Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

MJ 30, tout en grâce, en show imposé au Cotton Club


Par Afriquechos.ch | Lundi 6 Juillet 2015 | Lu 824 fois | 0 Commentaire

C’est sur un drôle de malentendu que la chanteuse MJ 30 a dû entamer son showcase au Cotton Club de Nantes : Le public est arrivé avide de l’entendre chanter et de la voir la souffler le chaud comme promis sur une vidéo postée, 72 heures avant, sur sa page Facebook, alors que, pour sa part, l’artiste suggérait une fête totale, ensemble, sur la piste. MJ 30 eut alors la lucidité d’adapter, de bonne grâce et avec beaucoup de grâce, son spectacle.



Un mélomane défiant MJ 30 au mutuashi4. En plein show © AEM
Un mélomane défiant MJ 30 au mutuashi4. En plein show © AEM
Quasiment, tous les mélomanes présents n’avaient jamais vu MJ 30 sur scène. Elle jouit, certes, d’une belle cote d’estime mais rien ne vaut parfois de se faire une opinion définitive sur un live. Quand elle gagne la scène, menu haut bleu pétrole qui dévoile intégralement les bras, coiffure basse au profit d’un beau visage maquillé avec doigté, la jeune Congolaise emplit la discothèque de son charme.

La méprise sur la participation du public actée, très vite, la chanteuse réajusta son spectacle et réussit à séduire avec sa voix, son chant et sa façon de danser. Réputée comme une danse fortement sensuelle, elle va exhiber une mutuashi tout en nuances avec des accents de sensualité finement distillés. Entre deux retards à l’allumage du DJ, MJ 30 ne s’en émeut pas et en profite, au contraire, pour se lancer dans des a capella de très bonne facture. La magie ayant opéré, les mélomanes ont fini par investir très naturellement, eux aussi, la scène.

Cette soirée était programmée à l’occasion du 55ème anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo. Le cadre choisi est une discothèque nantaise au charme particulier : la décoration oscille entre des touches de saloon, le clinquant et le luxe feutré. Discrète, avec son physique qui est un charmant compromis entre les canons de la beauté africaine parfois écartelés entre les formes et les traits fins, Saly la gérante de Cotton Club ne cachait pas sa satisfaction : « Même si, sur le plan économique, je n’ai pas réalisé l’affaire économique du siècle, la soirée va fortement contribuer à la notoriété de ma discothèque ». Et entend poursuivre sa collaboration avec les partenaires de cette soirée : Dady Bird « Le sniper de la RDC » et Casa Tropicale Musica via José Kapesa.

Botowamungu Kalome
Lu 824 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes