Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mode : l’Institut Motsé-Akanati international ouvre ses portes à Brazzaville


Par Adiac-congo.com | Mercredi 23 Octobre 2013 | Lu 1013 fois | 0 Commentaire



Mode : l’Institut Motsé-Akanati international ouvre ses portes à Brazzaville
En présence d’Adélaïde Yvonne Mougany et d’Émilienne Raoul, respectivement ministre des petites, moyennes Entreprises et de l’artisanat, des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Motsé Akanati a lancé son institut de formation de stylistes-modélistes le 22 octobre à l’École nationale des beaux-arts

Motsé Akanati a entendu l’appel du président de la République invitant les Congolais de la diaspora à revenir au pays. Pour elle, il s’agissait d’un défi personnel qu’elle a décidé de relever non seulement pour promouvoir les meilleurs créateurs, mais aussi participer à l’émergence de son pays.

C’est donc avec de nombreux projets en tête que la styliste, modéliste, créatrice et fabricante de parfums a choisi de revenir au bercail. Parmi ces projets, l’ouverture de l’Institut Motsé-Akanati International (IMA).

« L’école est ouverte à tout le monde », a-t-elle déclaré à l’assistance et devant les membres du gouvernement, qui ont salué son initiative.

Motsé Akanati a remercié les deux ministres qui l’ont aidée dans son projet ainsi que le député de Souanké, Henri Zoniaba Ayimessone, qui lui a permis de découvrir le district de Souanké où elle a capturé des essences pour ses futurs parfums. Elle a rappelé que, grâce à l’actuel président de la République, elle a réalisé, en 1983, sa première exposition internationale en France, profitant du vol présidentiel alors qu’elle n’était qu’une jeune créatrice.

« J’ai entendu le cri du président de la République qui a demandé à la diaspora de rentrer au pays pour participer à son émergence. Les produits de luxe y contribuent et j’ai décidé de regagner le Congo », a-t-elle expliqué, soulignant qu’il y a trois ans, la conférence qui s’est tenue à ce sujet à Paris (France) avait unanimement reconnu que le futur continent du luxe était l’Afrique.



« J’ai voulu que désormais les Congolais aient un savoir-faire et que nos créations correspondent aux normes internationales pour être distribuées. J’ai déjà un point de vente, et je voudrais aussi permettre aux jeunes Congolais qui ont du talent et qui veulent apprendre de se faire connaître, qu’ils aient un lieu d’exposition et pourquoi pas, une chaîne de boutiques avec plusieurs créateurs congolais sur place », a-t-elle expliqué.

Les trois niveaux d’apprenants de l’IMA

L’IMA propose trois niveaux de formation. En loisirs créatifs, les travailleurs pourront décompresser et apprendre à confectionner leurs vêtements. Le deuxième niveau s’adresse aux personnes qui souhaitent se reconvertir en apprenant un nouveau métier. Enfin le troisième niveau, prépare à la profession de styliste-modéliste : on y apprendra à faire des carnets de tendance, à dessiner des modèles et à créer une ligne de vêtements.

Quant au coût, Motsé Akanati a précisé : « Je n’aime pas parler en termes de coût, je préfère que les personnes viennent et voir si elles peuvent travailler dans ce milieu ou pas. Si la personne a du talent et qu’il y a un problème du coût, on peut trouver des solutions. La durée de la formation peut être de trois mois, neuf mois, une année ou plus, cela dépendra de l’apprenant. »

Les mannequins ont présenté des costumes de différents styles lors du défilé de mode. La visite des salles Paco-Rabanne et Donald-Caldwell de l’institut a été le clou de la cérémonie, agrémentée par la chorale de l’École des beaux-arts qui a interprété l’hymne national du Congo, La Congolaise, et l’hymne de la paix Congo de Jacques Loubélo.

Motsé Akanari, la première styliste et parfumeuse congolaise

Le 22 octobre 1983, Motsé Akanati a organisé son premier défilé de mode au Congo, à la chambre de commerce de Brazzaville, en présence du ministre Jean-Baptiste Tati Loutard. En 1989, elle a représenté, à Sofia (Bulgarie), le Congo à la commission mixte organisée par Henri Djombo, alors ambassadeur du Congo dans ce pays. Première styliste et parfumeuse congolaise, Motsé Akanati est aussi peintre sur toile et sur soie, créatrice des bijoux et spécialiste de l’impression textile.

Bruno Okokana
Lu 1013 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes