Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Princilia Nzamba DJOMBO, 1ère dauphine Miss Canada 2009

L’ambassadrice de l’Afrique


SDC, Starducongo.com | 25/11/2009 à 16:57 | Lu 4149 fois . Mis à jour le 01/12/2009 - 14:00



Princilia Nzamba DJOMBO, 1ère dauphine Miss Canada 2009
A l’issue du concours de beauté Miss Canada 2009-2010 dont les épreuves finales ont eu lieu au Québec le samedi 24 octobre dernier à Montréal, Mlle Princilia Nzamba Djombo, étudiante, d’origine congolaise (Brazzaville), a été élue 1ère dauphine. En exclusivité pour Top Visages, elle livre ses premières impressions par téléphone et lève un coin de voile sur sa vie.

• Te voilà sacrée 1ère dauphine du concours Miss Canada. quelles sont tes premières impressions ?

- C’est une grâce et un honneur d’être élue première dauphine. J’en suis heureuse et très fière. Je dédie mon sacre à mes parents et à tous ceux qui m’ont supportée.

• Que penses-tu de la Miss (Mélanie Paquin) et de la 2ème dauphine (Catherine Boucher)?

- Je pense qu’elles sont des créatures merveilleuses, car nous avons eu une très bonne expérience ensemble.

• A quel moment as-tu pensé que tu serais dans le trio sur le podium?

- C’est lorsque j’ai été élue la première des douze finalistes pour faire partie du top cinq. J’ai gagné en assurance et j’étais prête à relever tous les défis pour aller jusqu’au bout.

• As-tu été confrontée à un problème de racisme pendant la compétition?

- Non, pas du tout. En tant que Canadienne, j’ai les mêmes droits que les autres candidates. Je représentais la ville de Montréal.

• Etais-tu la seule candidate d’origine africaine ?

- Non! Au début du concours, nous étions plusieurs, mais malheureusement, les autres ont été éliminées à la demi-finale.

• Croyais-tu véritablement en tes chances en te présentant à ce concours ?

- Quand j’ai lu l’annonce dans le journal de Montréal, je me suis dit pourquoi ne pas tenter ma chance ? J’avais une ferme conviction que les choses se passeraient bien. C’est ma première expérience dans un concours de beauté, mais je suis également mannequin et j’ai l’habitude des podiums.

• Quels étaient tes atouts par rapport aux autres ?

- Les autres candidates avaient aussi des atouts, mais je suis restée naturelle, sans artifices et cela m’a apporté un plus.

• Qu’est-ce qui a été difficile pour toi pendant ce concours ?

- Je n’ai rencontré aucune difficulté particulière.

• Quels étaient les principaux critères du jury?

- Nous étions jugées sur la personnalité, la présentation, l’esprit d’équipe, la participation, l’aisance sur scène, l’allure physique (corps, sourire et visage), la démarche, le maintien et l’attitude.

• As-tu été soutenue par tes parents ?

- Énormément. Mon père, le Ministre Henri Djombo, est venu me soutenir au nom de la famille et de tous les congolais. Il était à Buenos Aires où il participait au congrès forestier mondial.

Après ton sacre qu’as-tu reçu comme récompense ?

- Sur scène, nous avons reçu des bouquets de fleurs et plusieurs cadeaux.

Quelle a été la réaction des étudiants de ton université, des africains, des congolais du Canada et du pays ?

- Ils étaient contents, émus et stupéfaits pour certains.

• Une idée de la mission confiée aux Miss Canada ?

- Inspirer d’autres jeunes femmes et être un modèle afin d’allier le talent, la beauté et l’intelligence dans tout ce que nous ferons.

• Quelque chose a-t-il changé dans ton quotidien ?

- Les gens m’accordent plus d’intérêt. Je suis de plus en plus occupée par les charges liées au statut de Miss.

• As-tu un copain ?

- Je préfère ne pas me prononcer à ce sujet.

• Quel est ton genre d’homme ?

- Je n’ai rien à dire là aussi.

• Combien d’enfants souhaiterais-tu avoir ?

- Je prendrai la bonne décision au bon moment.

• Que veux-tu faire plus tard comme métier ?

- Je vais être traductrice, interprète. Actuellement je suis étudiante à l’université de Concordia à Montréal en 3ème année d’interprétariat et de traduction (anglais, français et espagnol).

Par Eric Cossa & Patrick Bouyé (Source: Top Visages
ecossa@yahoo.fr / bouyepat@yahoo.fr
Lu 4149 fois


Vos commentaires:

1.Posté par Qali christian le 30/11/2009 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'es vrai tu es qaund même belle et même charmante, mais pourqoui tu apprait juste après que j'ai choisi ma fiancé?

2.Posté par la tigresse 123 le 19/02/2010 23:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lol!

Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 4 Février 2016 - 18:20 Une mode dans les cataractes

RD Sport | Beauté et Mode | Actualités | RD Congo | Football | RD Société | Handball | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Interviews Sports | Afrique | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | Ils ont dit | RD Tribune | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes











Les Rats et les Souris

La panique chez les Sassou déboule en une curée contre le Général Jean Marie Michel Mokoko…

Ils sont groggy depuis que le général Mokoko est entré dans la course à la présidence du Congo. Alors que la ferveur monte, voilà...

Potins

Congo-Brazzaville : l’ambassadrice des USA complote pour boycotter la présidentielle 2016

Alors que les Congolais se préparent pour élire leur premier Chef de l’Etat de la nouvelle République, l’ambassadrice des...

Coin de Femmes

Kenya - Portrait : A 22 ans, Agnes Nganga monte en six mois une affaire qui vaut des millions

La kényane Agnès Mulewa Nganga a créé en seulement six mois, International Branding Solutions (IBS), une entreprise dont la...

Education

Formation professionnelle : le CFM, un centre de formation fantôme ?

Difficile de répondre à cette question d’autant plus que les étudiants ayant pris une inscription au Centre de formation des...