Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour Pierre Ngolo, certaines figures de l’opposition sont claustrées pour «rébellion»


Par La Semaine Africaine | Dimanche 1 Novembre 2015 | Lu 853 fois | 1 Commentaire

L’envoyé spécial du quotidien français «Le Monde», Joan Tilouine, venu couvrir le scrutin référendaire au Congo, a posé la question ci-après au secrétaire général du P.c.t (Parti congolais du travail), président du Pôle du consensus de Sibiti, au cours d’une longue interview qu’il lui a accordée: «Que pensez-vous du maintien à résidence de certaines figures de l’opposition, comme Guy-Brice Parfait Kolélas et André Okombi-Salissa?».



Pierre Ngolo
Pierre Ngolo
Réponse: «Nous sommes des démocrates et la démocratie se construit peu à peu au Congo. André Okombi-Salissa était membre du bureau politique du P.c.t, il a pris ses distances et a été suspendu. Guy-Brice Parfait Kolélas a, lui aussi, choisi de rejoindre l’opposition. Il n’a pas encore été suspendu, mais jamais, nous ne les avons menacés. La campagne lancée le 10 octobre s’est bien déroulée, jusqu’à ce que des incidents surviennent, à Pointe-Noire et à Brazzaville. Puis, il y a eu des dégâts humains et matériels considérables, lors des manifestations de l’opposition. Ça devenait une rébellion. Ce qui justifie qu’ils soient assignés à résidence. Il a fallu prendre des précautions. Et c’est le rôle de l’Etat».
Lu 853 fois


Vos commentaires:

1.Posté par SASSOUFIT,DEGAGE le 01/11/2015 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A vomir

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Politique