Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Ruban blanc" pour Cannes 2009

Le jury d'Isabelle Huppert a rendu sa copie


Par ALAIN BOUITHY | Lundi 25 Mai 2009 | Lu 559 fois | 0 Commentaire



Michael Haneke, qui vient d'obtenir la Palme d'or et Isabelle Huppert, présidente du jury. /Reuters/ Regis Duvigneau
Michael Haneke, qui vient d'obtenir la Palme d'or et Isabelle Huppert, présidente du jury. /Reuters/ Regis Duvigneau
Le jury de la 62ème édition du Festival de Cannes présidé par l’actrice française Isabelle Huppert a rendu dimanche son verdict. Et c’est Michael Haneke qui remporte la récompense suprême de cette édition. Jacques Audiard, Alain Resnais et Charlotte Gainsbourg ont également été récompensés lors de ce prestigieux et très couru rendez-vous du cinéma mondial.

Le cinéaste autrichien, qui avait déjà décroché sur la Croisette le Grand Prix pour "La pianiste" en 2001 et le Prix de la mise en scène quatre ans plus tard pour "Caché", s’est vu décerner la Palme d’or pour son film "Le ruban blanc".

Ce film de 2h35, dont l'action se situe à la veille de la Première Guerre mondiale, revient sur les racines du mal qui ont contribué à la montée du nazisme. Il relate le quotidien des enfants d'une chorale et leurs familles d’un village du nord de l'Allemagne, confrontés à des accidents étranges qui s'apparentent au fil des jours à un rituel punitif.

Le prix d'interprétation masculine est revenu à Christoph Waltz, pour son rôle dans "Inglourious Basterds" du cinéaste Quentin Tarantino, dont l'action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le jury d’Isabelle Huppert a également honoré la Française Charlotte Gainsbourg en lui attribuant le prix d'interprétation féminine pour son rôle dans "Antichrist" du Danois Lars Von Trier. Dans cette fable sombre d’une violence extrêmement crue, l’actrice de 37 ans campe un rôle particulièrement osé et fort dont on parlera encore. En effet, le film se distingue par des scènes violentes et difficilement soutenables qui ont divisé les festivaliers. "Antichrist" met en scène un couple qui se retire dans un chalet pour faire le deuil de son enfant.

"Un prophète" du réalisateur français Jacques Audiard a reçu le Grand Prix. Ce film ausculte le milieu carcéral à travers l'itinéraire de Tahar Rahim.

Standing ovation pour Alain Resnais, 86 ans, qui s’est vu attribuer un «prix exceptionnel du jury» (avec Asia Argento, James Gray et Robin Wright Penn) pour l’ensemble de son œuvre. Le réalisateur français présentait à ce Festival son dernier film "Les herbes folles".

Enfin, repartent bredouilles de ce 62ème Festival de Cannes, les cinéastes Pedro Almodovar, Jane Campion, Ken Loach et Marco Bellocchio dont les films n’ont visiblement pas séduit un jury tourné vers des choix certainement discutables.

STARDUCONGO.COM
Lu 559 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

RD Congo | Actualités | Football | Beauté et Mode | RD Sport | RD Economie | Handball | RD Société | Les arts | Gouvernement | RD Album | Arts martiaux | Monde | High Tech | Basket-ball | Indiscretions | Athlétisme | Sports | Portraits | Autres Sports | Interviews | Tennis | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Vitrine | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | RD Tribune | Ils ont dit | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes