Connectez-vous S'inscrire





Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Philippe Sita, artiste-musicien, conteur et acteur de théâtre : « La musique sert à exprimer un sentiment de joie ou de mélancolie »


Par SDC, Starducongo.com | Mercredi 18 Mai 2011 | 15:12 | Lu 1075 fois



Philippe Sita
Philippe Sita
Depuis près de vingt ans, Philippe Sita ne cesse de conscientiser la population à travers ses chansons qui véhiculent des messages éducatifs. Nous l'avons rencontré à Pointe-Noire où il nous a accordé un entretien exclusif

Les Dépêches de Brazzaville. Philippe Sita, pourquoi nous vous voyons de moins en moins sur la scène ?

Philippe Sita.
Avant de répondre à cette question, je voudrais d'abord me présenter pour la génération actuelle qui ne me connait pas exactement. Je suis lauréat du Prix Découvertes 82 organisé par Radio France Internationale (RFI). Zao avait également été primé cette année là. Grâce à la musique et au théâtre avec le Rocado Zulu Théâtre de Sony Labou Tansi, j'ai parcouru beaucoup de pays du monde entier. Au Congo, je suis davantage connu à travers mes chansons pour enfants et mes chansons religieuses dont les CD Zola nzambi et Zola mpangi continuent d'éduquer et égayer la population. Actuellement, je prépare mon sixième opus qui s'inscrit sur la lancée de Zola mpangi. Nous sommes en train de finaliser les clips. Je crois que le public ne sera pas déçu par le travail que j'ai produit.

D.B. À une autre époque, la musique éduquait les gens mais aujourd'hui, elle ne joue plus ce rôle. À quoi cela est-il dû ?

P.S.
La musique n'est pas faite pour dire n'importe quoi. À travers elle, on peut faire passer des messages éducatifs. La musique est un instrument qui sert à exprimer un sentiment de joie ou de mélancolie. Ainsi, lorsque nous chantons, nous ne devons pas aligner les mots pervers. La pauvreté des textes s'explique par le fait que les Mbongui n'existent plus. En tant que source d'inspiration et d'idées, le Mbongui avait son importance. Et puis, à notre époque, nous écoutions les grands, les anciens. Personnellement, j'avais pour modèle Jacques Loubelo, guitariste et chanteur. J'ai aussi beaucoup aimé Franklin Boukaka. La génération actuelle doit faire autant en écoutant Zao, Clotaire Kimbolo, Kosmos Mountouari, Pamelo Mounk'a.

D.B. Pour la Nuit des griots le 27 mai à Pointe-Noire, que réservez-vous au public ?

P.S.
C'est au cours de ce genre de manifestations qu'il faut recréer la famille en apportant des messages éducatifs. Surtout pour la jeune génération, qu'elle vienne écouter les anciens. J'invite donc le public à venir nombreux écouter la bonne musique.

Propos recueillis par Hervé Brice Mampouya (Brazzaville-Adiac)
Lu 1075 fois


Vos commentaires:

1.Posté par mwenzé le 23/05/2011 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Zola mpangi zola Nzambi",l'album qui désacralisa,en 1985,pour la première fois le chant religieux au Congo et fit prendre conscience aux Zaïrois qu'on pouvait chanter Dieu sur la musique du monde.On dansa sur cet album dans les bars et ngandas de la place,on profana l'Eternel,en toute liberté.Commença alors cette dérive rythmique que plus personne ne pût arrêter à ce jour,particulièrement au Zaïre.Philippe Sita est le responsable N°1 de la perversion paganiste des cantiques.Triste célébrité!

Nouveau commentaire :
Twitter

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Beauté et Mode | Football | RD Congo | Actualités | Les arts | Handball | Gouvernement | Monde | High Tech | Arts martiaux | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Autres Sports | Portraits | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Nouveaute | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Organisations Int. | Sante | A l'Affiche | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes



RADIO STARDUCONGO