Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quartiers de Brazzaville : un spéctacle désolant devant les dépots de boisson


Par Mavulanews.canalblog.com/ | Vendredi 29 Août 2014 | Lu 512 fois | 0 Commentaire

Des brouettes de casier de boisson locale vide circulant le long des grandes artères, des dépôts de boisson envahis par les commerçants, pénurie de la bière locale dans des nganda... voilà l'image observée dans les quartiers de Brazzaville après les festivités marquant la fête de l'indépendance célébrée le 15 août dernier à Sibiti, département de la Lékoumou.



Source Ph: virtualtourist.com
Source Ph: virtualtourist.com
La primus et la Ngok, les deux bières locales les plus prisées par les consommateurs congolais se font de plus en plus rares dans les ngandas de Brazzaville. Chose curieuse pour les Congolais, au regard de la bière brassée à Pointe-Noire à l'instar de la Nzoko et la stark qui pullulent comme des petits pains à Brazzaville. Depuis, le 15 aout d'aucuns s'interrogent sur les vrais raisons de cette pénurie qui met le commercant des nganda à rude épreuve. La rareté aidant, des circuits informels se sont tissés pour raqueter ces derniers, qui sont obligés de consentir des sacrifices énormes pour s'en procurer même à un prix non homologuépar les pouvoirs publics. L'important étant de conserver la clientèle.

Chaque matin, des foules entassées devant les dépôts de boisson attendent fiévreusement pour se ravitailler. Malheureusement, ils repartent bredouille chez eux car ces fournisseurs sont également abandonnés à leur triste sort par la maison mère. Pour ceux qui ont conservé un peu de stock, il faut user des biceps pour avoir gain de causel. Et des bagarres entre commerçants sont devenues monnaie courante. Ce spectacle désolant ne s’arrête pas là. Les propriétaires de ces dépôts obligent les commerçants à acheté deux casiers de jus ou de boisson importée pour avoir le droit de s'offrir un casier de bière locale. En sus, les prix sont revus à la hausse et tant pis pour la loi.

Dans les ngandas, c'est le consommateur qui paye la rancon . La bouteille de 60 cl de primus ou ngok vendue au prix habituel de 550 ou 600 fcfa se paye désormais à 1000 fcfa et 1500 à 2000 fcfa dans des nights clubs. Une situation qui commence à peser fort sur la poche de ces derniers surtout pour ceux qui organisent des cérémonies de mariage, de dot, des soutenances, etc. Aussi, certains commerçants, pour parer à cette éventualité, se détournent de ces bières locales au profit des bières importées, rentrant par des circuits obscurs, qui ne payent aucune taxe à l'Etat.

Sans pouvoir jeter l'anathème sur qui que se soit, mais il est quand meme de bon aloi que le consommateur congolais soit informer en cas de rupture de stock de sa boisson locale. Les sociétés qui brassent ces bières à Brazzaville ne doivent pas maintenir le suspense comme si de rien était. La nature ayant horreur du vide, les spéculations aujourd'hui vont bon train. Si comme d'aucuns le pensent la Brasco est entrain de nettoyer ses cuves, des mesures d'accompagnement ou des solutions de substitution doivent être trouver pour créer toujours cette confiance au sein de la clientèle demeurée fidèle à sa bière locale.Les pouvoirs publics sont par là interpellés car voulant entretenir au Congo des situations de monopole.

par Olive Jonala
Lu 512 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes