Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Patrick Eric Mampouya : « Le temps de la transparence et de l’alternance est venu »


Par | Jeudi 16 Avril 2015 | Lu 608 fois | 4 Commentaires

Brazzaville, (Starducongo.com) - « Le refus de changer la constitution est d’abord et avant tout une volonté de faire respecter les règles et les lois de notre pays », a soutenu Eric Mampouya dans un entretien accordé au journal La Griffe.



Eric Mampouya
Eric Mampouya
Ce militant, connu pour son franc-parler, estime que « le non-respect des règles et des lois est la caractéristique principale des républiques bananières et nous ne voulons pas que notre République soit catégorisée comme telle ».

A propos de l’actuelle Constitution qu’il reconnaît avoir combattue lors du débat en 2002, Eric Mapouya explique son volte-face en ces termes : « une loi de la République, quand elle est adoptée n’est ni bonne ni mauvaise, elle s’applique à tous, c’est le principe même de la REPUBLIQUE. Une foi adoptée la loi s’applique à tous et même à ceux qui la trouvaient mauvaise ». Ainsi, poursuit-il, « une fois adoptée contre mon gré, elle est devenue Ma constitution puisque c’est la loi de mon pays, la loi fondamentale de Ma République et donc je la défends ».
Par ailleurs, « bien qu’imparfaite, et régulièrement violée, cette constitution a remplie au moins un de ses objectifs : la stabilité du pays », ajoute-t-il.

Quoi qu’en dise, il assure que le refus de changer la Constitution ne vise pas le départ du président Denis Sassou N’guesso. Et pour cause : « les règles, les lois et les institutions sont plus fortes que les individus, si autre que monsieur Denis Sassou Nguesso voulait violer notre loi fondamentale, notre réaction serait la même », dit-il. Avant de rappeler qu’il n’y a pas si longtemps que ça lui-même avait déclenché la guerre parce que notre président de l’époque ne voulait pas respecter les règles ».

Persuadé que le temps du changement est arrivé, Eric Mampouya fait observer qu’ « on peut retarder l’alternance de quelques années au plus, mais elle se fera, c’est une certitude ».

A ceux qui soutiennent que le Congo n’est pas le Burkina Faso, ce dernier note que « le Congo n’est pas le Burkina faso, je rajouterais que le Congo n’est pas le Zimbabwe non plus ».
Concernant le dialogue politique tant réclamé par l’opposition, il précise que’« il s’agit du dialogue en vue de l’organisation de l’élection la plus importante : l’Élection Présidentiel ». Et que celui-ci « sera différent de tout ce qui s’est déjà fait dans notre pays parce que les acteurs sont plus aguerris et ils savent très précisément ce qu’ils veulent au vu des atermoiements ou des échecs du passé ».

A la question de savoir comment il entrevoit l’issue de ce dialogue et l’avenir du pays, si les violons ne s’accordaient pas sur cette question du changement de la constitution ? La réponse est on ne peut plus claire : « Si le dialogue n’aboutit pas pour une raison ou pour une autre, cela voudra dire la politique aura failli et comme toujours dans ce genre de situation c’est la rue qui aura hélas le dernier mot avec tout ce que cela comporte d’incertitudes pour le pays et pour la population. Notre pays qui a déjà beaucoup de retard n’a vraiment pas besoin de ça ».

Par contre, assure-t-il, « Si le Président de la République annonce publiquement qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de 2016, la majorité de l’opposition regardera avec bienveillance la question de la modification de la constitution et cela d’autant plus que l’article 86 l’autorise ».

Martin Kam
Lu 608 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Verveine le 17/04/2015 01:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'apprecie beaucoup le courage de ce Monsieur Patrick. Il fait parti des meillers citoyens congolais, dynamiques et soucieux de la prospérité du pays. Ce qui est très difficile et très combattu dans un pays comme le notre ou Sévit la corruption et le combat pour l'argent facile, qui tombe du ciel, de l'oncle, du grand frère, de la soeur, la tante, le gendre et des autres, pas du travail. On est prêt a trahir, accuser, vendre.
Felicitations Mr. Allez de l'avant.

2.Posté par De Souza le 17/04/2015 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Verveine, c'est bien que tu apprécies M. Patrick. le comble avec nos compatriotes qui vivent à l'étranger, surtout en France, tel Patrick, il ne parle que lorsqu'ils sont la bas. Patrick Mampouya était à Brazzaville dernièrement, et il etait dernière Hellot Mampouya, pourquoi, à Brazzaville, il n'a pas pu montrer son opposition. il ne parle que lorsqu'il est à Paris ou France. c'est malheureux pour ce genre de soit-disant opposant

3.Posté par Madi le 17/04/2015 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'il soit sincère ou non, j pense M. Mampouya a au contraire maintes fois montré son opposition au pays. cil faut peut être dire que ces actions au pays ne sont pas médiatisées du fait que la presse locale est plus attirée par les enveloppes du pouvoir et préfère se taire sur les certains sujets. Il en a fallu du temps pour que les journaux pro-gouvernement comment a donner de la place aux opposants au changement de la Consitution. Pendant longtemps, aucun journal n'osait en parler

4.Posté par Wealth le 19/04/2015 21:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je felicite le courage et la fermeté de ce blogueur. Je vis a l'étranger mais pour rien au monde, je n'accepteraid l'argent du pouvour actuel du Congo pour les soutenir. Je ne soutiens personne mais je me soucie du bien-être de mes compatriotes. C'est pour cela que je suis attiré par ce site pour essayer de comprendre la situation et voir dans quelle mesure apporter ma contribution. S'opposer a Sassou comme cela et vivre au Congo,demande beaucoup de courage. Si Mr Patrick n'a pas accepté de se faire corrompre, il le faut le féliciter, l'encourager, l'aider même. Car il faut qu'on est des gens comme lui, comme Mierassa et les autres qui s'opposent sur le terrain. Je sais bien que la vie est dure en France et ailleurs a l'étranger, mais il y a des gens de convictions qui n'accepteront pas facilement l'argent de Sassou et de son gouvernement. C'est ce que semble faire Mr Patrick que j'ai l'habitude de suivre sur facebook. Les hommes parfaits n'existent pas mais notre objectif est le depart de Sassou sans faire couler le sang et l'alternance démocratique et le reste s'en suivra. On apprends tout par l'apprentissage. La démocratie feta ainsi son chemin et s'imposera tranquilement comme dans d'autres pays.

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique