Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Livre/Blues pour Elise. Black is beautiful!


Par | Lundi 5 Août 2013 | Lu 277 fois | 0 Commentaire



Livre/Blues pour Elise. Black is beautiful!
Yaoundé, (Starducongo.com) - Je viens de finir le roman de Léonora Miano: Blues pour Elise publié chez Plon en 2010. L'auteur a présenté ce livre sur son blog ainsi: "la France comme vous ne l'avez jamais lue". Moi il me fait penser un peu aux films de Spike Lee. Si vous n'avez jamais vu un film du réalisateur afro américain, la particularité dans ses films, c'est que tous les rôles sont joués par des acteurs afro-américains ou presque.

Dans Blues pour Elise aussi tous les personnages sont "afropéens", un néologisme de l'auteur. Ils vivent à Paris loin des banlieues à problèmes. Les 4 copines de la bande des "bigger than life" ont d'autres problèmes. Léonora Miano nous brosse les portraits deShale, Amahoro, Akasha et Malaika, quatre femmes noires, trentenaires et indépendantes financièrement mais cela ne les empêche pas de parler beaucoup d'amour. L'amour avec un grand A.

C'est en fait le fil conducteur d'un roman construit comme un recueil de nouvelles.

Léonora Miano (née à Douala en 1973) est une écrivaine camerounaise. J'ai eu l'occasion de l'entendre parler de son dernier roman Ces âmes chagrines (Plon, 2011) au mois de janvier 2013 à l'Institut français de Brazzaville. Elle participait en compagnie d'autres écrivains d'Afrique et d'ailleurs au Festival Etonnants Voyageurs. Elle réside en France depuis 1991.

Blues pour Elise est son cinquième roman. Mais auparavant, elle a été plébiscitée en France par la critique et le public pour L'Intérieur de la nuit, paru chez Plon en 2005 et classé 5e au palmarès des meilleurs livres de l’année par le magazine Lire. Ensuite ce fut le tour de Contours du jour qui vient paru chez Plon en 2006 pour lequel Léonora Miano a obtenu le Prix Goncourt des lycéens en 2006.

CAROLE MANDELLO
carolemandello@starducongo.com

MORCEAUX CHOISIS

Chap. 8 Blues pour Elise
« Les bigger than life étaient intelligentes, financièrement autonomes, belles, chacune à leurs manière. Elles s’étaient donnée ce nom il y avait déjà des années, quand elles n’étaient encore que des étudiantes souvent désargentées, filles de personne d’important, crépues, portant de prénoms non alignés, des patronymes à ancrage lointains. Bigger than life était devenu leur devise. Elles ne seraient pas plus fortes que l’adversité, mais elles seraient tenaces. Elles vivraient tant qu’il leur resterait un souffle. Au début, les bigger than life c’étaient akasha, Malaika et Amahoro , Shale n’avait rejoint la bande que trois années plus tôt.

Chap.2 Radiées de la douceur
« Paris boulevard de Strasbourg. Le plus petit coin de rue révèle la longue peine des femmes noires, leur obsession intime : se trouver belles en portant des cheveux crépus. Les autres femmes ne savent pas cela. Toutes les autres femmes du monde, même les aborigènes des Antipodes sont nées avec une chevelure lisse. Des cheveux qui bougent sous le souffle du vent, qui ne s’aplatissent pas quand elles se couchent, des cheveux dans lesquels les hommes peuvent passer la main. Les femmes d’ascendance subsaharienne sont les seules a avoir été radiées de la douceur. »
Lu 277 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes