Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

René Serge Blanchard Oba, président du M.s.d : «Je suis victime de manœuvres staliniennes»


Par La Semaine africaine | Mercredi 6 Janvier 2016 | Lu 722 fois | 0 Commentaire

Interdit depuis près de onze mois de sortir de la ville-capitale, Brazzaville, alors qu’il doit se rendre en France pour des raisons médicales, René Serge Blanchard Oba, président du M.s.d (Mouvement pour la solidarité et le développement), qui porte dans le fémur gauche de son pied, un clou qui part de la hanche au genou, après un accident de circulation à Brazzaville, est sorti de sa réserve.



René Serge Blanchard Oba
René Serge Blanchard Oba
En effet, au cours d’une conférence de presse animée, lundi 28 décembre 2015, au siège de son parti, il s’en est pris, vivement, à la «police politique» qui, selon lui, l’a fait débarquer à deux reprises de l’avion, après les formalités de police, sans lui notifier un quelconque motif.

«Je suis victime de manœuvres staliniennes de certains qui prétendent agir au nom de l’Etat», affirme-t-il.
Pendant la conférence de presse, René Serge Blanchard Oba, se déplaçant à l’aide d’une béquille, est revenu sur le drame qu’il vit, personnellement, à cause de l’empêchement qui lui est fait de quitter la capitale, Brazzaville. D’après lui, c’est depuis le 28 janvier 2015 qu’il devait se rendre en France, pour un contrôle médical. Depuis, il en est empêché, alors que sa situation sanitaire se dégrade. Il pense que c’est à cause de son engagement politique à l’opposition qu’il est victime de cette persécution. «J’ai, simplement, donné un point de vue sur la marche de mon pays et surtout avoir rejoint l’opposition. Deux fois, j’ai été débarqué de l’avion après les formalités de police dûment établies. Aucune notification ne m’est adressée. La dernière fois, on m’a laissé prendre l’avion jusqu’à Pointe-Noire. C’est au pied de l’appareil qu’on m’embarque dans un autre avion pour me faire revenir à Brazzaville», a-t-il déclaré. «Il m’est interdit d’obtenir un passeport, y compris ma fille de trois ans qui devrait se rendre en vacances. Je suis contraint de me faire piquer tous les jours, pour des mesures préventives», a-t-il signifié, tout en précisant qu’il a introduit un recours auprès du chef de l’Etat, garant des libertés individuelles et fondamentales.
René Serge Blanchard Oba a dénoncé «la police politique qui, comme un leurre, conduit, inexorablement, à la destruction conditionnée et à remplir la gibecière de l’autorité de mensonges inouïs et de servir la torture comme le pis-aller». Il s’est dit étonné d’entendre le chef de l’Etat féliciter la Force publique, lors de son message devant le parlement réuni en congrès. Sans jeter l’opprobre sur certaines personnalités, il estime qu’il est, malheureusement, la cible de cette police politique. Mais, il garde espoir: «Dieu est juste et bon. Je crois que le moment venu, il touchera le cœur du président de la République, pour qu’il n’entende pas les fauves qui sont autour de lui et qui l’emmènent dans un mauvais chemin».
Devant cette situation, il a demandé aux journalistes de l’accompagner, prochainement, à l’aéroport, afin de vivre les faits. Le conférencier estime que s’il a choisi de parler, c’est pour une cause juste, «pas pour défier qui que ce soit, mais pour constater, matériellement, les pratiques honteuses en cours de la police politique dans le pays».

Cyr Armel YABBAT-NGO
Lu 722 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes