Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nécrologie : Jacques Mamounoubala, pied gauche dévastateur


Par Lasemaineafricaine.net | Mardi 7 Juin 2016 | Lu 738 fois | 1 Commentaire

Jacques Mamounoubala s’en est allé…Nous avons annoncé cette nouvelle nécrologique dans notre précédente livraison, après en avoir eu la confirmation, par son ancien coéquipier de gardien de but, Maxime Ambou-Liélé, très affecté.



Jacques Mamounoubala.
Jacques Mamounoubala.
Ancien ailier international du CARA, ‘’Mamou’’, comme aimait à l’appeler Cicérone Manoulaché, était l’un des plus véloces et percutants du football congolais à son poste. Gaucher, unijambiste. Sprinteur, ponctuant, généralement, ses courses rageuses par un tir au but adverse ou un centre.

Jacques Mamounoubala, on l’a écrit, aussi, électrisait les foules. Son fracassant tir du pied gauche laissait, souvent, pantois défenseurs et gardiens de but adverses. Les aînés se rappellent du raid spectaculaire réalisé dans sa carrière par Jacques Mamounoubala. Ce fut le 21 juillet 1974, au Stade de la Révolution. CARA recevait Vita Club de Kinshasa, constellé de «Mondialistes» revenant d’Allemagne. En huitièmes de finale aller de la Coupe d’Afrique des clubs champions. Après avoir embarqué quatre adversaires, Jacques catapulta le sac de cuir dans la cage, avec autant de facilité et de violence, qu’il avait mis des fourmis dans les gradins. Le ballon se fracassa contre la barre transversale et lécha un des piquets, avant de gémir dans les filets. Ce but, le quatrième du CARA, ouvrit les portes des quarts de finale aux Aiglons, battus au match retour par… 3-0.
Cette année-là, Jacques Mamounoubala devint champion d’Afrique des clubs. Ce souvenir victorieux l’a poursuivi, en devenant une obsession pour lui. C’était seulement sa première année sous le maillot ‘’Rouge et noir’’, en provenance du modeste Avenir du rail, et il apporta le punch qui manquait au secteur offensif des Aiglons, depuis une ou deux participations improductives en Afrique. Il était âgé, à peine, de 21 ans (né le 2 avril 1953, à Brazzaville).
En 1975, le Roumain Cicérone Manoulache à qui la Fécofoot confia les rênes des Diables-Rouges, cumulativement avec ceux du CARA, l’appela plusieurs fois en équipe nationale. A son poste d’ailier gauche de débordement. Maurice Ondjolet fit autant, en le sélectionnant pour la phase finale de la CAN 1978, au Ghana. Il fut l’auteur de l’unique but de la campagne des Diables-Rouges, face à l’Ouganda (1-3), sur une passe de François M’Pelé. Il venait de remplacer Lakou ‘’Abossolo’’. ‘’Mamou’’ garda son poste, pour les deux dernières rencontres, d’abord, contre le Maroc (0-1), ensuite, face à la Tunisie (0-0).
En ce garçon aux jambes arquées, qui a mis fin à sa carrière en la saison 1985-1986, se cachait un sympathique footballeur. Nous présentons nos très vives et sincères condoléances à la famille de Jacques Mamounoubala.

Guy-Saturnin MAHOUNGOU
Lu 738 fois


Vos commentaires:

1.Posté par YAMOUWONDA le 07/06/2016 18:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Paix a son âme .

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes