Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Portrait. Nicole Dimbambu : Une femme aux commandes de la RTNC


Par Forums des As | Lundi 22 Juillet 2013 | Lu 1337 fois | 1 Commentaire



Nicole Dimbambu
Nicole Dimbambu
Pour la première fois dans l’histoire, la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) passe aux commandes d’une femme. Fille d’un diplomate, Nicole DIMBAMBU a reçu une éducation de fer. C’est fort de cette rigueur que cette journaliste de formation, forgée à la discipline des religieuses, a gravi les échelons pour arriver à piloter aujourd’hui la chaîne nationale de la RDC.

Présentatrice de talent, Nicole Dimbambu s’est préparée à l’excellence dès le bas âge. Ses voisins qui l’ont connue dès l’enfance, se souviennent bien de cette fille polie et disciplinée qu’on n’avait de la peine à voir trainer dans la rue.

Véritable rat de bibliothèque, Nicole Dimbambu a toujours aimé la lecture et la culture générale. Déterminée de jouer plus tard un rôle important dans la société, cette fille aînée, troisième d’une famille de cinq enfants, fouinait livres, journaux et passait de bons moments à suivre à la télévision des émissions susceptibles d’enrichir son bagage intellectuel. Pas étonnant qu’elle ait eu la passion du journalisme!

PIGEON VOYAGEUR SUR LES TRACES DE SON PERE

Outre sa curiosité personnelle, Nicole Dimbambu aimait bien étudier. Elève docile, elle se souvient avoir été un pigeon voyageur sur les traces de son père. Elle a dû porter ses pénates dans plusieurs pays où était nommé son affectueux papa pour parfaire ses études. Que ce soit en RDC où elle a fait ses débuts au cycle maternel à l’école Massamba, ou en Belgique pour ses premiers pas du cycle primaire (Saint Ursule de Bruxelles, Notre Dame de Braschaat) ou encore au Portugal (Lycée français, Charles Lepierre)…

De retour à Kinshasa, elle amorce le cycle secondaire au Mont-Amba avant d’embrasser les humanités littéraires au Lycée de Kimwenza où elle palpe du doigt la discipline des religieuses catholiques. Aussitôt après son diplôme des humanités en 1986, Nicole Dimbambu se fait inscrire à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC), alors ISTI (Institut supérieur des techniques de l’information), déterminée certes à devenir une journaliste de référence.

REVEREE POUR SON SAVOIR, SON SAVOIR-ETRE ET SON SAVOIR-FAIRE

Lorsqu’elle obtient son diplôme de licence en sciences et techniques de l’information, option Journalisme politique extérieure et critique littéraire, l’étudiante assidue s’est vivement résolue d’allier la théorie à la pratique. A titre personnel, elle sollicite des stages professionnels à la radio, à la télévision et à la presse écrite pour avoir la maîtrise de principaux médias d’information de l’époque.

C’est à la RTNC, Etablissement Public, hier OZRT, que Nicole Dimbambu décide de faire carrière. En dépit de ses nombreuses sollicitations dans les médias concurrents. Son ascension est vertigineuse, autant son amour du travail bien fait impressionne. Ses collègues, hommes comme femmes, l’apprécient.

Les stagiaires venus des écoles de formation de la capitale révèrent son savoir, son savoir-être et son savoir-faire. Ses différentes missions professionnelles à l’extérieur du pays dans le cadre de la couverture médiatique (Sun-City, Nations-Unies, Mission de clarification en France et autres), et ses prestations dans différents ministères et entreprises publiques la forgent davantage.

DERRIERE UNE GRANDE FEMME, IL Y A TOUJOURS UN GRAND HOMME

Et lorsque le Chef de l’Etat, le Président KABILA décide de la nommer Directeur Général Adjoint de la RTNC, ses fans jubilent. Aujourd’hui, Directeur Général ad-intérim, elle tâche de donner le meilleur d’elle-même pour rendre sa chaîne compétitive et favoriser un bon climat de travail. Croyante, cette chrétienne protestante de la Communauté baptiste au Congo (CBCO) associe la prière dans cette initiative. Et ca marche, affirme-t-elle.

Si Nicole Dimbambu consacre beaucoup de temps au travail, elle tâche parallèment de s’occuper de son foyer, en appelant le plus possible quand elle ne peut se déplacer.

«Mon mari, le Colonel Franck Kitoko, me comprend bien, avoue-t-elle. Car il m’a vue amorcer mes premiers pas en journalisme et évoluer dans tous les médias où je suis passée. Il me fait confiance et m’aide beaucoup. C’est un homme exceptionnel! » Comme qui dirait, derrière une grande femme, il y a un grand homme.

Yves KALIKAT
Lu 1337 fois


Vos commentaires:

1.Posté par RUFIN HODJAR EL SALSERO CALIENTE le 24/07/2013 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo à cette grande dame!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes