Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Par manque d'un coaching réel : Les mélomanes ne reconnaissent plus Mbilia BEL


Par SDC, Starducongo.com | Dimanche 17 Avril 2011 | Lu 1150 fois | 0 Commentaire



Mbilia BEL
Mbilia BEL
La Cléopâtre de la musique RD-congolaise moderne n’est plus cette étoile qu’elle était il y a trente ans. Il manque à notre « Mbilia Bel nationale » un encadreur de la trempe de Tabu Ley bien qu’elle se bat bec et ongles pour ne pas sombrer.

Sous la direction de Syllart Production, Mbilia Bel vient à partir de l’Europe de larguer sur le marché du disque, l’album « The Queen ». Une façon de rappeler à l’opinion qu’elle est la reine, cette reine Cléopâtre des années fastes.

Pour des chroniqueurs avisés, la chanteuse se veut nostalgique de ces années 80 qui lui avaient conféré une notoriété publique au point d’en faire la coqueluche des mélomanes et l’égérie de l’orchestre Afrisa International de Tabu Ley.

Marie-Claire, comme aiment l’appeler ses intimes, était à l’époque la référence pour toutes les femmes ou filles qui voyaient en elle un modèle, surtout pour celles qui mourraient d’envie d’embrasser la carrière musicale.

Mbilia Bel, en effet, pouvait se targuer d’être tombée entre les mains d’un encadreur pas comme les autres, un artiste-musicien de talent du nom de Seigneur Tabu Ley qui lui a assuré un coaching adéquat. Compositeur à la limite d’orfèvre, Tabu Ley a, à cette époque, composé beaucoup de chansons que Mbilia Bel a merveilleusement interprétées.

A l’arrivée, le succès était garanti et Afrisa s’en est tiré à bon compte. Et le duo Mbilia-Ley a de ce fait gagné en lettres de noblesse tant au pays qu’à l’étranger. Pour de raisons qui sont restées du domaine de la spéculation jusqu’à ce jour, au début de l’année 1987, l’idylle entre le maître et l’élève a connu une fin brutale et triste à la fois…

Cette inattendue rupture avait vite fait de plonger Kinshasa, Brazzaville, Bruxelles, Paris, Londres..., en émoi. Malgré des tentatives amorcées par des personnalités diverses pour recoller les morceaux, la séparation est restée consommée.
Descente aux enfers

Aussi curieux que cela puisse paraître, depuis cette séparation, Mbilia Bel qui a choisi une carrière en solo, enregistre sur le plan discographique, une baisse sensible et est loin de se refaire cette pétillante santé artistique dont elle jouissait aux côtés de son patron et mari.

Pour parler de cette discographie en dents de scie, il sied de citer Phénomène, le tout premier album que Bel a mis sur le marché sans le concours de Ley, la majorité des chansons portait curieusement l’empreinte du patron de l’Afrisa International. L’on a qu’à écouter les chansons « Manzil Manzil , Phénomène, Mayavalé, Tika bazua… »pour s’en convaincre.

Encadrée au studio par le soliste Denis Lokasa, un transfuge d’Afrisa -ceci explique cela-, Mbilia Bel a, certes, fait parler d’elle à travers cet opus qui a bien accroché sur le marché.

Quelques années après, la chanteuse refait surface dans un featuring avec Lutumba Simaro en interprétant « Mama Kulutu », une des chansons de ce dernier. La suite? Elle n’est pas fameuse!

Malgré deux albums que Mbilia a successivement sortis: « Sucré sal » et « Bellissimo » sous le label Syllart Production, les mélomanes ne reconnaissent plus l’insaisissable dame aux chansons dont le contenu faisait rêver. Une façon de dire qu’il lui manque un coaching réel, à la dimension de celui dont elle a bénéficié auprès de Tabu Ley.
Fiche signalétique

Nom: Marie-Claire Mboyo Moseka. Née à Kinshasa, le 30 août 1959. Fille de Mbala Mondo et Mboyo Mbilia. A dix ans, elle développe déjà un goût prononcé pour la musique. Après le passage de la chanteuse togolaise Bella Below à Kinshasa, en 1969, la jeune Marie-Claire prend la décision d’intégrer, comme chanteuse, la chorale de la paroisse catholique du quartier 12, dans la commune de N’djili.

En 1976, à la suite d’un communiqué radiodiffusé annonçant le recrutement des danseuses et choristes dans l’orchestre de la chanteuse Abeti Masikini, Mboyo se présente et le test est concluant ; elle est embauchée. Deux ans après, les danseuses désertent l’orchestre en masse.

Marie­-Claire, elle, est bien appréciée par la Tigresse qui fait d’elle la responsable des danseuses. Mais en 1978, elle claque à son tour la porte de la tantine Abeti. Une année durant, elle se tourne les pouces jusqu’à ce qu’Abeti la récupère.

Pas pour longtemps car, en 1979 la rupture est cette fois définitive entre les deux femmes. Marie-Claire prend son inscription dans une école de métier pour apprendre le secrétariat et la dactylographie. Mi 1981, le chanteur Sam Mangwana l’amène à quelques concerts de l’orchestre Bobongo Stars. Elle est adoptée.

Suite à une tournée mal négociée au Shaba -Katanga-, Mboyo perd le goût de la musique professionnelle. Ce n’est que passager. En 1982, un saxophoniste d’Afrisa lui propose de remplacer les chanteuses Yondo Sisters qui venaient de quitter l’Afrisa.

Elle s’y prend tellement bien que Tabu Ley l’adopte sur le coup et lui confie bien de chansons: « Mpeve a longo, Esui yo wapi?. Lisanga ya bambanda, Faux pas, Boya ye, Shawu riyako, Ba gérants ya mabala, La beauté d’une femme, Nadina, Nzoto na ngai se moko oyo, Residence Marina, Nakeyi Nairobi, C’est toi que j’aime, Emandé... »

Sa situation actuelle prouve que Mbilia Bel n’aurait pas encore trouvé l’oiseau rare, un grand compositeur de belles chansons qui pourront lui offrir une fois de plus l’occasion de remonter la pente. Entre-temps, la Cléopâtre continue de s’enfermer dans sa tour d’ivoire peut être en attendant le moment idéal.

Zenga Ve/AfricaNews (Kongotimes)
Lu 1150 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes