Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Paris : les atouts économiques du Congo seront présentés le 12 avril à la Maison de la Chimie


Par Adiac-congo.com | Samedi 12 Avril 2014 | Lu 444 fois | 0 Commentaire

L’ONG Synergies et Développement de l’Afrique (SDA) organise le 12 avril à Paris, une rencontre qui rassemblera plus de cinq cents entrepreneurs et acteurs économiques.



Ce déjeuner-débat initié en collaboration avec la Direction générale des impôts et des domaines (DGID) et le ministère à la présidence du Congo en charge des Zones économiques spéciales (ZES), a pour objet de présenter aux porteurs de projets, aux entreprises et aux investisseurs, les éléments caractérisant les atouts du Congo. Ces atouts sont composés de potentialités naturelles (minerais, pétrole, gaz, bois, etc.), de l’attractivité de son arsenal fiscal et juridique favorable à l’entreprise, de ses ZES et de sa structure économique qui se caractérise par l’accent mis sur la promotion du secteur privé et du partenariat public-privé.

Les rapports sur l’Afrique, présenté comme un continent d’avenir, mettent en lumière l’attractivité du Congo et de sa région. L’atout du pays repose sur sa stabilité politique, la progression continue et solide de sa croissance à deux chiffres, et la dynamique de ses ressources humaines. L’environnement est favorable : c’est ce que démontreront les intervenants à la rencontre de Paris.

SDA est une association Loi 1901 créée le 12 février 2011 et domiciliée à Paris. Elle œuvre en faveur du développement économique et social et joue le rôle d’interface par la mise en réseau des divers acteurs de la vie économique, sociale et culturelle. Son action s’inscrit dans une démarche de progrès social fondée sur des valeurs de coopération, de responsabilité, de solidarité et des principes de justice et de paix.Rudy Malonga, Atatché à l'aménagement des ZES

Maison de la Chimie - 28 rue Saint-Dominique Paris 7ème.

Contact : Elsa : +33 (0) 751 58 89 06 - elsa@synergies-developpement-afrique.org.
Site SDA : www.synergies-developpement-afrique.org

Rudy Malonga
Rudy Malonga
Organiser la diversification de l'économie congolaise en appui avec les Zones économiques spéciales
Le ministre Alain Akouala-Atipault, chargé des Zones économiques spéciales (ZES) présentera les opportunités d’investissements au Congo, le 12 avril à la Maison de la Chimie, à Paris. Rudy Pamphile Malonga, attaché à l'aménagement des ZES, explique comment organiser la diversification de l'économie congolaise en appui avec les Zones économiques spéciales.

« L’économie congolaise est essentiellement basée sur l’exploitation du pétrole. Il est opportun que d’autres secteurs se développent afin d’accroître le produit intérieur brut par la création de nouvelles richesses. Des secteurs comme l’industrie, le tourisme, l’agriculture, auront ainsi une part plus importante dans la richesse nationale. Les zones économiques spéciales sont le catalyseur de cette volonté.
On entend par Zone économique spéciale un espace géographique, délimité au sein du territoire de la République du Congo, constituant une zone de développement prioritaire, administré par un organe spécifique de planification et d’aménagement, assorti d’un dispositif législatif et réglementaire dérogatoire sur le plan fiscal et douanier pour les entreprises qui s’y installent.

Depuis la conférence nationale souveraine de 1991, jamais notre pays n’avait pris le temps de définir une véritable politique de développement industriel, de développement des activités. Les études de faisabilité des 4 ZES ont comblé ce manque et dotent notre pays d’axes de travail, pour développer l’industrie par exemple. Ces études ont permis d’identifier les filières à forte valeur ajoutée qui seront développées. Les facilités sur le plan fiscal et douanier ont vocation à attirer les investisseurs pour le développement des activités économiques, comme cela s’est fait dans d’autres pays du monde. Ce cadre réglementaire avantageux fiscalement laisse penser que l’essentiel des activités qui contribuent à la diversification économique seront basées dans les ZES. La zone industrielle de Maloukou, un des modules de la future ZES de Brazzaville, illustre cette démarche. Les premières activités qui y ont été lancées, l’implantation de 16 usines de fabrication de matériaux de construction, ont vocation à contribuer au développement de l’industrie manufacturière, à créer plus de richesses et d’emplois.
C’est la même logique qui gouvernera pour l’implantation des autres ZES. À Oyo–Ollombo, c’est une zone spécialisée sur l’économie verte qui sera lancée. »

Marie Alfred Ngoma
Lu 444 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes