aux fins de pouvoir s'identifier aux stars d'antan comme le célèbre BAHAMBOULA JONAS TOSTAO, avec son numéro fétiche:13 .
Toute épopée doit paraitre indélébile; or les diables rouges 1972 sont une épopée, donc ils sont indélébiles et, ce syllogisme doit toujours avoir un sens .
En somme, le présent se nourri de tout ce qui fut grand dans le passé, car ce sont les hommes qui font l'histoire et, se faisant, se font , disaient ENGELS et MARX dans l'idéologie allemande. Sans vouloir adhérer à hue ou à dia, cette initiative est à saluer, un point c'est tout .
Merci de me croire .

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes