Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Peinture : Girel Nganga Bangou caresse le rêve de devenir l'une des figures emblématiques de l'art pictural congolais


Par brazzaville-adiac.com | Samedi 21 Juillet 2012 | Lu 510 fois | 0 Commentaire



Peinture : Girel Nganga Bangou caresse le rêve de devenir l'une des figures emblématiques de l'art pictural congolais
Âgé de vingt-cinq ans, le jeune artiste rêve de hisser plus haut l'étendard du Congo à travers le monde. L'art n'ayant pas de frontières, Girel Nganga Bangou pense que le monde n'est pas aussi indifférent que son pays

Ventant les mérites des maîtres comme Marcel Gotène, Rémy Mongo Etsion, Hilarion Ndinga, auxquels il voue toute son admiration, l'artiste croit que le Congo dispose de nombreux de talents méconnus faute de moyens. « Notre pays a tant de talents qui travaillent dans l'anonymat par manque de soutien ! Moi, je m'accroche, parce que j'ai l'amour du métier. On a besoin d'aide pour nous porter à réaliser quelques chose de grandiose dans notre pays. C'est l'une de mes grandes ambitions », avoue-t-il.

Sorti de l'École de peinture de Poto-Poto comme bon nombre d'autres artistes, Girel Nganga Bangou, né d'un père agent de l'Agriculture, découvre sa passion pour le dessin dès sa plus tendre enfance. Il dessine partout quand la muse l'habite : au sol, sur papier, sur les murs, avec du charbon et du fer. À vingt-cinq ans révolus, il engarde un souvenir très vif. Girel Renath Nganga-Bangou se rappelle avec nostalgie de la palme verte du meilleur dessin qu'il a reçue dans plusieurs jeux-concours.

Il s'inscrit en 2006 à l'École de peinture de Poto-Poto,où il va passer trois ans avant de sortir avec un diplôme d'artiste peintre. Utilisant classiquement pinceaux et peinture en tube, il fait aussi du collage avec des feuilles d'aluminium et d'autres matières.

Après trois ans d'expérience depuis sa sortie de l'école, Girel Nganga a choisi de se perfectionner auprès d'Hilarion Ndinga, l'un des grands noms de la peinture congolaise. Les scènes de vie courante et son intérêt pour l'environnement sont ses principales sources d'inspiration.

Girel Nganga-Bangou a déjà participé à plusieurs expositions collectives de tableaux : à la mairie centrale de Brazzaville et à la première et récente édition de la Biennale congolaise des arts, en juin 2012, à la préfecture de Brazzaville. Présentant régulièrement ses œuvres dans des lieux publics de Brazzaville, Girel Renath Nganga-Bangou a participé à une exposition d'œuvres d'enfants vivant avec un handicap, organisée avec l'appui de l'Unicef.

Cependant, il manque de soutien financier. Le jeune artiste rêve d'inscrire son nom parmi les grands artistes peintres congolais. Ce qui n'exclut pas ses ambitions d'aller explorer d'autres horizons. « Au Congo, la peinture est visiblement aimée, mais il n'existe aucune preuve de cet amour de la part des Congolais. L'amour nécessite une preuve palpable : en achetant nos œuvres, les Congolais encourageraient les étrangers à faire autant. La plupart de ceux qui achètent nos œuvres sont des expatriés », constate-t-il.

Jean Dany Ébouélé
Lu 510 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes