Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marie-Léontine Tsibinda, une sommité du suspense


Par | Vendredi 6 Septembre 2013 | Lu 966 fois | 0 Commentaire



Marie-Léontine Tsibinda, une sommité du suspense
Dans La porcelaine de chine, une alacrité théâtrale, Marie-Léontine Tsibinda nous sert un plat immensément relevé : un style cathartique sublimé par une friandise de catachrèses ; une construction magnifiée par une procession d'analepses... Un huit-clos époustouflant : un homme volage, une femme qui paraît être une Alceste – ridicule à force d’amour – et une bonne merveilleusement instruite. Tous trois, fracassés par les dommages de la guerre civile, sont à la recherche d’une partie d’eux-mêmes et de leur dignité perdue. Et de quelle manière ? La scène 9 est, pour ainsi dire, une merveille. Aucun doute, Marie-Léontine Tsibinda est la grâce même. La porcelaine de Chine ? Une œuvre à exposer fièrement dans son armoire ! Ouf !

Bedel Baouna
Lu 966 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes