Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pie-Aubin Mabika, artiste-musicien congolais, basé en France : Une casquette moin connue, celle d'écrivain


Par La Semaine africaine | Vendredi 13 Décembre 2013 | Lu 573 fois | 0 Commentaire



Pie-Aubin Mabika
Pie-Aubin Mabika
Plus connu comme artiste-musicien et auteur-compositeur, le Congolais Pie-Aubin Mabika, basé en France depuis des années, possède une autre casquette, celle d’écrivain. Il a, en effet, déjà, publié de nombreux ouvrages, dont la majorité n’est, malheureusement, pas bien connue du public. C’est le cas de: «La chanson congolaise: son histoire, sa vérité, ses textes et leurs significations» et «Les biens culturels à travers le miroir: un clin d’œil à l’Afrique depuis longtemps chosifié». Deux ouvrages publiés aux Editions L’Harmattan, à Paris.

Paru en 2005, «La chanson congolaise: son histoire, sa vérité, ses textes et leurs significations» est un ouvrage de 259 pages, subdivisé en cinq chapitres. Pie-Aubin Mabika tente d’y saisir l’évolution de la chanson congolaise de la rive droite du fleuve Congo, dont Brazzaville est la capitale. Il traite de cette chanson, de ses origines jusqu’à l’aube du IIIème millénaire, et articule, avec pertinence, trois niveaux qui permettent de définir autant de «transitions culturelles»: de la colonisation à l’indépendance, des zones rurales aux villes actuelles, et de la tradition à la modernité.
L’auteur parvient à mettre à jour, grâce à l’analyse des textes pour l’essentiel traduits du lingala par lui-même, les thèmes musicaux récurrents: la vie quotidienne, les rapports familiaux, les relations entre le couple, le pouvoir politique, les petits potins du voisinage et tous les problèmes nés du commerce des hommes.
Le souci d’établir un large corpus d’informations, le sens des relations entre les événements sociaux et les expressions artistiques, enfin, sinon surtout, cette qualité qui suffirait à définir la philosophie, et qui consiste à s’efforcer d’introduire un maximum de lumière ou de raison dans des domaines où elles semblent, parfois, étrangères, anime cet ouvrage. Son étude a, aussi, le mérite de poser les premiers jalons de ce que pourrait être une théorie sociale de la musique africaine. «Elément constitutif et particulièrement important de la narration, le chant est une ‘’arme’’ pour le Congolais, il coordonne et soutient son effort. La musique est non seulement une expression de la vie, mais aussi, elle marque son inséparabilité avec les autres arts. La double dimension sociale et liturgique fait de la musique congolaise, un moteur de toute activité socio-économique. Le Congo n’est pas seulement un pays, un fleuve d’eau; il est aussi un fleuve d’artistes-chanteurs, sa source est intarissable», soutient l’auteur.
«Les biens culturels à travers le miroir, un clin d’œil à l’Afrique depuis longtemps chosifiée» est un livre publié en 2012. L’ouvrage rapporte: «Pierre angulaire de notre réflexion portant sur les biens culturels, le miroir possède une puissance magique de métamorphose et de transfiguration du réel. Il nous a permis d’investir ses espaces. Les biens culturels ne sont pas des marchandises comme les autres. Laisser les biens culturels aux aléas du ‘’tout marchand’’ conduirait à la disparition des biens essentiels à la satisfaction des individus. Dans le processus effréné de la colonisation culturelle règne l’ordre du monde: la prédominance de l’impérialisme culturel. Les cultures marginalisées, surtout, n’en finissent pas de subir. Par la diversité de ses propriétés optiques, le miroir dévoile et révèle ici plusieurs facettes d’un objet ou d’un lieu.
Par la diversité de ses propriétés optiques, le miroir donne à voir plusieurs facettes d’un objet ou d’un lieu; il impose un horizon métaphysique marqué par des séries de dualités dont il est, parfois, difficile de s’extraire, mais dont on peut aussi, par un simple regard, réagir à la question de la spécificité des biens culturels».
A noter que Pie-Aubin Mabika est docteur en philosophie (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne), qualifié aux fonctions de Maître de conférences en Sciences de l’Art. Il enseigne à l’Université de Rouen.

Alain Patrick MASSAMBA
Lu 573 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes