Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Miroir du passé/ Coupe des Tropiques 1962

Aux larmes, citoyens!


Par SDC, Starducongo.com | Dimanche 8 Août 2010 | Lu 2370 fois | 0 Commentaire



Congo-Sport. De g. à dr.: Jean-Pierre Elouma (capitaine), Maxime Matsima «Yachine», Germain Gavaud «Moteur», Hervé-Fortuné Mayanda, Gilbert Makouana «Bolida», Habib Tall, Désiré Mayala «Larbi», Armand-Bérulle Ambara, Omer Péna, Léopold Nde
Congo-Sport. De g. à dr.: Jean-Pierre Elouma (capitaine), Maxime Matsima «Yachine», Germain Gavaud «Moteur», Hervé-Fortuné Mayanda, Gilbert Makouana «Bolida», Habib Tall, Désiré Mayala «Larbi», Armand-Bérulle Ambara, Omer Péna, Léopold Nde
Le Congo est à l’orée du cinquantenaire de son indépendance. Il est difficile de dresser le bilan de son sport. Il y a eu, sûrement, des hauts et des bas. Intéressons-nous, plutôt, aux meilleurs moments. Nos sportifs ont cueilli plein de lauriers, surtout au cours du premier quart de siècle qui a suivi l’accession du pays à la souveraineté internationale.
Nous nous proposons de rappeler ces hauts faits, de perpétuer le coin de nostalgie qui parle d’un passé glorieux, 1 avec la force de l’inoubliable.

Aujourd’hui: la Coupe des Tropiques 1962.

La Coupe des Tropiques, en sa première édition, fut une coupe de sang et de larmes.
La phase finale de football réunit, à Bangui, en décembre 1962, quatre pays: Madagascar, Centrafrique, Cameroun et Congo-Brazzaville. Elle fut précédée par des éliminatoires, entre juillet et septembre. Congolais et Gabonais s’affrontent, en quart de finale, au Stade R.P. Lefèvre, le 14 juillet 1962, à Libreville, et au Stade Eboué, à Brazzaville. Autant le premier match tourne à l’avantage des Gabonais (3-1), autant le match retour l’est en faveur des Congolais, le 16 septembre 1962: 1-3.
A cause de l’incapacité crasse de l’arbitre centrafricain de service, le match laisse le public sur sa faim. Mais rien n’est fait contre les joueurs gabonais qui seront, d’ailleurs, fraternellement reçus au bar-dancing du Pont du Djoué, le soir.

Le règlement de la Coupe des Tropiques invitait Congolais et Gabonais à disputer un match de qualification d’appui, probablement à Bangui. Ce match n’aura jamais lieu. Et pour cause. De retour à Libreville, les joueurs gabonais font croire aux dirigeants politiques de leur pays qu’ils avaient été victimes d’agression à Brazzaville. Preuve: certains d’entre eux ont le bras en écharpe! Ils livrent à la vindicte populaire les ressortissants congolais vivant au Gabon. Traqués, pourchassés, 9 d’entre eux seront tués et d’autres blessés. Le président Léon Mba décide d’expulser, complètement démunis, tous les ressortissants congolais arrivés au port de Pointe-Noire, à bord d’un vieux cargo, en ce mois de septembre 1962. Les représailles seront inévitables, notamment à Pointe-Noire.

A cause de ces graves incidents, certaines rues de Brazzaville sont débaptisées. Ainsi, la Rue des Gabonais, à Moungali, est devenue «Rue des Martyrs» (de la Coupe des Tropiques de 1962).
Dans l’arrondissement 2 Bacongo, la Rue Capitaine Tchoreret, un officier gabonais mort pendant la seconde Guerre mondiale, est devenue «Rue Mbiemo». Seules, dans l’arrondissement 4 Moungali, les Rues Franceville et Massoukou y ont échappé. C’est, finalement, autour d’une table, sous l’égide de l’U.a.m (Union africaine et malgache), que sera réglé ce conflit. A Douala, les présidents Léon Mba et Fulbert Youlou sont reçus par les présidents Ahmadou Ahidjo (Cameroun) et Hubert Maga (Dahomey, depuis lors Bénin) et le secrétaire général de l’U.a.m, le Dahoméen Albert Tévodjéré. Ils y fument le calumet de la paix.
Mais le Gabon se défile. Il ne veut plus entendre parler de la Coupe des Tropiques dont la phase finale réunira Congolais, Malgaches, Camerounais et Centrafricains, à Bangui. Et Congo-Sport, première appellation de l’équipe nationale, la domine de la tête et des pieds. Sous la houlette du jeune entraîneur Paul Ebondzibato. Les choses sont allées très vite.

Opposé à Madagascar, Congo-Sport réalise une victoire facile (6-1), l’autre demi-finale permettant au Cameroun, du Maréchal Mbapelepet, d’éliminer la Centrafrique:4-1. Et lorsqu’ils croisent les fers, Congolais et Camerounais clôturent la 1ère édition de la Coupe des Tropiques qui, il faut le rappeler, était omnisports. Plus fort, Congo-Sport l’emporte (3-0), les artisans des buts congolais étant Hervé-Fortuné Mayanda «Tshombé-Demalhouette», Gilbert Makouana «Bolikango-Bolida» et Omer Péna «Pelé», celui-ci sur penalty.

Si le président de la Fédération congolaise de football était Gilbert-Thomas Manckoundia, les joueurs de Paul Ebondzibato s’appelaient: Maxime Matsima «Yachine», Pierre Moumpala, Jean-Pierre Elouma «Anderson» (capitaine), Adolphe Bibandzoulou «Amoyen», Léopold Dey «Flamion-Ziboulateur», Désiré Mayala «Larbi», Armand-Bérulle Ambara «Colonel Mobutu», Germain Gaveau «Moteur», Habibo-Tall «Saxo», Jean-Chrysostome Bikoudi «Bistouri», etc.

Fulbert KIMINA-MAKUMBU (La Seamiane africaine)
Lu 2370 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes