Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Miroir du passé. Voir Pelé et mourir !


Par SDC, Starducongo.com | Dimanche 29 Août 2010 | Lu 1890 fois | 1 Commentaire



Le roi Pelé au milieu des milliers d’admirateurs à l’aéroport Maya-Maya.
Le roi Pelé au milieu des milliers d’admirateurs à l’aéroport Maya-Maya.
Dans le panier des nouveaux champions du monde brésiliens, un adolescent à peine âgé de 18 ans: Edson Arantès do Nascimento, alias Pelé!

Pelé au Congo, neuf ans après! Un événement plutôt rarissime. Entre-temps, la Seleçao, le Brésil, a engrangé son second trophée à Santiago du Chili… avec son jeune roi à l’infirmerie, pendant la finale. Mais celui-ci n’a rien perdu de sa superbe. Il a dompté et soumis la planète foot. Mais c’est surtout à l’issue de la Coupe du monde de Suède 1958 que les férus de football congolais l’ont découvert, admiré et aimé.

Neuf ans après, le môme est à Maya-Maya, en route pour Kinshasa. Il échappera, de justesse, à l’enthousiasme effréné des Brazzavillois, venus très nombreux pour l’ovationner. Ni personnage politique ni religieux, mais simple garçon de leur race dont les grands-parents partirent, un jour, dans la cale d’un bateau négrier, dans ce pays appelé Brésil.

Roi adulé par des bataillons de «ses» sujets. Et, pourtant, les rois ne sortent pas en public en short et godasses à crampons!
Le 7 juin 1967, les yeux des milliers de supporters se dérident, certains donnant l’impression de sortir de leurs orbites. Pelé et son club, Santos FC, sont revenus à Mfoa. Ils vont en découdre avec Congo-Sport. Dans un stade de la ‘’Révolution’’ pris d’assaut par une marée noire de supporters, aux premières heures de la matinée.

Zut! Le ciel se met, soudain, à pleurer, en plein mois de juin 1967, rigoureusement froid. Le public, figé, ne réalise pas ce qui lui arrive dans cette arène. Il refuse de battre en retraite. Il résiste aux trombes d’eau que lui lâchent, traîtreusement et impitoyablement, les écluses ouvertes du ciel.
Le supporter ordinaire semble trouver la réponse à ce phénomène.

La maccumba, le fétiche brésilien, a mouillé les fétiches congolais. La rumeur a fait le tour des gradins populaires. On y croit, là-bas, dur comme fer. Réduits à leur plus simple expression, les féticheurs congolais trouveraient un mur brésilien opaque. La réalité sera toute autre sur le terrain.
C’est Congo-Sport, par l’entremise de Mbono «Le sorcier» et Bikoudi «Bistouri», qui va le trouer. Sans crier gare! Revenus de leur méprise, les Brésiliens remettent les pendules à l’heure, par Pelé, et terminent en beauté:2-3.

Mais le public n’avait d’yeux que pour Pelé. Qui lui a raconté que ses pieds ne touchaient sol, une fois qu’il était en possession du ballon? Une légende qui a fait le tour de la ville. Mais plus que la victoire brésilienne, sa présence seule suffisait à faire son bonheur.

Les poulains de Paul Ebondzibato n’en rougissent nullement. Ils n’ont pas été ridicules. Pour cette première, il a proposé: Maxime Matsima, Léon Tchikaya, Alphonse Niangou, Adolphe Bibandzoulou «Amoyen», Michel Ongagna «Excellent», Jean-Chrysostome Bikoudi «Bistouri», Germain Dzabana «Jadot», Jean-Michel Mbono «Le sorcier», Jean-Bernard Foundoux «Mulele», Jeannot Foutika, Serge-Samuel Boukaka, Marcel Koko «Labeth» et Emmanuel Mayanda.

Deux ans plus tard, le roi Pelé revient au Congo. Pour jouer dans les sables ponténégrins de Franco Anselmi, le 17 janvier 1969. Il est, alors, âgé de 29 ans (né le 23 octobre 1940, à Tres Coraçoes (les Trois Coeurs), dans l’Etat de Sao Paulo. Les Ponténégrins, réveillés par une pluie diluvienne, retrouvent un terrain de Franco Anselmi sous les eaux. On en bouche, comme on peut, les lacs avec du sable ramené de la plage. Et le match se jouera, en dépit de l’incroyable mauvais état de l’aire de jeu.

La fin: une écrasante victoire de Santos, marquée du sceaux de Pelé, Manuel Marilla et Douglas : 3-0.
Et pour ce match historique, la Sélection du Kouilou a aligné:
Mamboma, Ibouili «Vickas», Ossenguet, Makosso «Pazur», Jean-Claude Nzaou «Jonquet», Félix Foutou, François Yamba ‘’taille-basse’’, François Poaty «Dolido», Gilbert Poaty «Hidalgo », Raphaël Bibakoudi «Gelvins» et Maurice Ondzola «Fontaine».

J’en ai profité, pour poser quelques questions à Pelé, mon cadet d’un an. Et ce n’était pas rien.
C’était au restaurant d’un certain Felligiagi, un Corse de Pointe-Noire, installé à la Côte Sauvage. Deux jours plus tard, ‘’Révolution’’ prend le témoin. Pour la deuxième fois. Même ferveur. Le match a la même intensité. Le stade, hyper plein, croule-t-il?
Mais quel spectacle! Les Brésiliens, impressionnés, acculés, ont dû puiser dans leurs réserves pour sauver leur réputation. Scénario immuable. Mbono «Le sorcier » et Bikoudi «Bistouri» marquent pour Congo-Sport, Pelé (2) et Toninho (1) assurent la victoire du F.C Santos: 2-3…

Congo-Sport, visiblement satisfait, s’est présenté dans la formation suivante: Maxime Matsima «Yachine», Christophe Ombélé, Maurice Filankembo «Lipopo», Jacques-Yvon Ndolou, Germain Dzabana «Maréchal Jadot», François M’Pelé, Balékita «Claise-Zézé», Alphonse Niangou «Yaoundé», Louis Akouala, Foundoux «Mulele», etc.

Des mecs ayant joué sans aucun complexe d’infériorité, même si la vedette était, ce soir-là, le roi Pelé… Mais il avait besoin d’adversaires pour pouvoir jouer, fussent-ils des amateurs purs. Un an plus tard, Pelé était couronné roi…à Mexico, au lendemain de la troisième victoire du Brésil devant l’Italie…

F. KIMINA-MAKUMBU (La Semaine Africaine)
Lu 1890 fois


Vos commentaires:

1.Posté par tchita le 30/08/2010 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gouvernement Congolais. Qu'attendez vous pour nous faire revivre un football comme avant ? Vous n'avez de cesse de parler des anciens : Maxime Matsima «Yachine», Christophe Ombélé, Maurice Filankembo «Lipopo», Jacques-Yvon Ndolou, Germain Dzabana «Maréchal Jadot», François M’Pelé, Balékita «Claise-Zézé», Alphonse Niangou «Yaoundé», Louis Akouala, Foundoux «Mulele», etc. Aujourd'hui la plupart des pays africains sont représentés à l'exception des congolais de brazzaville. Trouver une solution et faites nous revivre le football de nos anciens merci ....

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes