Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

«Odemba » éclaire le style Dizzy Mandjeku Lengo


Par | Jeudi 12 Mars 2015 | Lu 655 fois | 2 Commentaires



Kinshasa, (Starducongo.com) - Le genre « Odemba » que l’on croyait passer de mode avec la disparition de l’OK Jazz, revient en force depuis que le remarquable guitariste, arrangeur, auteur compositeur Dizzy Mandjeku Lengo a attribué à sa formation musicale l’appellation « Odemba ».

Une syntaxe propre

« Odemba », un style pour lequel le talentueux guitariste-soliste Dizzy Mandjeku Longo, doué d’une sonorité profonde et chaleureuse, à sa propre syntaxe. La marque d’un art exceptionnellement cohérent. La marque de la rigueur des idées à travers l’originalité de l’expression (et la rigueur de l’expression à travers l’originalité).

Une émulation créatrice

Leader, catalyseur, Dizzy peut être rangé parmi les héritiers des écoles African Jazz et OK Jazz (la chose est évidente lorsqu’il voue un très grand penchant à ses « chorus » d’une modernité incroyable, supérieure à bon nombre de ses contemporains).
Lorsqu’on s’intéresse au cas de Dizzy Mandjeku, on constate que la frange des critiques qui ont vanté ses mérites entre 1968 et les années 90, s’accordent aujourd’hui à reconnaître ses prouesses guitaristiques toujours en progression. A l’écoute de façon suivie tous les enregistrements auxquels il a participé pendant les dernières décennies, on se persuade assez aisément que son art présente, des premiers aux derniers, une exceptionnelle continuité. Au vrai, il est peu de grands guitaristes qui aient manifesté dans leurs conceptions une telle persévérance.

Une extrême disponibilité

Guitariste en herbe, cumulativement avec ses brillantes études, c’est à partir de 1964 qu’un expatrié européen Van Bruystegen qui fournit au jeune Dizzy son premier engagement amateur à la guitare de jazz.
Dizzy se contente par la suite de jalonner de repères la progression mathématique de mesures, de délimiter un espace musical avec netteté, de sympathiser avec les diverses émotions rythmiques. L’intelligence et la pudeur sont ses vertus majuscules. Intelligent, il parvient à prévoir avec sûreté l’itinéraire de son parcours qui fait de lui un polyvalent débiteur du doigté et du lyrisme Nico/Baroza, avant de s’étaler sur l’effet d’une science harmonique subtile et nuancée, capable de multiples variations et des possibilités d’expression qui suscitent l’émulation créatrice.

Tout ce qui a donné la gloire de Dizzy en orchestre s’est crée au Congo, en Afrique et en Europe.

1965 – Groupe d’expérimentation : Dizzy Mandjeku, avec entre autres : Lokombe Nkalulu, Mauro Mandjeku…et qui se concentre dans une exploitation influencée par le style African Jazz.

1966 – Sans rompre avec le lien qui le rattache à la musique, il demeure solidement campé dans les études supérieures à l’université de Lovanium de Kinshasa, où il fait la connaissance de Paki Lutula, Ray Lema… musiciens comme lui. C’est une nouvelle aventure qui s’engage pour Dizzy, qui aborde désormais la carrière musicale professionnelle.

La suite et pour l’essentiel, retenons successivement en 1966 : les orchestres Myosotis, Super Negro, Diamant Bleu. 1967 : Afro succès. 1968 : Conga 68, Festival des Maquisards, Les Grands Maquisards. 1975 : Afrisa International. 1978: Amida (Abidjan), African all stars (Abidjan). 1983: Orchestre Veve. 1986-1989 OK Jazz (chef d’orchestre)

L’expérience Internationale: “Odemba”

Dizzy Mandjeku Lengo, qui réside en Belgique depuis plusieurs année est à la tête du groupe musical homogène dit « Odemba » crée à Bruxelles et formé des anciens musiciens de divers orchestres kinois. La formule que Dizzy a adopté pour son orchestre est assez rigoureuse : Retour aux fondamentaux de la rumba. L’unité de l’orchestre et la qualité des arrangements sont privilégiés. Aussi, le soliste Dizzy trouve amplement ici l’occasion de se faire valoir : la qualité première de « Odemba » réside dans le « son » de l’orchestre, la section des souffleurs parvenant aussi bien à sonner comme une grande formation qui fait admirer les moindres nuances d’arrangements habilement adaptés à la personnalité de chaque musicien.

Clément Ossinondé
clementossinonde@starducongo.com

Lu 655 fois


Vos commentaires:

1.Posté par YAMOUWONDA le 12/03/2015 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On dirait un orchestre mazanza. Quelle cacophonie !

2.Posté par Popo L. le 12/03/2015 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
courage!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes