Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nécrologie. Evocation de Thomas Yamba


Par Equateur Denis NGUIMBI | Vendredi 27 Mars 2009 | Lu 1452 fois | 0 Commentaire



Le cercueil de Thomas Yamba.
Le cercueil de Thomas Yamba.
L’émotion était grande mardi 10 mars 2009, au stade Enrico Mattei, à l’occasion de la cérémonie d’adieu à Thomas Yamba, l’international du handball congolais, décédé le 2 mars dernier, à Pointe-Noire. Avant d’être inhumé au cimetière Mongo-Kamba.

Du monde autour de son cercueil. Après l’observation de la minute de silence, le parcours de l’illustre disparu a été retracé. «Il n’y a pas une épreuve, au monde, qui soit plus douloureuse que la disparition d’un parent, d’un ami… au moment où l’on s’y attend le moins. La mort, ce petit mot de quatre lettres, symbolisant les quatre côtés de la croix, les quatre côtés du cercueil, les quatre côtés du caveau, les quatre membres du corps inanimé. La mort a, encore, frappé, en nous arrachant notre frère, notre collaborateur Thomas Yamba, au moment où sa famille, son service et la nation avaient, encore, grand besoin de son expérience», a dit l’orateur.

Fils de feu François Yamba et feue Suzanne Niangui, Thomas Yamba est né le 23 juillet 1952, à Pointe-Noire. Etudes primaires à l’école de Moukoko-Tadi, à Madingou. Le collège de Madingou, ensuite, l’accueille. Il en sort avec le B.e.m.g., couplé de l’admission au concours de l’I.n.s (Institut national des sports), en 1972. Trois ans après, il obtient le diplôme de maître d’E.p.s (Education physique et sportive). S’ouvrent à lui les portes de la fonction publique, en qualité d’enseignant.
De 1975 à 1976: lycée Victor Sathoud, ex-Vladimir Lénine, de Dolisie, au Niari. De 1976 à 1977, il est muté au lycée technique 1er mai de Brazzaville. Et de 1978 à 1980, il assure les fonctions de chef de division des activités sportives, à l’inspection sectorielle des sports de Poto-Poto (Brazzaville).

En 1981, Thomas Yamba est nommé chef de bureau à la direction générale des sports. En 1992, il rentre à l’I.n.s.e.d dans la filière des inspecteurs de jeunesse et des sports, obtenant ainsi le certificat d’aptitude d’inspectorat de jeunesse et des sports. Il reprend le service à la direction régionale des sports de Brazzaville.

Le 16 octobre 2000, il est nommé chef de service des sports. De 2001 à 2002, il est secrétaire général de l’O.n.s.s.u (Office national du sport scolaire et universitaire), à Brazzaville. Le 9 janvier 2002, il est mis à la disposition de la direction régionale des sports du Kouilou, en qualité de chef de bureau au service des sports, poste qu’il occupe jusqu’au moment où il nous quitte.
Découvert à Madingou, pendant les jeux de l’O.n.s.s.u, Thomas Yamba a retenu l’attention des dirigeants de l’époque. Ses performances lui ont permis d’intégrer, rapidement, les Diables rouges, en 1974, aux cotés des: Ipet, Didier Tsonga, Chérubin Nkodia, puis, plus tard, Makino «Wello», Eugène Mboko, etc…

Thomas est détenteur du diplôme d’entraîneur de 3ème degré, obtenu à la faculté de la science du sport de l’Université de Leipzig (Allemagne). Il a entraîné, de 1986 à 2001, les équipes d’Inter Club et celles du CARA. Convaincu de son expertise, la Fécohand lui confie les destinées des Diables Rouges, de 1981 à 2000. Malade, il ne pouvait plus assumer ce rôle. Aujourd’hui, Ya Thomas n’est plus. Il a laissé trois enfants.

LA SEMAINEAFRICAINE
Lu 1452 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes