Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pelé, le Roi du foot a 70 ans


Par SDC, Starducongo.com | Samedi 23 Octobre 2010 | Lu 1738 fois | 0 Commentaire



Pele
Pele
Ce 23 octobre 2010, Edson Arantes Do Nascimento dit Pelé aura 70 ans.

J'ai gardé du roi Pelé l'image de l'enfant que j'étais quand je l'ai vu évoluer en personne à Brazzaville à la fin des années 60.

pele1Pour une fois mon regretté papa ne voyait aucun inconvénient à ce que j'aille voir un match au stade. Et pour cause : lui qui ne comprenait rien au football s'était levé à 5 h du matin pour se rendre à l'aéroport de Maya Maya accueillir le prodige. A son retour à la maison ses yeux brillaient, il donnait l'impression d'avoir vu Dieu en personne. Je ne reconnaissais plus mon père : il devenait intarissable sur le football et allait même, pour la première et dernière fois de sa vie se rendre dans un stade pour voir le dieu du ballon en action !

Le jour de la rencontre, dès 10 h du matin nous primes place dans les gradins du stade de la révolution déjà plein comme un œuf. L'heure prévue du match était 17 h. On nous raconta que des gens avaient passé la nuit-là. De toute façon depuis une semaine on ne parlait que de ça, le pays était en ébullition.

Craignant l'effondrement du stade ou des morts par étouffement les autorités sportives eurent la bonne idée d'installer les enfants sur la piste d'athlétisme du stade, à côté du terrain. C'est ainsi que je me retrouvai assis à quelques mètres de la pelouse. La pluie battante qui se mit à tomber ne décida personne à quitter une place chèrement acquise. A propos de cette pluie les plus grands affirmaient que ce sont les Brésiliens et Pelé qui voulaient mouiller les fétiches des Congolais pour les affaiblir… D'ailleurs certains les auraient vus exécuter une danse inconnue dans les vestiaires...

Vers 18h, la pluie s'arrêtât, les projecteurs du stade s'allumèrent, un frisson traversa le stade. Je n'avais jamais vu de ma vie un match entier joué en nocturne et le spectacle me paraissait déjà féérique.

Quelques instants plus tard les équipes pénétrèrent sur le terrain. Les joueurs de Santos, l'équipe du roi Pelé étaient tout de blanc vêtus, un maillot d'un blanc immaculé. J'avais l'impression de voir des extraterrestres. Des Blancs, des Noirs et d'autres joueurs d'une race indéterminée que je n'avais jamais vue auparavant. Ils formèrent un cercle avec le gardien au milieu qui lançait la balle aux uns et aux autres.

pele2C''est à ce moment que Pelé gratifia le public d'un coup du foulard dont il avait le secret qui souleva le public. Le match débuta. Pendant plusieurs minutes Pelé ne toucha aucun ballon, marqué qu'il fut à la culotte par Akouala, le demi-défensif de l'Etoile du Congo et de la sélection. Jusqu'à une transversale d'Edu l'ailier gauche. Pelé exécuta alors un superbe amorti de la poitrine, plaça le ballon sur son pied droit, sollicita un rapide une-deux avec un partenaire, fit un terrible crochet avant de déclencher du gauche un tir canon qui passa à côté. La rapidité d'exécution de l'action fut telle qu'on eut l'impression d'un tour de magie. C'était superbe. Assis au bord de la ligne de touche je voyais, incrédule, Pelé à 5 mètres. Celui que, jusque-là, je n'avais vu que sur des photos dans de vieux magazines. Vraiment incroyable ! Mais celui qui m'impressionna encore plus c'est le libéro Abel. Celui-ci vint faire une touche à un ou deux mètres de là ou j'étais. C'était un colosse d'au moins 1,90 m. J'étais un enfant mesurant peut-être 1,20m, assis et je n'avais jamais vu d'aussi près un joueur d'un tel gabarit, avec une musculature aussi saillante.

Le match se termina, Santos battit le Congo 2-1 avec un but de Pelé.

Aujourd'hui mes enfants ne jurent que par Maradona ou Zidane. Normal, c'est leur génération, c'est leur Pelé à eux. Pourtant je leur dis parfois que j'ai eu la chance de voir jouer, non pas à la télé mais dans un stade et en vrai, le roi Pelé et Maradona (à Brazzaville, au Parc des Princes et à Milan), deux immenses footballeurs. Cela me permet d’affirmer qu’au football, il y a Pelé et les autres. Comme en musique classique il y a Beethoven et les autres. Comme dans le Jazz il y a Louis Armstrong et les autres, comme en boxe il y a Ray Sugar Robinson et les autres.

Quand on comparait devant lui Pelé à Maradona Michel Platini, trois fois ballon d'or successivement coupa court, de manière définitive : « il n'y a même pas à discuter » observa-t-il... Sur la question le roi Pelé lui-même déclarait en 2006 : « Depuis 20 ans, on me pose la même question, qui est le plus grand Pelé ou Maradona je réponds que tout ce que vous avez à faire est de regarder les faits. Combien de buts a-t-il marqué avec son pied droit ? Avec la tête ? ».

C'est que Pelé était un enfant de la balle. Le genre de joueur, comme Roger Milla, qui vous rendait heureux, vous arrachait un sourire, rien qu'en prononçant son nom. Ce n'est pas par hasard que la FIFA l’a désigné meilleur joueur de tous les temps et le CIO (comité international olympique) l’a élu meilleur athlète du siècle (excusez du peu !). Et pour cause : rois, reines, chefs d’Etat, tous les grands de ce monde voulaient voir jouer Pelé. Lors de la guerre du Biafra (1 million de morts) les belligérants signèrent un cessez-le feu pour voir jouer le roi. En Uruguay un arbitre eu l'idée malencontreuse, lors d'un match amical, d'expulser Pelé qui s'était vengé d'un tacle assassin. Les spectateurs, furieux, descendirent sur le terrain, expulsèrent l'arbitre, allèrent chercher le roi dans les vestiaires pour le remettre sur le terrain. Et le match reprit. " Nous avons payé pour voir jouer Pelé, pas l'arbitre ", expliqua le public. Avec Pelé la méforme n'existait pas ; il marquait presque à chaque match ; le spectacle qu'il donnait semblait infini. En vingt ans de carrière il n’a jamais raté aucun grand rendez-vous ni perdu une finale importante. Son palmarès restera encore longtemps inégalé. Ses trois titres de champion du monde (1958, à 17 ans, 1962 et 1970), ses 1 284 buts officiels en 1 375 rencontres (dont 77 en 91 rencontres avec la Seleçao, l'équipe du Brésil, record national), pour ne citer que les plus marquants parlent d'eux-mêmes.

pele4Transcendant toutes les époques, Pelé a presque fait tout ce qu’il était possible de réaliser avec un ballon au pied. On avait l’impression qu’il était né pour le football. Tous les gestes lui étaient autorisés car l’homme était doté de qualités athlétiques hors normes. Rapide, adroit, redoutable finisseur, Pelé excellait dans les dribbles (déroutants), les feintes extraordinaires - telle celle contre l’Uruguay en 1970 au Mexique - les crochets meurtriers, les une-deux ultra rapides (les fameuses tabellas brésiliennes avec son compère Vava), les lobs déprimants pour les gardiens, les démarrages foudroyants. Tout y passait : ailes de pigeon, grands et petits ponts, râteaux, tirs canon des deux pieds, coups du sombrero, coups du foulard, bicyclettes... Sa technique était fabuleuse, son jeu de tête excellent, sa détente phénoménale, bref le joueur complet, un génie. Il n’y avait vraiment aucun défaut dans son jeu.

A 70 ans ce jour et trente-trois ans après la fin de sa carrière, le roi Pelé n'a rien à envier aux jeunes footballeurs qui empochent aujourd'hui des millions... Le Brésilien gagne en effet 1 million d'euros par mois (plus de 650 millions de FCFA) grâce à l'exploitation commerciale de son image, a révélé le magazine économique IstoE Dinheiro. Soit l'équivalent des gains d'un Michael Ballack ou d'un Fernando Torres en 2009... C'est dire l'impact du joueur. Pelé exploite son image et son nom à travers la vente de nombreux produits dérivés et de services proposés dans le monde entier, des boissons aux pilules contre l'impuissance en passant par les actions en Bourse…

On peut l'écrire : Pelé est vraiment le roi partout, et il convenait de lui rendre un hommage mérité.

Langangui (Mwinda)

Lu 1738 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes