Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Premier tour des coupes d’Afrique des clubs de football. Bilan mi-figue mi raisin pour le Congo


Par Lepatriote-congo.com | Samedi 17 Mars 2012 | Lu 413 fois | 0 Commentaire



Le premier tour des coupes d’Afrique des clubs de football a définitivement rendu son verdict pour les congolais mardi soir, avec le match de la ligue des champions entre Diables-Noirs de Brazzaville et Académie de football Amadou Diallo de Côte d’Ivoire. Battus à l’aller comme au retour sur le score identique d’un but à zéro, les Diables-Noirs quittent la compétition. En revanche l’Ac Léopards de Dolisie, auteur d’un match-nul (2-2) à Bangui avec Tempête Mocaf, poursuit son petit bonhomme de chemin en coupe de la CAF.

DDLa leçon, la meilleure, a été tirée par le doyen Ghislain Joseph Gabio dans son compte-rendu du match Diables-Noirs –AF Amadou Diallo à Radio France Internationale. Effectivement « il n’y a qu’une compétition pour préparer une compétition ». Or, les « Diables-Noirs » qui déjà n’étaient pas tout à fait saignants dans les rencontres amicales de préparation ont cru devoir reporter leurs rencontres de championnat qui pouvaient les aider à bénéficier d’un plus tant physiquement, tactiquement que de point de vue de la cohésion.

La seule rencontre disputée contre FC Cuvette (0-0) a même montré leurs limites. On n’est donc pas surpris de leur échec devant cette jeune et dynamique académie ivoirienne. A vrai dire, toutes les conditions étaient réunies pour que le champion congolais passe complètement à côté de son sujet. Il y a d’abord l’énorme retard accumulé dans le démarrage de championnat puis l’inexplicable transfert de Losseni Camara « Sap-Sap » aux Léopards de Dolisie. Le recrutement d’un nouvel entraîneur a sûrement perturbé lui aussi le fonctionnement du groupe. Et d’ailleurs les résultats enregistrés pendant les matches amicaux montraient déjà que l’équipe ne baignait pas dans la sérénité. Et comme, en plus, l’incendie du dépôt d’armes et de munitions à Mpila avait semé la mort et la désolation à Brazzaville, il n’y avait plus place pour le football dans la tête de certains joueurs. Le dénouement actuel n’est donc pas une surprise.

A.C. Léopards confirme sa relative bonne santé

Une bonne journée s’annonce depuis le matin, dit-on. Les performances réalisées par les « Fauves du Niari » pendant la phase de la préparation ne pouvaient qu’inciter à l’optimis-me. Car, les poulains de Cyril Ndonga ont pratiquement tout broyé sur leur passage. Ils sont même entrés en fanfare en championnat se posant comme machine broyeuse et ravageuse avec 15 buts inscrits en deux rencontres.Néanmoins, la mé-fiance se situait dans le fait qu’il y a souvent un énorme fossé entre la compétitionde haut niveau et les rencontres amicales. Mais, fort heureusement, l’équipe chère au président Remi Kounga Ayayos a confirmé sur le terrain ses bonnes dispositions du moment. Comme d’habitude, le premier tour est franchi. Reste maintenant à vaincre le signe indien qui colle à cette équipe depuis deux saisons. Il s’agit précisément d’éliminer le prochain adversaire qui n’est autre que le CS Sfaxien de Tunisie. Là, c’est du solide. C’est un client bien plus gradé que les Centrafricains de Tempête Mocaf. Par conséquent, il conviendra de s’adapter à la nouvelle donne. Ne pas se faire des complexes mais s’efforcer à aller affronter la difficulté en s’entourant d’un maximum de précautions.

D’abord en se donnant pleinement au championnat et aussi, probablement, en cherchant à s’acclimater au bon moment car c’est encore et toujours la période de froid au bord de la méditerranée. Le tout est avant tout de se dire que les Tunisiens ne sont pas inaccessibles. Déjà à l’an 2000 l’Etoile du Congo avait montré l’exemple en se débarras-sant de Club Africain en huitièmes de finale de la coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe. Il suffit donc aux « Fauves » du Niari de croire en leur étoile, de se montrer appliqués, de ne pas se sous-estimer et de ne pas céder à la provocation. Et, pour cela, le président Remi Kounga Ayayos et ses collègues se doivent de mettre en place une organisation qui ne souffre d’aucune défaillance. Car, après deux échecs successifs à cette étape, il est plus que jamais nécessaire de se faire violence pour rester dans la dynamique créée dernièrement par les « Diables-Rouges ».

Georges Engouma
Lu 413 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes