Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Me Ngoma Moukoko, ceinture noire 5ème dan. Harcelé par le déclin du judo congolais


Par SDC, Starducongo.com | Jeudi 3 Septembre 2009 | Lu 1398 fois | 0 Commentaire



Me Ngoma Moukoko, ceinture noire 5ème dan. Harcelé par le déclin du judo congolais
Me Ngoma-Moukoko, vous connaissez? Hier, international, aujourd’hui, dans l’encadrement. Ceinture noire 5ème dan, il a porté haut l’étendard du judo congolais. Le déclin de ce sport, dans notre pays, le harcèle, le trouble. Il en est même choqué. Pour qu’il puisse rayonner, à nouveau, il propose, entre autres solutions, l’élection démocratique libre et transparente des dirigeants fédéraux. Suivez son interview.

Pourriez-vous nous parler, brièvement, de votre carrière sportive?

J’ai fini par attraper le virus du judo, le 5 avril 1967, parce que attiré par mes aînés: feu Tchicaya Nacimento, Malonga et Diagne Marius Ossey. Je me suis distingué au milieu des grands. Ceinture bleue, j’ai remporté, en 1969, mon premier trophée, contre un club composé exclusivement des Blancs. La même année, j’ai donné la victoire à la sélection du Kouilou, lors d’une confrontation contre des judokas japonais, en escale technique, dans leur bateau, à Pointe-Noire. J’ai été international cinq ans durant. En 1976, j’étais de l’épopée des Diables-Rouges, vainqueurs de la médaille de bronze aux 1ers Jeux d’Afrique centrale, à Libreville (Gabon). Comme expérience, j’ai participé à plusieurs stages d’entraîneur de haut niveau de judo Ju-jutsu, encadrés par des experts comme Mes Louis Lehiban, Jean Banzato, Tkachi-Tkeo, Chimizu, Sanada, Pascal Ngassaki, Mesmer, Ahmed Hifri, j’en oublie. J’ai été me perfectionner en Libye (2001), au Sénégal (2002). Dans ma gibecière: plusieurs diplômes et distinctions. Entraîneur sélectionneur national de judo, en 1975, arbitre fédéral et conseiller technique à la direction départementale des sports, au Kouilou.

Quelle lecture faites-vous de la pratique actuelle du judo?

Les jeunes oublient que la force, avant qu’elle ne soit musculaire, est, d’abord, mentale. Que le lexique est le fondement du judo. Le respect du supérieur est lettre d’or dans les arts martiaux. Ce n’est plus le cas, aujourd’hui, d’où le déclin de notre judo. Je suis choqué de cela.

Il y a bien longtemps que Pointe-Noire a été le théâtre d’un championnat.

Cela fait quatre ans. On n’a plus vu un championnat départemental qui débouche au championnat national. Le résultat: plus d’équipe nationale digne de ce nom. Les ligues ne vivent plus, ainsi que la Fédération. Ce qui se passe, c’est le cafouillage en plein jour.

Quelle serait votre contribution, à l’orée du renouvellement de la Fédération?

Pour corriger les maux dont souffre notre judo, il faut mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Or, lorsqu’il s’agit de la mise en place du bureau fédéral, il y a déjà comme un tableau où tout est écrit et vous n’allez que pour adopter. Pour rayonner dans le ciel africain, organisons une élection démocratique libre et transparente. Voilà ma contribution.

Propos recueillis par
Equateur Denis NGUIMBI
Lu 1398 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes