Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les sans-papiers expulsés de la Bourse du travail en quête d'un point de chute stable


Par | Samedi 1 Août 2009 | Lu 745 fois | 0 Commentaire



Les sans-papiers expulsés de la Bourse du travail en quête d'un point de chute stable
Le silence règne encore dans le vaste hangar du 14, rue Baudelique dans le 18e arrondissement de Paris, mercredi 29 juillet. Il est 8 h 30. C'est ici qu'ont échoué le 17 juillet les sans-papiers, brutalement délogés par la CGT de la Bourse du travail le 24 juin, et qui campaient depuis sur le boulevard du Temple.

La plate-forme de déchargement de cet entrepôt de 4 800 m2 récemment libéré par la Caisse primaire d'assurance-maladie (CPAM) a été transformée en un vaste dortoir où s'alignent des matelas posés sur des palettes ou des cartons. A cette heure-ci, la plupart commencent à peine à s'éveiller, rentrés au petit matin après avoir travaillé durant la nuit, ou ayant veillé tard.

Petit à petit, le lieu va s'animer, les hommes se regroupant ici et là en petits cercles de huit à dix pour discuter autour d'un café. Les femmes, une trentaine, resteront, elles, un peu plus longtemps invisibles, installées dans les seuls bureaux accessibles au premier étage d'une aile du bâtiment.

Cette nouvelle occupation a été préparée notamment par... la CGT, du moins par son syndicat Nettoiement Ville de Paris et son union locale du 18e. "Il fallait leur trouver un lieu pour qu'ils puissent souffler, se ressourcer et continuer à se faire entendre, échanger avec tous ceux dans leur situation", explique Jean-Louis Machecourt de la CGT-Nettoiement Ville de Paris.

De ce lieu, la Coordination des sans-papiers 75 (CSP 75), dont le mouvement est ici soutenu par les Solidaires, NPA, Attac et les Verts notamment, veut faire le "QG de tous les sans-papiers". Il a d'ailleurs été rejoint par de nouveaux travailleurs sans titre de séjour. Sur place, la Coordination filtre tout de même les arrivants : tous les jours vers 11 heures, les occupants doivent se soumettre à un appel et présenter leur carte de membre de la Coordination.

La rue Baudelique offre aux sans-papiers tout ce dont ils étaient privés boulevard du Temple : un toit, l'eau courante, des sanitaires. Mais "ce n'est pas un squat, nous n'accueillons pas les personnes qui cherchent un logement", prévient Djibril Diaby, un des deux porte-parole du mouvement. "Il est important qu'il y ait une permanence du mouvement."

Le 10 juillet, la CSP 75 avait accepté de quitter le campement adossé à la Bourse du travail, boulevard du Temple, moyennant l'engagement pris par la préfecture de procéder à l'examen de 300 dossiers. Tous les évacués de la Bourse du travail n'ont pas souhaité suivre, refusant de se voir soutenus...

Lire la suite sur LE MONDE

Les sans-papiers expulsés de la Bourse du travail en quête d'un point de chute stable
Lu 745 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes