Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Médias : Sakombi Bakonzo n'est plus


Par Les Dépêches de Brazzaville | Vendredi 5 Octobre 2012 | Lu 866 fois | 0 Commentaire



Un communiqué du Groupe de réflexion et d'action pour la renaissance du Congo (Grarc) a annoncé le décès de l'ex-journaliste de la télévision nationale survenu le 2 octobre au Centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHU).

L'hypertension a eu raison de feu Célestine Sakombi Bakonzo. Elle n'a pas survécu à « une courte crise d'hypertension », comme le signifiait le récent message de Thomas Mbembele, président du Grarc.

La période comprise entre l'émission de ce communiqué et quelque peu avant la fin de la décennie passée, il persiste un épisode obscur pour le commun des Congolais sur la vie de l'illustre disparue. En effet, son visage était bien connu du grand public à la faveur de son métier, vu qu'elle fut l'une des grandes présentatrices du journal télévisé de la chaîne nationale, alors Office zaïrois de radiodiffusion et de télévision (OZRT). Pour certains, elle était en exil à Abidjan en Côte d''ivoire. Dès lors, on comprend mieux la surprise de plusieurs apprenant qu'elle a rendu l'âme au CHU de Brazzaville.

Fille de Gérard Sakombi, un haut magistrat, Sakombi Bakonzo était la nièce de Dominique Sakombi Inongo, décédé deux ans plus tôt, le 27 septembre 2010. Elle fut journaliste comme son oncle qui devint même en son temps ministre de l'Information sous Mobutu et Kabila le père. La biographie délivrée dans le communiqué nécrologique revient sur le fait que Célestine Sakombi, que les spectateurs de l'OZRT connaissaient plus sous le nom de Sakombi Bakonzo « fut une ancienne étudiante de l'Isti, où elle a obtenu sa licence en journalisme ». Forte de la formation reçue à l'Isti, aujourd'hui Ifasic, elle fit son entrée à l'OZRT où elle obtient son engagement et « y a effectué une brillante carrière jusqu'à obtenir le grade de directeur ». Par ailleurs, « elle a animé la Presse présidentielle, jusqu'à son départ en exil ». Et poursuit l'annonce de Thomas Mbembele, « sur sa terre d'accueil, la défunte s'est entièrement consacrée à la réunification des réfugiés RD congolais, notamment ses frères ex-FAZ, les officiers de renseignements et assimilés . Elle était demeurée très active dans la lutte en vue de la libération de notre pays », signale-t-on

Si « la grande communauté des communicateurs perd en Célestine Sakombi une compétence incontestable », ainsi que le soutient le président du Grarc, c'est pareil pour « la grande communauté des patriotes-résistants ». Sa mort est perçue comme la perte d' « une cadre qui avait fait de la fédération et de la modération deux traits de caractère qu'elle s'est attachée à communiquer autour d'elle ».

Nioni Masela
Lu 866 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes