Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Première édition de la Biennale congolaise des arts : Un bilan en demi-teinte


Par La Semaine Africaine | Mardi 10 Juillet 2012 | Lu 321 fois | 0 Commentaire



Il n’est pas trop tard de faire un flash-back sur la première édition de la Biennale congolaise des arts, une ingénieuse initiative du Ministère de la culture et des arts, qui a eu lieu, du 14 au 16 juin 2012, à Brazzaville. Sous le thème: «Les arts, facteurs d’émergence du Congo». Une édition que les organisateurs ont eu le mérite d’organiser, mais qui a été marquée par quelques fausses notes, notamment d’ordre organisationnel, comme l’a, du reste, reconnu, à la clôture de l’événement, Jean Paul Akoulafoua M’voula, directeur de cabinet du ministre de la culture et des arts. «Pour cette première édition, nous avons connu des tâtonnements. Cependant, pour que la fête réussisse en 2014, les promoteurs de cette édition feront de leur mieux pour faire participer l’ensemble des départements du pays à cette belle fête. Il faut se jeter à l’eau pour savoir nager et c’est ce que nous avons fait», avait-il reconnu.

L’édition inaugurale de la Biennale congolaise des arts a connu la participation exclusive des artistes et artisans de la capitale congolaise. La tragédie du camp du régiment blindé, à Mpila, lui ayant porté un sérieux coup.
L’un de ses temps forts a été le symposium qui s’est tenu sur le thème du festival: «Les arts, facteurs d’émergence du Congo». Les participants à ce grand moment d’échange et de partage étaient répartis en deux groupes. Le premier a planché sur un thème d’importance majeure: «Les arts du Congo: richesses et diversité». Ce groupe a tenté de donner des réponses plausibles à la question brûlante des œuvres d’art vues comme facteurs et motif d’émergence du Congo, à l’horizon 2025. A ce propos, le groupe, par la bouche de M. Jacques Claude Bayakissa, son rapporteur, a dit que le Congo est doté d’une diversité culturelle et artistique, et que le fondement culturel endogène est un mode de développement pour le Congo. Ce groupe a, par ailleurs, formulé quelques recommandations, entres autres: le renforcement du cadre juridique protégeant les artistes et leurs œuvres; la ratification des conventions internationales, à l’instar de celle de 1954 garantissant la protection des biens culturels.
Quant au groupe n°2, il a travaillé sur le thème: «Les arts du Congo, stratégies pour une contribution au développement efficace». Dans leurs recommandations, les membres de ce groupe ont invité les pouvoirs publics à redynamiser le fonds de soutien culturel; à réaliser l’inventaire exhaustif des œuvres d’arts de notre pays; à réviser les programmes scolaires en matière d’arts, tout en les réadaptant aux programmes d’enseignement.

Autre temps fort de cette biennale: les expositions-vente d’objets d’art et d’artisanat, à l’esplanade de l’hôtel de la préfecture, dont la cérémonie d’ouverture a été patronnée par Florent Ntsiba, ministre d’Etat, coordonnateur du pôle socio-culturel, ministre du travail et de la sécurité sociale. En présence de ses collègues Jean-Claude Gakosso (culture et arts), Anatole Collinet Makosso (éducation civique et jeunesse), Léon Alfred Opimbat (sports et éducation physique) et Emilienne Raoul (affaires sociales et action humanitaire).

Signalons qu’en marge des travaux du symposium, les jurys ont publié, le 16 juin dernier, au cours d’une soirée de gala, à Brazzaville, les résultats définitifs des concours des arts de la mode, du spectacle et culinaires.
Dans la catégorie arts de la mode (stylisme modélisme), Djibril Kachidi a remporté le premier prix, avec la combinaison de deux collections intitulée: «Le dépassement et la tentation». Le deuxième prix a échu à Betty Tembo, lauréate du prix de meilleure styliste de la dernière édition du Festival du pagne et du tissu africain, avec sa collection «Couleurs d’Afrique». Et le troisième a Nina Moussakanda Pambou.

Dans les arts du spectacle, c’est la compagnie Li-Sangha qui a arraché le premier prix, avec sa chorégraphie: «Matricule 22», suivie du groupe L’Arche (2ème) et de la compagnie Doumamana (3ème).
En art théâtral, le groupe Négropolitain des 3 Francs a gagné le premier prix, avec sa pièce: «Le départ de Migrato». Le Théâtre de l’Agora a occupé la deuxième place, grâce à sa pièce: «Chef de famille malgré lui», tandis que la troisième place est revenue à la compagnie Tchiloumba, pour sa pièce «Voyage initiatique».
Enfin, dans la catégorie arts culinaires, pour une participation exclusive des jeunes âgés de 16 à 30 ans, Gaël Rodrigue
Kabikissa a occupé la première place, suivi d’André Nzouzi Loungoundi et de Helton Bénédict Toudissa.
L’acte 2 de la Biennale congolaise des arts aura lieu en 2014. On espère que les organisateurs de cette grand-messe culturelle sauront tirer parti des couacs observés lors de la première édition, pour mieux préparer la prochaine.

Véran Carrhol YANGA
et Hordel BIAKORO
Lu 321 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes