Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

«Malgré le succès que je ne cesse de récolter avec mes chansons, je suis toujours pauvre»

Triste bilan pour le «Poète» Lutumba Simaro à l'occasion de ses 75 ans et de 55 ans de sa carrière musicale


Par Forum des As | Dimanche 31 Mars 2013 | Lu 883 fois | 2 Commentaires



«Malgré le succès que je ne cesse de récolter avec mes chansons, je suis toujours pauvre»
Mercredi 27 mars 2013, le salon Lubumbashi du Grand Hôtel Kinshasa a servi de cadre à l'organisation d'une conférence de presse tenue par l'un des "Baobabs" vivants de la musique congolaise, auteur-compositeur, l'artiste Simon Lutumba Ndomanueno alias Simaro Masiya. Cette conférence de presse a été organisée dans le cadre de la soirée festive de 75 ans d'âge et 55 ans de carrière musicale ininterrompue de celui que tous les mélomanes de la bonne musique appellent affectueusement "Poète".

Lors de ce face-à-face avec les chevaliers de la plume, le salon Lubumbashi du GHK s'est transformé en mur des lamentations de Jérusalem. Le " Poète " Lutumba a répondu sans détours à toutes les questions des journalistes-chroniqueurs de musique. Il a ainsi exprimé les peines endurées dans sa vie musicale. La main sur le cœur, Lutumba Simaro a répondu aux questions en démontrant comment il est négligé malgré tout ce qu'il a réalisé sur le plan artistique. Faisant le bilan de ses 75 ans d’âge et de 55 ans de sa carrière musicale, il conclut tristement par ces termes : "Dans ma carrière musicale, Dieu m'a donné le don de composer de belles chansons qui n'ont laissé personne indifférent. Mes œuvres anthologiques ont contribué à l'éducation et aux problèmes sociaux de la vie quotidienne de chacun. Malgré le succès que je ne cesse de récolter avec mes chansons, je suis toujours pauvre. Je ne sais pas, si parce que je fais la musique dans mon pays. En tout cas, je ne vis pas de mes droits d'auteurs depuis l'époque de la Sonéca jusqu'à celle de la Socoda. Je ne peux pas un être mendiant pour aller quémander auprès de mes connaissances dans leurs bureaux au risque d'être ridiculisé. Ce n'est pas pour rien que j'avais composé la chanson " Salle d'attente ". En ce mois de mars 2013, Dieu m'a accordé la grâce d'être toujours en vie en totalisant 75 ans d'âge et 55 ans de carrière musicale ininterrompue. A l'occasion de ce double anniversaire, le Gouvernement congolais n'a pas fait quelque chose comme ce fut le cas avec mes collègues Tabu Ley Rochereau et Lwambo Makiadi Franco. Lorsque j'avais encore la force, j'avais composé l'une de mes chansons prophétiques " Mabele " et j'avais dit : " Mokolo na kokufa kake ekobeta, Tshita Tshima olobelaka bato maloba na nga ya suka : Moto na nga bakamata, basala monument. Soki mopaya aye, ba lobela ye sango, baliyaka na nga ba kokanga zolo na solo. Bamelaka na nga, bakokima kosukola nga. Ebembe ya masiya, ata bakimi ye, banzinzi bakolela nga. Nazali na confiance". (A travers ma chanson « Mabele », j’ai prédit que le jour de ma mort, il y aurait une foudre. Tshita Tshima, il faudra alors rappeler mes dernières paroles, à savoir que l’on tranche ma tête pour en faire un monument pour informer l’étranger. Car, tous ceux qui avaient partagé mes repas se pinceront le nez, ceux qui avaient trinqué avec moi refuseront de me nettoyer. Mais, même si tous évitent ma dépouille, les mouches seront là pour me pleurer). Pourtant, je ne savais ni le jour ni l'heure de ma mort, mais, Dieu m'a donné aujourd'hui, 75 ans d'âge et 55 ans de carrière musicale. Il a fallu que je fête ce double anniversaire avec faste pendant que je suis encore en vie. Car, demain appartient à Dieu et on ne sait jamais... Aujourd'hui, cette prophétie pourrait s'accomplir. Raison pour laquelle, je demande à tous les journalistes, s'il y a moyen, de traduire mes chansons anthologiques et prophétiques en français ou en anglais pour que les étrangers découvrent aussi mes œuvres au profit de ma progéniture».

S'agissant de l'évolution de la musique congolaise, Simaro Lutumba a réagi en ces termes : «La musique congolaise était considérée comme le berceau même de la musique africaine. Mais, contrairement à ce qui se fait d'aujourd'hui, si on soutient que notre musique est en baisse, je pointe du doigt les jeunes qui imitent les vedettes et la musique étrangères. Les étrangers ont leurs cultures. Les jeunes d'aujourd'hui, ont amené l'obscénité et l'amour d'argent dans la musique. Ils font n'importe quoi et manquent l'esprit de créativité. Mais, parmi ces jeunes, il y a aussi de bons musiciens. Il faut que les jeunes nous emboîtent les pas comme nous avons fait à notre époque avec nos aînés. Ils font la musique sans discipline et ne font pas plaisir aux mélomanes». Lutumba, comme dans ses habitudes, a conclu avec ces proverbes : "Soki olingi oyekola etamboli ya moninga, zala sima na ye". " Boyebaka mpe, soki mbeto ebimi na salon, wana ezali lisusu esika na yango te "(Quand on veut s’inspirer de quelqu’un, on doit suivre ses pas. Car, le lit ne doit pas quitter la chambre pour se retrouver au salon).

José Mpaka IKOMBE
Lu 883 fois


Vos commentaires:

1.Posté par plates excuse le 01/04/2013 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme c'est étonnant, voire bizarre. C'est frustrant

2.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 04/04/2013 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut reconnaitre que si aujourd’hui les artistes ne vivent pas du fruit de leur travail, cela est dû entre autres à la complaisance des autorités publiques qui encouragent la piraterie. Ce fléau est un handicap sérieux pour l’évolution de la musique et du bien être des artistes. Le Vieux LUTUMBA a aussi raison de dire que hors mis certains artistes qui excellent dans le domaine, la majorité des jeunes artistes font du "copier-coller" et n'ont aucune créativité c'est de la facilité. C'est assez regrettable, notre continent est riche sur le plan culturel alors pourquoi allez copier chez les autres?? Nous avons des ainés comme les LUTUMBA SIMARO, KOSMOS MOUTOUARI, SAM MANGWANA, pour n citer qu'eux pourquoi ne pas profiter de leur expérience pour améliorer nos performances et prétendre à belle carrière musicale? Je ne me le ferai pas dire deux fois!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes